Révisez avec un épistémologue !

Popper nous parle du critère de réfutabilité en science

Assurez vous en écoutant la vidéo ci-contre que vous avez bien compris le cours sur la connaissance scientifique :

Qu’est-ce qu’une hypothèse ? Qu’est-ce qu’une preuve ? Qu’est-ce qu’un fait ? Que signifie vérifier une théorie scientifique ? Pourquoi une expérience doit-elle pouvoir réfuter une théorie ?

Comment la science progresse-t-elle ? Qu’elle est la différence entre science et pseudo science ?

Philosopher, c’est aimer la verité

 

la verité

Méthode :

 

La vérité est un thème qui regroupe différentes notions du programme  : on parle au sens courant de vérité mathématique , on jure au tribunal de dire toute la vérité , Diderot affirme l’existence d’une vérité en peinture…

Problématique :

Recherche de la vérité qui définit la philosophie suppose un objet vrai ou un discours vrai (vérité formelle ).  Le problème est l’adéquation entre la réalité et un type de discours ( logos  = ?????) de celui qui la désire .

Intérêts :

Le domaine de la connaissance (« que puis-je savoir ? »)

Le domaine moral (« que dois-je faire ? »)

La métaphysique ( « que m’est-il permis d’espérer ? »)

L’anthropologie (« qu’est-ce que l’homme ? »)

Références :

Le commencement ou l’origine de la philosophie : contre les sophistes = le dialogue socratique.

La dialectique platonicienne et le monde des idées.  https://lewebpedagogique.com/philoflo/allegorie-de-la-caverne/ et https://lewebpedagogique.com/philoflo/allegorie-de-la-caverne-2/ et https://lewebpedagogique.com/philoflo/apprendre-a-philosopher/qui-est-le-plus-sage/

Texte de Hegel : « La démarche mise en œuvre dans la familiarisation avec une philosophie riche en contenu (…) »

Texte de Kant, logique

https://lewebpedagogique.com/philoflo/textes-en-regard-du-cours/

https://lewebpedagogique.com/philoflo/apprendre-a-philosopher/

https://lewebpedagogique.com/philoflo/apprendre-la-philosophie/

Vocabulaire :

Vérité ; science ; opinion(Doxa) ; philosophie ; raison ; logos  ;discours ; dialogue ; dialectique ; universel ; particulier ; général ; réflexion ; imagination ; sensation;  sentiment;  penser ; désir et amour de la sagesse (Sophia ) ; démonstration ;  connaissance ;  méthode ; logique formelle ; monde sensible et monde intelligible ; maïeutique ;  ironie socratique croyance ; préjugés;  métaphysique ; doute;  physicien( phusis)

https://lewebpedagogique.com/philoflo/la-verite-lsesvocabulaire/la-verite/

Le vivant

leçon d'anatomieLa leçon d’anatomie, Rembrandt

« Je ne suis pas seulement logé dans mon corps, ainsi qu’un pilote dans son navire » Descartes

Méthode :

Comme le rappelle Descartes, la connaissance du corps et plus complexe que celle de l’âme. La biologie contemporaine ne peut pas définir la vie mais parle de connaissance du vivant comme système , c’est à dire ensemble d’éléments organisés en un tout. Il faut pour ce cours connaître les progrès de la biologie, science tout à fait récente, mais aussi l’histoire du concept de vivant qui la précède.

Problématique :

La connaissance du vivant suppose que ce dernier soit constitué en tant qu’objet de science, or tout objet et une chose sur laquelle on peut expérimenter. Le système vivant semble au contraire être doué d’un projet, et en ce qui concerne l’homme il ne s’agit pas d’une chose mais d’une personne. Il n’est pas sur que la notion de vie ait un statut scientifique. Le problème est donc la connaissance d’un organisme finalisé.

Le problème est de comprendre objectivement le vivant sans cependant le séparer des cercles de vie, en particulier pour l’homme de la problématique morale et de l’existence.

