Archive for the ‘Internet’ Category

Faut-il utiliser YouTube et DailyMotion ?

Mardi, avril 15th, 2008

 

Les sites de partage de vidéos en ligne, comme YouTube ou Dailymotion, sont devenus des incontournables du Net version Web 2.0. La recherche, la diffusion, le partage de vidéos sont facilités. Les blogs et sites des enseignants (à commencer par celui-ci, le Spoutnik illustré), exploitent le meilleur de ces sites pour une exploitation pédagogique.

 

Pourtant, l’usage de ces sites ne va pas sans poser de questions à l’éducateur. Je m’en rends compte à force de les utiliser.

Premier problème, la question des droits. La diffusion de contenu illégal sur ces sites ne cesse de progresser. Les procédures de contrôle ne sont pas automatiques. Prenons l’émission « Le dessous des cartes » de Jean-Christophe Victor, sur Dailymotion, ou sur YouTube. Le pillage est énorme sur le premier, mis en ligne par scorpial, cebelab, sudotone ou lamiah… face au succès de l’émission, un groupe Dessous des Cartes a ainsi été créé ! Sur YouTube, vodeo.tv, le service d’achat en ligne de France Télévisions, diffuse des présentations succinctes, dont l’extrait suivant de 37 secondes…

Pour voir l’émission en entier, il faut donc payer en ligne ! Ou piocher sur Dailymotion. Idem pour C’est pas Sorcier, Des racines et des ailes, etc.

Le deuxième problème de l’usage de ces sites communautaires est lié à un aspect technique, le lecteur exportable. Comme vous l’avez remarqué, à la fin de la vidéo, Dailymotion et YouTube proposent derechef de visionner d’autres contenus, où le meilleur côtoie alors le pire. Certaines institutions devraient pourtant être plus vigilantes.

Au final, diffuser un extrait de YouTube ou DailyMotion devient une mission ardue, car outre la question des droits, il faut vérifier les liens en fin de vidéo. Je pense que les acteurs de l’éducation devraient être plus regardants sur ces questions et faire pression ou agir pour trouver des solutions. Quelques propositions viendront dans un prochain article.

Le Wiki de France 5 autour des documentaires

Lundi, avril 14th, 2008

Depuis le mois de janvier, France 5 a ouvert un wiki autour de ces documentaires. Mais à quoi cela peut-il bien servir ?

 

Curieux, j’ai testé l’outil, qui pourrait être pertinent à utiliser avec une classe. Je suis tombé dès la page d’accueil sur le lien menant au documentaire présenté dans le billet précédent, sur L’expédition du Yangtsé. Cette page est très intéressante, car les auteurs du documentaire livrent les coulisses du tournage dans un commentaire généreux, illustré de photographies et d’un extrait vidéo. Les synopsis sont disponibles et des mots-clés (tags) permettent de prolonger l’exploration. J’ai laissé un commentaire, non modéré, sur les droits des photographies publiées.

Par contre, je n’ai pas retrouvé la série documentaire sur « les routes de l’impossible : les piroguiers de l’Amazonie ». La question de la mort de Jessé, jeune piroguier (voir billet précédent) devenu pirate, restera donc en suspens pour le moment.

Enfin, sur la page d’accueil, on peut accéder aux documentaires classés par catégorie : Histoire, Nature, etc. Mais pas de rubrique Géographie.

Ce nouvel outil très Web 2.0 est en lancement. Peut-être qu’en associant le monde scolaire il gagnerait en dynamisme et en interactivité. Toujours est-il qu’il représente un excellent complément aux documentaires visionnés et une nouvelle plateforme de communication et d’information pour les professeurs et les élèves notamment.

La préhistoire vue par Manu Payet

Lundi, janvier 14th, 2008

La préhistoire, une période cool ?

Je ne connais pas exactement l’espérance de vie sous la Préhistoire (qui couvre plusieurs millénaires et des changements civilisationnels fondamentaux, comme la naissance de l’agricuture), mais rappelons que cela ne veut pas dire que tout le monde meurt à l’âge indiqué ! La mortalité infantile (avant un an) était très forte.

Découvrez par exemple la vie des hommes à Chalain et Clairvaux, il y a 5000 ans, dans des cités lacustres. Peu de restes humains ont été retrouvés, ce qui rend difficile toute étude démographique. Ce site est excellent, comme le sketch de Manu Payet, mais ce n’est pas pareil…

Le Mont Blanc en 3D avec Géoportail

Mercredi, décembre 26th, 2007

Vu sur Internet, une navigation d’une minute avec Géoportail, le site de l’iGN.

Le trajet commence dans la vallée glaciaire de l’Arve, au niveau du Fayet, traversée par l’A40 qui mène à Chamonix, via le viaduc des Egratz, qui serpente le long de la montagne. L’autoroute débouche sur le tunnel du Mont-Blanc (les lacets qui s’arrêtent soudainement dans la montagne). Puis, la navigateur se dirige vers Chamonix encadré par la chaîne des Fiz et du Mont Blanc, avant une spectaculaire ascension vers le sommet de l’Europe via la mer de Glace.

Cliquez sur les liens pour découvrir des photographies (source Clio-Photo et Survol de France) des lieux.

Enfin, sur le site du collège Arthur Rimbaud, retrouvez une activité réalisée avec Google Earth sur le pays du Mont-Blanc

Géo-métrie-graphie : la France vue du ciel

Samedi, décembre 1st, 2007

Le site Le Survol de la France regroupe les photographies aériennes de photographes amateurs. C’est une ressource très utile pour la Géographie, bien que les commentaires soient souvent trop lacunaires pour décrire l’espace. Mais toutes les photos sont très bien localisées (avec Google Earth, et les coordonnées géographiques).

