Les piroguiers de l’Amazonie

Aujourd’hui les élèves de 6e ont découvert la vie de Jesse, un petit brésilien de 14 ans qui, aborde les ferries du delta de l’Amazone pour vendre des produits alimentaires.

Renseignements pris auprès de France 5, qui avait diffusé le reportage en novembre 2007, la vie de Jesse a pris un tour tragique que ne montre pas le reportage. Voici la présentation de l’émission « les Routes de l’impossible » :

« Au nord du Brésil, en Amazonie, Jesse, 14 ans, et ses amis ont l’habitude d’attacher leurs pirogues aux barges et autres ferries qui circulent tous les jours sur le fleuve. A cause des courants forts et de la vitesse des bateaux, leurs rudimentaires embarcations peuvent chavirer à tout moment. Pour subvenir aux besoins de leurs familles et au péril de leurs vies, les intrépides montent à leur bord dans l’espoir de vendre aux passagers des fruits et des conserves contre une poignée de réis. Jesse travaille sept jours sur sept depuis l’âge de 10 ans. Ce cadet de douze enfants ne sait ni lire ni écrire, mais parfaitement compter l’argent. Comme ses comparses, il a appris à nager avant de marcher. Son grand-père, un colon portugais, s’est installé dans la forêt au début du siècle dernier lors du boom du caoutchouc. Son père, trop vieux pour travailler, a connu l’essor de l’industrie du bois. Une lourde responsabilité pèse aujourd’hui sur les frêles épaules de Jesse, qui doit rapporter à tout prix de l’argent à la maison. Poussés par la misère à la piraterie, Jesse et l’un de ses frères aînés finissent par attaquer une barge. Ce geste désespéré coûtera la vie au jeune garçon, abattu lors de l’assaut…« 

Ce drame n’est pas évoqué dans le reportage, ni même le fait qu’il s’adonne à la piraterie ! Au contraire, se présentant comme « bon chrétien », Jesse regrette de ne pouvoir se rendre à l’école, ne pas savoir écrire son nom, et rejette le monde urbain pour ses pêchés.

Pourtant, ce « détail », s’il est vrai -comment savoir ? – illustrerait encore plus le désespoir de ces populations rejetées de la croissance brésilienne, qui doivent se battre tous les jours pour se nourrir.

Voir aussi : le travail des enfants en Inde

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.