Intérêt :

L’histoire de la notion, il faut connaître les points de vue successifs pour l’étude du vivant :

– Le vitalisme Aristotélicien (le vivant possède une âme)

– Le mécanisme Cartésien (le vivant est une machine)

– L’élan vital de Bergson (la vie est jaillissement)

– L’organisme de la biologie contemporaine interdit de prendre en considération les causes finales et rend donc caduque une définition de la vie

Vocabulaire :

La vie, le vivant, l’ordre, le système, la nature, le déterminisme, la biologie, l’éthique, la morale, l’instinct, le monde, le milieu, la théorie cellulaire, la biochimie, la génétique, l’autonomie, la liberté, le mouvement, l’énergie, la genèse, l’organisation, le corps, subjectif objectif, causalité finalité, botanique, zoologie, espèce, genre, caractère, mort, méthode expérimentale, théorie, empirisme, hypothèse, induction, déduction.

Références :

Textes en photocopies.

https://lewebpedagogique.com/philoflo/textes-en-regard-du-cours/

Citation de Jaques Monod : « L’univers n’était pas gros de la vie ni la biosphère de l’homme. Notre numéro est sorti au jeu de Monté Carlo, quoi d’étonnant à ce que, tel celui qui vient de gagner un milliard, nous éprouvions l’étrangeté de notre condition ? »

Citation de François Jacob « D’abord simplement dépouillé de leur peau, ces corps d’hommes et de femmes exhibent le réseau des vaisseaux superficiels. Puis les couches de muscles sont retirées une à une. Sectionné à son attache supérieure, chaque muscle est rabattu, laissant émerger ce qu’il caché ( … ) Si l’homme occidental est parvenu à se constituer pour lui même en objet de science, c’est à travers son propre cadavre. Pour connaître son corps, il faut d’abord le détruire. »

Aristote, histoires des animaux, des parties des animaux, de la génération et de la corruption, le petit traité de l’âme.

Descartes, discours de la méthode, 5eme partie.

Kant, critique de la faculté de juger 1ere partie 2eme section.

Claude Bernard, introduction à l’étude de la médecine expérimentale.

Jacques Monod, le hasard et la nécessité.

François Jacob, le jeu des possibles.

La connaissance scientifique pour les démunis*

Albert-Einstein--Pop-Art--Celebrity-Image-331465

« La science ne peut fournir à l’homme dévasté qu’un phare aveugle,une âme de détresse, des outils sans légende.

Au plus démunis : le sifflet des manœuvres.» René Char, Le nu perdu.

Méthode :

Réflexion sur des savoirs existants supposés connus. On appelle épistémologie le discours sur la connaissance scientifique, plus précisément sur la méthode et l’objet des sciences particulières.

Problématique :

Définir la science comme un même mode de penser malgré la multiplicité des sciences dans l’histoire. (qui l’ont jalonnée tout son long).

Confronter la science à d’autres modes de penser, sans glisser vers le scientisme  ( Croire que la science est supérieure aux autres modes de penser )

Le lien entre savoir et pouvoir, le lien entre science et morale. (—> On en est très friand au BAC !!!).

Intérêts :

Le domaine de la connaissance : La science satisfait le « désir de savoir » (Cf. : Aristote*) de l’esprit humain, mais ne répond pas aux questions morales, métaphysiques, ou existentielles, que l’Homme peut se poser.

Vocabulaire :

Raison (Logos) : réel, science, scientifique, scientiste, connaissance, vérité (elle joue au Tabou), concept, hypothèse, postulat, axiome, pré-supposé,  principe, démonstration, syllogisme, erreur, illusion, croyance, ignorance, empirisme, méthode, théorie, loi.

Références :

Le texte de Bachelard.

Le texte de Auguste Comte

– Citation : « A prendre la place des religions, la science n’a pas changé de voisinage. Elle est toujours auprès du sabre, une encyclopédie à l’ombre des épées. Le pouvoir veut de l’ordre, le savoir lui en donne. A chaque moment d’inauguration, la science énonce un théorème de puissance, un mot d’ordre. » Michel Serres

– Dans votre manuel scolaire Hatier : « La démonstration : 2 p 241, 4 p 243, 6 p 245 ; Matière et esprit : 4-5 p 294, et 6 p 296, la Vérité : 1 p 310, 2 p 311, 8 p 316, 9 p 317 ; La liberté : 5 p 401, 7 p 403. » Dans votre manuel scolaire Hatier.

Exercices :

science et progrès, science et opinion

* du bac blanc!!

