Devoir 4 ni retard, ni plagiat

A rendre impérativement pour le 12 avril 2021. Aucun retard. Travail personnel à rendre sur feuille. La connaissance de l’auteur et de sa doctrine n’est pas requise. Il faut et il suffit, à l’aide des questions, de montrer votre compréhension du texte et de la problématique de Spinoza dans ce passage seulement.

 

« Imaginons, si vous voulez, un ver vivant dans le sang, supposons-le capable de
distinguer par la vue les particules du sang, de la lymphe, etc. et de calculer comment
chaque particule venant à en rencontrer une autre ou bien est repoussée, ou bien lui
communique une partie de son mouvement, etc. Ce ver, vivant dans le sang comme
nous vivons dans une certaine partie de l’univers, considérerait chaque partie du sang
comme un tout, non comme une partie, et ne pourrait savoir comment toutes ces parties
sont sous la domination d’une seule et même nature, celle du sang, et obligées de
s’ajuster les unes aux autres suivant que l’exige cette nature pour qu’entre leur
mouvement s’établisse un rapport leur permettant de s’accorder. (…) De là cette
conséquence que tout corps, en tant qu’il subit une modification, doit être considéré
comme une partie de l’Univers, comme s’accordant avec tout et comme lié aux autres
parties. Et comme la nature de l’Univers n’est pas limitée ainsi que celle du sang mais
absolument infinie, ses parties subissent d’une infinité de manières la domination
qu’exerce sur elles une puissance infinie et subissent des variations à l’infini. »

SPINOZA, Lettre du 20 novembre 1665 à Oldenburg

Questions :
1) Quel est le rapport entre le ver dans le sang et l’homme dans l’Univers ? Pourquoi fait-il ce rapport ?
2) Contre quelle conception de l’homme dans le monde Spinoza se place-t-il ici ?
3) Que signifie « ce ver, (…), considérerait chaque partie du sang comme un tout, non comme une partie (…). » ?
4) Pourquoi peut-on dire que l’auteur relativise le jugement de l’homme sur le monde qui
l’entoure ?
5) Quel est le mécanisme du « mouvement » évoqué par Spinoza ?
6) Que signifie « ses parties subissent d’une infinité de manières la domination » de l’Univers ?
7) La représentation du monde faite par Spinoza à l’aide de l’image du ver dans le sang est-elle nécessairement angoissante ?