Cours 3 C/ Habiter le livre du monde

Habiter le livre du monde

L’idée du monde est un système de représentation à partir desquelles l’homme donne un sens à la place qu’il a lui-même dans le monde et donne aussi des significations susceptibles d’être partagées. Ces significations désignent couramment ce que l’on nomme « culture ». Cet ensemble de significations se manifestent dans des formes variées des cultures humaines. Par exemple : art, religion, mode de vie, langues, les relations sociales et politiques, mythes, légendes, croyances, rites (pratiques religieuses)… Cet ensemble de formes culturelles ne sont pas des réalités extérieures aux êtres humains mais demande une intériorité propre à les recueillir. L’homme en tant qu’individu est-il capable de comprendre le monde, c’est-à-dire de le saisir comme une totalité signifiante et de se comprendre à partir de se qu’il en comprend ? L’homme ne comprendrait le monde , ne le saisirait pas comme un tout s’il n’en était qu’une partie. Il faut donc que l’homme adopte un point de vue transcendant, extérieur qu’il puisse en quelques sortes s’en échapper. Cette possibilité d’échappement permet à l’homme, par sa pensée, de se représenter le monde, d’être capable de le comprendre et de le recueillir comme monde. « Par l’espace, l’univers me comprend et m’engloutit comme un point ; par la pensée, je le comprend ». Par cette compréhension seule, que l’univers se fait monde. Pour l’homme, habiter le monde ce n’est pas simplement y être inclus, être localisable mais c’est avoir un monde. Il y a quatre formes différentes pour saisir le monde, quatre capacités de l’homme à se le représente :

1. Une représentation mythologique, l’homme raconte le monde et lui donne du sens.

2. La forme religieuse, l’homme découpe dans l’espace du monde des lieux qu’ils n’appartiennent d’ici-bas. On les appelle des temples sacrés où l’homme se recueille.

3. La forme poiétique, la capacité de l’homme à construire, fabriquer, c’est l’art sous toutes ses formes qui permet à l’homme un au-delà du monde.

4. Forme métaphysique, pourquoi y a t-il un monde et pas rien ? Aller au-delà de la physique.

Notes du cours :

Les préjugés sont empreints de certaines cultures ( occidentales ou communément du 20eme siècle)

Nos idées sur l’éducation etc = influencer par notre culture au sens large( art, religions, langages)

La culture ne désigne pas seulement les homme cultivés , multiples formes culturelles qui font les hommes en temps qu’individu, les hommes ne sont jamais exclus, ils ont un instinct de groupes, il n’est jamais isolé.

L’enfant ne naît jamais seul (exemple : les enfants sauvages , ils sont toujours hommes, sont dans une culture ou privation de culture + question de nature et culture, un homme privé de culture / éducation ) aussi référence au cannibale de Montaigne “le sauvage, l’inconnu “ l’homme est toujours déjà un homme, il est la culture mais il ne la possède pas et il ne peut pas s’en échapper. Peut-on s’échapper de notre culture et avoir un regard sur d’autres culture, accueillir l’étranger c’est la question de l’hospitalité. Recueillir, accueillir et comprendre l’univers , habiter le monde .

Les représentations de l’homme. Différentes formes de pensée =

  1. Mythologique

Sagesse = savoir

L’expérience d’autrui n’a pas plus de valeur que la vôtre

Le refus de croire .

Question du sens et du rapport à la nature.

Les mythes = réponses dans les grands récits

Les tragédies grecques.

La mythologie = raconter un monde qui reste pour l’homme une énigme / donner un sens au monde.

Le monde va raconter son origine ( récits mésopotamiens) .

La peur des dieux grec ( le destin, le tragique )

2. Religieuse

Croire , se tenir devant le monde , reconnaître l’ignorance et se faire une idée rassurante du monde. On s’éloigne des grandes peurs mythologiques, pour croire on donne son ressenti, on accueille un sens qu’on ne comprend pas vraiment “ les voix du seigneurs sont impénétrables “

La Croyance est absurde, croire car cela est absurde. Découpe des temporalités, une organisation précise et culturelle.

3. Poétique

Crée, “à partir du néant”, l’art , l’artisanat

Les beaux arts , une création authentique font surgir quelques chose d’inédit qui n’appartiennent pas au monde pour illustrer ou créer, l’homme ne se contente pas d’un monde immédiat, se rendre maître de la nature, c’est aussi la transformer.

4. Métaphysique

Au delà de la physique, sans explication rationnelle, ce qui échappe à la science et à la connaissance des hommes par rapport au monde, compréhension de la nature. Maîtrise du monde, réintégration de la question de l’âme , pourquoi y a-t-il un monde et non pas rien ?  le pourquoi du comment , le sens de la vie humaine ? ( esprit humain) , l’origine et la finalité le pour quoi (rôle) du monde , penser les choses du mondes, vouloir comprendre les ordres de la fondation, l’homme = un être de projet et qui veut s’en donner ( sens de la vie, son but ) une ligne qui va quelques part et qui est venu de quelques part ( pensée métaphysique) le monde de nos idées en nous, les choses les plus triviales .