Augustine

Au cinéma UTOPIA mardi 11 décembre à 9 heures 30

Terminale S1 à suivre dans les pages

Synopsis

Paris, hiver 1885.

A l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, le professeur Charcot étudie une maladie mystérieuse : l’hystérie.

Augustine, 19 ans, devient son cobaye favori, la vedette de ses démonstrations d’hypnose. D’objet d’étude, elle deviendra peu à peu objet de désir.

 

I Charcot à la Salpêtrière : un précurseur de la psychanalyse ?

Notions : théorie et expérience ; le vivant

1/ L’héritage positiviste et la méthode expérimentale : chercher à comprendre l’hystérie comme une pathologie

2/ L’héritage d’une conception mécaniste du corps et ses impasses pour comprendre l’hystérie

3/ L’ambiguïté éthique des méthodes expérimentales de Charcot

4/ De Charcot à Freud : de l’explication physiologique à l’explication psychanalytique

II Charcot et Augustine : une « dialectique » du désir et de la raison ?

Notions : le désir ; la culture ; autrui ; le sujet

1/ Malaise dans la culture : Augustine victime de son époque ?

2/ Les rapports de force entre Augustine et Charcot

article

 

Comment la vie a commencé ?

Alexandre Meinesz – Comment la vie a commencé Cliquez sur le lien ci-dessous

Lundi 23/02/2009, Alexandre Meinesz – Comment la vie a commencé

D’où vient la vie ? Comment est-elle apparue sur Terre ? Quels ont été les premiers organismes vivants ? À quoi ressemblaient les ancêtres de formes de vies actuelles ? Comment l’évolution a-t-elle sculpté le vivant au fil du temps ? Alexandre Meinesz présentera une synthèse des découvertes les plus récentes sur l’histoire de la vie. Il distinguera trois étapes innovantes majeures, ou Genèses : celle des premières bactéries, celle des premières cellules animales et végétales et celle des organismes composés de plusieurs cellules (dont nous sommes). Et quatre types d’événements fortuits ayant profondément façonné l’histoire du vivant sur Terre: trois événements « créatifs » (les mutations, la reproduction sexuée et la sélection naturelle), un quatrième destructeur (les grands cataclysmes comme celui qui vit disparaître les dinosaures il y a 65 millions d’années).
Alexandre Meinesz spécialiste des milieux marins et des premiers organismes ayant colonisé la Terre (les algues), abordera les mystères de la vie avec un éclairage original sur l’évolution du vivant, différent de celui des microbiologistes, des généticiens ou des paléontologues. Il agrémentera sa conférence de ses expériences d’homme de terrain curieux de tout et amoureux fou de la nature… et d’un tableau, L’Astronome de Vermeer, qui sert de trame à son récit…

La vie et le vivant

Les étapes de la vie, Giorgione

L’épistémologie est définie comme un « discours » sur la science en général c’est-à-dire une théorie qui essaie de définir :

  • Les fondements

  • Les méthodes

  • Les objets

  • la finalité

de chacune des sciences qui aujourd’hui apparaissent comme le savoir scientifique. Malgré la multiplicité des connaissances, la critique philosophique n’a de cesse de prétendre regrouper et classifier les différents savoirs ; elle n’a pas en ce sens renoncer au pari d’Aristote d’être « la science des sciences » ni au vœu Platonicien de se définir comme une discipline panoptique, englobant différents savoirs.

On distingue cependant différents niveaux de réflexion et différents enjeux selon la science étudiée.

La BIOLOGIE est la science du vivant, de son évolution, de ses mutations.

  • L’épistémologie de la biologie s’intéresse plus particulièrement à la définition du vivant.

