Le masque est-il un obstacle à la connaissance de soi ? (3)

Lorsque l’on évoque le mot masque cela nous renvoie d’abord au théâtre de la Rome Antique avec le « Persona », servant à incarner un personnage.

Mais celui-ci peut être perçu comme une métaphore, celle du masque psychologique.

Il existe une légende japonaise racontant qu’au quotidien nous en portant trois.

Le premier est celui qu’on montre au monde extérieur, aux étrangers, la vision d’un soi que l’on souhaite bien dévoiler.

En effet dans le domaine professionnel ou scolaire nous sommes obligés de mettre en avant notre aspect travailleur, encadré, et pousser au second plan les émotions et histoires personnelles afin d’aller vers la réussite.

Dans cette circonstance le masque n’est pas un obstacler à la connaissance de soi.

Le deuxième est celui que l’on montre à l’entourage proche, il en dévoile plus sur notre personne cependant certains éléments restent cachés.

Cela est vrai qu’aux cotés de nos amis nous sommes à l’aise, mis en confiance par la sécurité de savoir qu’ils nous comprennent et connaissent, une alchimie spéciale nous lie.

Pourtant la crainte de faire tomber totalement le masque peut perdurer, lorsque quelqu’un ne nous convient pas, malgré sa présence dans le cercle amical, nous serons plus sur la réserve.

A contrario, que cela soit des sentiments amoureux ou une admiration intense envers un proche, nous allons être guidé par la volonté de montrer une meilleure version de soi, cachant nos défauts et travers, soumis à la peur de décevoir.

Nous pouvons ressentir cela avec le cadre parental également, le désir de les rendre fier ou garder des opinions et décisions personnelles secrètes car nous avons connaissances que cela n’est pas en accord avec les valeurs, principes et mœurs qu’ils nous ont transmis lors de l’éducation.

Le dernier masque est celui de l’âme, il concerne nous et seulement nous, il consiste à cacher des émotions que nous ne voulons exprimer ni voir, au plus profond de soi.

Il est vrai que nous pouvons avoir difficulté à nous accepter, être apeuré de découvrir qui l’on est réellement, fuyant certaines facettes de nous, lutter contre la vérité.

Ici, cela est un obstacle à la connaissance de soi, car c’est nous même qui en sommes à l’origine.

Nina SEITFRIZ, Amandine RANDRIANADAORO, Emma LANDAIS, Chloé ABAD