Les images sélectionnées ci-dessous jouent avec la géométrie pour notre plus grand plaisir visuel.

Essayez de deviner le sujet des photos, puis cliquez sur les liens pour en savoir plus.

 

Pour en savoir plus

Difficile à identifier car le rond-point sur pont est devenu un standard des infrastrucutures autoroutières…

Pour le lieu, c’est ici.

Il n’y a pas que la Seine qui a des méandres

Cette plaine agricole s’étend près d’un  haut lieu du tourisme patrimonial français.

Facile !

Le web 2, l’information sans journalistes ?

Dimanche, novembre 25th, 2007

La très bonne émission de France5, C dans l’air, propose un excellent reportage, que nous utiliserons en 4e pour la semaine de la presse, sur l’évolution du journalisme à travers les nouvelles technologies. Avec cette question qui interpelle : peut-on faire de l’information sans journalistes ?


C dans l’air – L’info sans journalistes 1 – France5

« L’irruption des nouvelles technologies numériques est en passe de bouleverser non seulement l’économie des médias traditionnels mais aussi leurs modes d’organisation, leurs structures et leurs contenus », explique Marc Tessier, l’ancien président de France Télévisions et directeur général de Netgem.

Etes-vous plus Yahoo ou LeMonde.fr ? Le citoyen-internaute bénéficie aujourd’hui d’une gamme étendue de médias pour se tenir informé. Il doit aussi connaître la fabrique et la diffusion des contenus (comme pour Wikipedia).

Lu ailleurs (2)

Dimanche, novembre 25th, 2007

Petit tour d’horizon de la blogosphère des profs d’Hitoire-Géo.

Bruno Sentier livre le secret de la frite !

Marie Desmares aime la musique d’Amy Mac Donald, une jeune écossaise de 19 ans. J’ai enfin mis un nom sur cette voix très folk entendue sur France Inter !

Julien Blottières fait le point sur les relations entre Jeux Olympiques et Politique au 20e siècle, ainsi qu’une série de trois articles sur l’Histoire de l’UE. vous serez incollables sur le CECA, la CEE et l’Euratom et la CED.

Hugo Billard, qui relate chaque semaine les événements anniversaires, raconte la nouvelle archéologique de la semaine (le buzz des archéologues) : la découverte de la grotte de Rémus et Romulus.

Nous avons parlé en classe de seconde de la puissante multinationale Monsanto, leader du marché des OGM. Lisez l’histoire de David contre Goliath  au Canada (sur le blog d’Isabelle Delanoy).

Enfin pour cette semaine, toujours en rapport avec le cours de Seconde sur l’agriculture brésilienne, retrouvez sur le blog « environnement » un éclairage sur la déforestation amazonienne (basé sur l’émission « le Dessous des Cartes »), et sur la croissance phénoménale de la culture du soja au Brésil.

Wikipédia est-elle fiable ?

Lundi, novembre 19th, 2007

L’encyclopédie collaborative en ligne est un des sites les plus consultés au monde. Ces articles sont très bien référencés par le moteur de recherche Google. Aujourd’hui, Wikipédia est un formidable outil de diffusion et de contruction de la connaissance. Pourtant, des voix s’élèvent pour critiquer la fiabilité de Wikipédia. Le magazine L’Histoire y consacre un article, qui s’appuie sur la parution d’un livre de deux journalistes (Béatrice Roman-Amat et Delphine Soulat) : La Révolution Wikipédia. les encyclopédies vont-elles mourir ?

La question de la fiabilité est d’autant plus forte en Histoire que de nombreux sujets sont polémiques, instrumentalisés par différents groupes qui comptent donner une vision de l’Histoire. Pour bien comprendre cette question, il faut savoir que la base du wiki est l’écriture collaborative, et que tout le monde peut écrire dans Wikipédia (7,5 millions d’articles, 253 langues !). Ainsi, les notices sur Napoléon Ier et Philippe Pétain ont été rédigées par respectivement 260 et 400 personnes ! Les concepteurs du site comptent sur les corrections multiples pour présenter une vision juste des faits. 150 administrateurs veillent sur les modifications et interviennent en cas de conflit, qui ont tendance à augmenter. Il est demandé aux auteurs de citer leurs sources. Quand un article est jugé satisfaisant, il reçoit depuis 2003 le label « article de qualité« , comme pour ceux sur la guerre de Cent Ans ou sur le Havre. Quand il pose problème, la mention « controverse de neutralité » apparaît en haut de l’article. Ainsi l’encyclopédie en ligne prend-elle les mesures pour gagner en fiabilité.

Depuis quelques temps, les attaques se multiplient contre Wikipédia, accusée de promouvoir l’amateurisme, de comporter de nombreuses erreurs (comme d’autres encyclopédies). Pourtant il est indéniable que cette encyclopédie traite des informations inédites, est extrêmement réactive, propose, on ne le dit pas assez, du contenu (texte, photo, documents) libre de droit !

Le problème au final vient plutôt de l’usage quasi-unique qu’on pourrait faire de Wikipédia, facilité en cela par le référencement complice de Google . Deux méthodes fondamentales sont à developper en guise de rigueur :

  • croiser les sources
  • Apprendre à utiliser différents moteurs de recherche et savoir utiliser les mots-clés.

Enfin, pour comprendre l’esprit du Wiki, on peut travailler dessus avec les élèves : Wikiprof.

Ce sera l’objet d’un futur article.

Pour aller plus loin, outre la lecture du Magazine l’Histoire, je vous invite à lire Daniel Letouzey, clionaute expert de Wikipédia.