Mais qu’est-ce que la vie, comment expliquer le vivant semblent être des questions à la fois simplistes et des problèmes insolubles. La vie, « c’est le fait de vivre », le vivant, « c’est celui qui n’est pas mort » et autres expressions tautologiques nous montrent l’apparente évidence de ces définitions. Cependant, le vivant est une de ces notions semblable à ce qu’affirmait Saint Augustin à propos du temps : « Qu’est-ce donc que le temps ? Quand on me le demande pas je me sais mais dès qu’on me le demande et que je tente de l’expliquer, je ne le sais plus. »

  • On peut parler d’une évolution du concept du vivant au fil des recherches scientifiques et des conceptions philosophiques dans la mesure où certaines représentations sont historiquement datées : le vitalisme (Aristote), le mécanisme ( Descartes), le réductionnisme…

  • Enfin l’épistémologie de la biologie nous interroge sur la méthode expérimentale, c’est-à-dire sur ce qu’Auguste Comte nomme « l’usage bien combiné de la raison et de l’observation » sans voir de prééminence entre théorie et expérience, deux démarches qui se complètent. Le développement des sciences humaines au XX° siècle permettra de se demander si cette démarche peut-être exportée dans l’explication des sociétés humaines dans le fameux débat entre sciences dures et sciences de l’homme.

Qu’est-ce que la vie ?

Il y a une prolifération de sens du mot vie ainsi qu’un foisonnement d’expressions courantes qui marquent le terme d’une étonnante vitalité ! Nous pouvons, à partir du langage ordinaire réfléchir sur le sens du mot vie, c’est-à-dire, en philosophe s’étonner de de cette étrangeté qui pour un vivant constitue l’habitude de vivre.

 

La vie, c’est le fait de vivre. Nous n’apprenons rien de plus en énonçant ce qui est un fait, comme si la vie ne renvoyait qu’à elle-même et cependant il y a une dimension métaphysique dans cette circularité, car le fait de vivre renvoie à « l’être » en vie au sens d’Aristote et à la problématique de sa définition ; ainsi pourrait-on penser la vie selon plusieurs catégories. Ou bien vivre serait une manière d’être, le mouvement d’un devenir ou une action en train de se faire. Mais alors cela renvoie à un sujet, un agent actif (une âme ? une raison ?) ou un substrat passif (une matière ?), dont nous ne sommes pas sûrs qu’il vaille pour toute forme de vie en dehors de l’homme agissant, « faisant » sa vie.

La vie, c’est l’existence. N’est-ce pas une nouvelle tautologie ? Le fait d’exister, « abstraction faite de ce qui est » ; « par opposition à l’essence , au concept de l’être » : voilà ce que nous disent les dictionnaires. L’existence serait donc le concret, le vécu et non le pensé, une sorte de présence et d’intuition de ce qui est actuel. Mais le sens glisse alors vers la « réalité vécue » au sens de la durée dont parle Bergson ; en effet poursuivons les sens du dictionnaire, exister c’est « avoir cours, être en vigueur, durer, subsister, exemple : cette variété d’oiseaux n’existe pas en Europe ». Avec le sens de l’existence on entend une genèse, un développement dans l’espace et le temps, ce que le terme allemand exprime par le mot Dasein, être-là, être au monde, exposé aux contingences du devenir spatio-temporel. C’est aussi avoir une réalité dans la nature (nascor = naître) comprise comme le grand tout, la mère nourricière qui accueille et fait subsister ses propres formes. Mais cette existence n’est pas seulement vie, elle est aussi expérience de la vie. En allemand, il existe deux termes voisins, leben et erleben, pour marquer cette distinction ,ce qu’explique V. Jankélevitch : « D’une amibe, jamais on ne dira erleben, car le préfixe r- donnant au verbe un sens transitif, implique la présence d’un sujet agissant, dont l’action serait la vie elle-même, et non la présence d’un être passif auquel la vie serait comme extérieure. En un mot, si je puis ainsi m’exprimer, l’animal vit, mais il ne vit pas sa vie ; l’homme vit, et de plus il vit sa propre vie, il vit ses états de conscience et de durée spirituelle ».

 

Vie = « ensemble des phénomènes (croissance, métabolisme, reproduction) que présentent tous les organismes, animaux ou végétaux, de la naissance à la mort » C’est la définition scientifique alors qu’un scientifique lui-même nous invitait à y renoncer : « Il faut renoncer en physiologie à l’illusion d’une définition de la vie. Nous ne pouvons que caractériser ses phénomènes. Il en est d’ailleurs ainsi dans toute science. Les définitions sont illusoires : les conditions des choses sont tout ce que nous pouvons connaître. » Cette remarque de Claude Bernard renvoie aux phénomènes caractéristiques des êtres vivants contre une prétention à une définition globale. On peut, en biologie considérer la vie par ses propriétés essentielles ; celles ci sont d’ailleurs communes aux animaux et aux végétaux, c’est—à-dire qu’ils s’unifient en ce qu’ils concernent tous les organismes (par exemple la locomotion, la conscience, sont des propriétés de certains vivants qui n’entrent pas dans la définition. Plus la vie s’étend en extension (jusqu’à l’ensemble des vivants) , plus elle s’appauvrit en caractères remarquables. La difficulté reste cependant de considérer ces caractères comme délimitant la compréhension de la vie (par exemple la reproduction est -elle au-delà des bornes de la naissance et de la mort ? Est-elle la condition même de toute naissance et ce qui donne un sens à la mort ? ) La biologie actuelle rend possible ces questions en montrant qu’il y a quelque chose derrière ces phénomènes caractéristiques du vivant, qu’il y a comme une « essence » de la vie qui échappe à toute description. La vie ne se réduit pas à ses phénomènes dans la mesure où les vivants sont avant tout des organismes c’est-à-dire déjà des entités déjà complexes qui fonctionnent mais dont la manière dont il se forment nous échappe encore. Quand nous parlons d’organisme nous confondons en un universel deux logiques de formation du vivant. L’une concerne de la naissance à la forme achevée, l’inquiétude et l’objet de l’embryologie, l’autre fait de la vie une multiplicité de forme dans l’identité d’un type et préoccupe les savants soucieux de classer les vivants dans l’ordre de la nature et de considérer le facteur temps dans l’explication du vivant (dans l’histoire de la biologie on passe des taxinomies aux théories de l’évolution quand l’histoire même de la nature devient mouvante.)

 

La vie dans quelques expressions familières

la vie a-t-elle un prix ? Si l’on tient compte des expressions familières, un registre économique et axiologique se manifeste : c’est la vie qui n’a pas de prix, que l’on donne, que l’on reçoit, que l’on transmet, que l’on sacrifie et qui coûte ; quelque chose qu’on prête, qu’on risque, et qu’on sauve jusqu’à souscrire des assurances lorsqu’il s’agit de la sienne. Rare et unique pour l’individu qualifié de vivant, elle peut se transmettre de parent à enfant mais n’est pas substituable ni même échangeable ( sauf dans le cas diabolique d’un contrat particulier avec Le Malin). Dans le registre économique, la vie donne ou plutôt « dote » les héritiers de quelque chose qui ne relève pas d’une possession comme d’un bien échangeable ou quantifiable. Et quand l’économie devient politique, on ne sait plus, à propos de la vie, qui est propriétaire (le droit de vie et de mort du pater familias, du maître, du seigneur pose déjà problème et l’aspect d’aliénation de la vie est soulignée par Marx lorsque la force de travail n’est plus la propriété de celui qui la produit).

L’aspect unique, irremplaçable et précieux de la vie en fait une raison de combat ou de conflit des intérêts « vitaux » (même dans le cas cellulaire défini par un ensemble de systèmes de défense). Ce combat, prend son sens dans la lutte de la vie contre son contraire, la mort, lutte dont le paroxysme s’illustre par l’agonie, c’est-à-dire la lutte pour la santé et la vie contre la maladie et la mort.

 

La vie et ses connotations morales.

Quelque chose qu’on « mène », une manière de vivre dans la durée comme dans l’ordinaire des jours ( la vie courante, la vie quotidienne), ce sont des formes de vie ou des façons d’être qui échappent à la détermination d’une définition. En effet, la vie en ce sens est individuelle ( la vie simple ou rangée, la vie de Bohème, la vie d’artiste, la belle vie ou même la double vie, sont autant d’expression qui montrent que le propriétaire de la vie s’identifie à la manière dont il en use et en jouit, dans ses affects comme dans ses œuvres. On peut se laisser vivre, même si l’on ne choisit pas forcément de mener une « vie de chien ». C’est que ces formes de vie individuelles rejoignent des formes de vie collective où l’individu participe à une corporation (la vie des marins, la vie des mineurs) comme à une époque (la vie des romains). Même si l’individu se sent en marge de ces modes de vie, c’est encore pour remarquer les multiples normes qui régissent une communauté ou une époque et cependant autorisent à revendiquer sa vie comme son propre, et à nouveau à accorder une valeur incomparable à chaque engagement. Tout ce qui fait qu’une œuvre est vivante, c’est ce caractère unique au-delà de la catégorie de son existence. Ce sens empêche que l’on traite du tropisme des plantes ou de la vie des animaux (sinon à la mettre en fable), car le registre moral ne concerne que l’homme dans son autonomie.

La vie = ensemble des activités et des événements qui remplissent pour chaque être l’espace de temps entre sa naissance et sa mort.

On est ici renvoyé aussi bien à l’existence qu’aux différents modes qu’elle peut épouser « la vie des hommes illustres » est ici un registre caractéristique de la compréhension de la vie comme destin ou destinée. Les romans ou tragédies, les biographies sont l’écho de ce qui se trame dans certains genres de vie, sans compter l’histoire même prise au sens antique d’ »enquête » destinée à nourrir de modèle la postérité (la vie des Césars, la vie des Saints, etc.) Reste à savoir si la vie de ces hommes reflète la vie ordinaire et intemporelle que nous cherchons à définir.

La vie = moyens matériels (nourriture, argent…) d’assurer la subsistance d’un être vivant.

La vie qu’on gagne, les vivres, et en regard leur coût et le niveau de vie qui en résulte. « Il faut bien vivre ! » comme si l’impératif du besoin rejoignait le sens biologique. Aristote caractérise la vie par la faculté nutritive, une faculté qui explique des comportements végétaux et animaux et qui ramène la vie à la conservation de soi . Cependant le sens ne saurait encore une fois, pour l’homme fonder la vie sociale et politique sans lui ajouter la conscience de ces appétits que Spinoza nomme désir.

La vie intérieure, « la vraie vie ».

Aristote distingue en l’âme cette faculté intellective si éloignée de la nutrition ou de la sensation que l’on peut se demander si elle a encore quelque rapport au corps vivant, au besoin ou aux fonctions biologiques dévolues à la matière. Certes, la vie est en ce sens animation, elle intensifie le corporel et achève pleinement le vivant (l’homme) mais toujours dans la scission de l’esprit et de la matière sans que fut résolu le problème de leur union au sens existentiel. La vie dans ce sens serait cette dramatique scission vécue dans l’expérience individuelle de la quête d’une réalisation pleinement humaine. Vie spirituelle, mentale, psychique qui trouve sans doute son accomplissement dans les œuvres qui en témoignent.

La vie = « part de l’activité humaine, type d’activité qui s’exerce dans certaines conditions, certains domaines. »

Si au niveau biologique la vie se reproduit en se séparant d’elle-même (la scissiparité des êtres unicellulaires), elle se différencie et se multiplie chez l’homme par ses activités. Est-ce la même vie, est-ce le même vivant qui a une vie familiale, sociale, politique, économique, culturelle, artistique, religieuse, sportive… et même à l’intérieur d ces exemples chaque vie peut encore être spécifiée (vie municipale ou nationale en politique, musicale ou littéraire en art…) au point que l’on peut se demander comment chaque vivant peut s’unir, se mêler à ces cercles différenciés. Vie privée (de quoi ?) et vie publique (le milieu pour les animaux ?) questionnent encore la définition de l’unité de la vie.

La vie = absolument : le monde humain, le cours des choses humaines, la participation au monde réel.

L’activité humaine, toujours artificielle et transformatrice est possible si l’on considère la spécificité de ce vivant capable à la fois de s’approprier l’évolution de la nature et de faire de cette matière une réalité elle-même historique. L’homme dit qu’il veut changer la vie, il l’aime, la regarde en face, bref, il lui donne un sens qui lui est propre et commun à la fois. C’est la vie qui va, quand le monde devient humain et l’homme mondain. En ce sens la vie est une intuition qui n’existe que comme vécu particulier s’éloignant de l’immédiateté de la nature pour fonder l’ordre de l’histoire.

La vie = existence dont le caractère temporel et dynamique évoque la vie.

Le sens métaphorique du mot vie retient deux propriétés essentielles, le temps , le dynamisme ou, en terme aristotéliciens, le passage de la puissance à l’acte, l’actualisation (la langue vivante). Comme si les idées avaient une vie, une actualité ou une capacité proche de celle de l’homme à organiser, créer, inventer. Même les machines ont une « durée de vie » au-delà de laquelle elles perdent tout usage. La vie des étoiles, des atomes est aussi agitée que celle des corps matériels fabriqués par l’homme. La vie est alors prêtée à l’inanimé compris comme capable de forme, d’informer ou d’agir, tels des corps plein d’énergie et de vitalité.

On retiendra ce dernier sens qui nous dit ce qui est le plus vif de la vie. La vie, dans tous ces états peut-être le débordement, la sauvagerie qui excède le vivant, le vital et ses propriétés biologiques.

F.B.

L'image “http://www.dudelire.com/im/bd/3f58kf89p6ny097g7vn5.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Voici la définition que propose Jean Mauchamp (biologiste, CNRS) pour nous aider à comprendre le vivant :

 

D’abord des précisions sur les mots employés. Pour bien savoir de quoi on parle il faut d’abord préciser (encadrer) l’emploi de deux termes: réalité (ou réel) et vivant

-1- Réalité

La réalité c’est ce qui existe indépendamment de tout observateur qu’il soit animal ou humain. La réalité est inconnaissable. Un observateur, quelqu’il soit, ou qu’il soit, n’en voit qu’une partie, le reste restant caché. La partie vue change avec la position de l’observateur, les instruments qu’il utilise et avec le temps. L’observateur crée des représentations de la réalité (du réel) qu’il peut appeler Vérité. Il y a une réalité (un réel). l’observateur crée des représentations, des vérités.

Seul le Démon de Laplace, imaginé par les physiciens, peut voir la réalité en tout point à tout instant…mais c’est un Démon!!!

On peut même poser la question : la Vérité est-elle une Fiction?

-2- Vivant

D’abord nous nous restreindrons au Vivant biologique.Toute utilisation métaphorique..(La terre vivante..L’univers vivant..) liée au fait que la terre, l’univers changent sera exclue.

Ensuite nous emploierons vivant comme un adjectif associé au mot système. Nous parlerons de Systèmes Vivants.

Enfin au lieu d’ essayer de définir un système vivant nous chercherons à expliciter le nombre minimal de propriétés que doit présenter un système pour qu’il puisse être qualifié de vivant. Pour cela nous partirons des propriétés de l’ Atome du Vivant : La Cellule. (« Avec la cellule, la biologie a trouvé son atome » François Jacob , La Logique du Vivant, Gallimard 1970 p. 136. -Atome est employé au sens étymologique de Insécable -)

Nous parlerons ensuite des degrés de complexité des systèmes vivants. (Edgar Morin, Introduction à la Pensée complexe.)

A suivre…

J.M.

SUITE :

 

Encore une précision de langage (la dernière !). L’adjectif vivant (système vivant) est employé dans le sens populaire: mon chien est vivant ,opposition à il est mort.

-1- La cellule vue comme un système vivant

La cellule, atome de la biologie, existe dans deux états: 1- La division qui dure au plus quelques heures

2- L’état stationnaire qui dure des mois voire des années pour les neurones.C’est cet état stationnaire que nous prendrons comme système vivant de référence.

Les propriétés qui font que la cellule stationnaire est vivante sont au nombre de quatre.

1- La cellule est un territoire.

Territoire limité par une frontière semi-perméable, siège d’échanges avec l’extérieur.

La composition chimique et les propriétés physiques de l’espace intérieur sont spécifiques et totalement différentes de celles de l’espace extérieur.

Cette asymétrie génère une activité électrique (origine des mesures du type électro-encéphalogramme, électro-cardiogramme etc).

L’espace intérieur contient un système générateur d’énergie à partir de glucose pour le monde animal ou de lumière pour le monde végétal.

Une grande partie de l’énergie produite est utilisée pour maintenir l’asymétrie entre l’espace intérieur et l’extérieur.

2- L’instabilité microscopique.

L’organisation moléculaire microscopique de l’espace intérieur responsable de l’activité cellulaire est très instable.Elle se défait et se refait sans cesse.

Certains éléments sont instables.Ils doivent être dégradés et remplacés à l’identique.

3- La stabilité macroscopique.

Malgré l’instabilité micoscopique, l’aspect global (macroscopique) est stable. La cellule peut être reconnue par les techniques de l’histologie.

4- Le système a une mémoire.

Une mémoire, l’ADN, permet de reproduire certains éléments essentiels fragiles qui ont été altérés lors du processus Destruction-Reconstruction.

Cette mémoire peut s’altérer ponctuellement et provoquer la modification de certains éléments, d’où des changements discrets et irréversibles.

Conclusion.

Pour que le système cellule stationnaire puisse être qualifié de vivant, il faut que les quatre propriétés soient simultanément satisfaites.

Si par un moyen quelconque on en abolit une seule la cellule ne reste pas vivante.Elle « meurt » rapidement .

VIVANT—-VIE

 

-2-Les Systèmes Complexes

 

La très grande majorité des cellules ne restent pas isolées.Elles forment des systèmes organisés plus ou moins complexes. Ce sont des systèmes vivants puisqu’ils sont formés de cellules vivantes.

Demandons nous si les quatre propriétés définies précédemment, qui permettent de décider que la cellule est un système vivant, sont aussi des propriétés des systèmes complexes. Dans ce cas nous n’aurons plus besoin de savoir si ces systèmes sont effectivement constitués de cellules.

Plutôt que de questionner ces systèmes dans le désordre il peut être commode de les ordonner en groupes en fonction de leurs caractéristiques. Nous avons choisi l’ordre croissant de l’importance de l’intervention du cerveau humain dans la définition du système. Le groupe 1 contient les systèmes qui existent chez les animaux et chez l’homme. Dans les groupes suivants -2, 3, 4- l’homme a modifié de plus en plus des systèmes existant chez l’animal. Enfin le groupe 5 comporte des systèmes totalement créés par le cerveau humain. Ils ne sont même plus constitués de cellules.

 

Les Groupes de Systèmes Complexes

 

-1 Organes. Organismes. Groupe familial.

-2 Groupe social. (fourmilière….village)

-3 Groupe territorial. (territoire….pays)

-4 Groupe national. (nation..patrie)

-5 Groupe culturel. (religion..philosophes..)

 

Les quatre propriétés

1- Le système est un territoire. .

Pour tous les systèmes il y a une limite sur le terrain (frontière) ou dans la culture des membres du groupe. La limite est un lieu d’échanges possible. L’intérieur et l’extérieur sont différents. Beaucoup d’énergie est dépensée pour maintenir cette différence.

2- L’instabilité microscopique.

Les éléments constitutifs du système se renouvellent en permanence.

3- La stabilité macroscopique.

Malgré le renouvellement des éléments le systèmes reste globalement le même.

4- Il y a une mémoire.

Il peut y avoir des changements mais la tradition, les lois, maintiennent le système tout en permettant une évolution.

 

Il est remarquable que ces quatre propriétés permettent de dire que les systèmes du groupe 5 sont des systèmes vivants alors que les règles qui les définissent ne sont pas des cellules.

Lettre à un astronome / comédien

Compte rendu de la sortie théâtre :

Les thèmes étaient très théoriques, une approche scientifique mais pas vraiment philosophique (retracer l’histoire en vulgarisant le coté scientifique, mais aussi l’histoire des religions, croyances) pas de projection de l’aspect philosophique  sur les sciences. Uniquement l’aspect religieux.

Les théories scientifiques ne nous permettent pas d’avoir la vérité mais seulement une approche de celle-ci. Est-ce que la démarche scientifique nous permet d’atteindre la vérité ? Est-ce que la recherche de la vérité par un raisonnement pur, n’est pas contradictoire car il faut avoir la foi en cela ?

La vérité, c’est une idée et nous supposons que tous les hommes possèdent.

Lorsque le comédien a évoqué qu’il y avait une partie en tout homme, qui était dans la croyance, et une autre partie qui était à la recherche de la vérité on peut le rapprocher du fait que la croyance vient des sentiments, du corps, et la recherche du vrai de la raison. L’homme n’est pas parfait au sens d’un être de pure raison. Bien penser, c’est la rationalité, c’est penser par la raison, par étapes (Descartes)

–    Le chercheur croit trouver quelque chose, la vérité.

–     C’est une passion qui anime le chercheur, un amour de la véri

 

Thèmes philosophiques que nous pensions aborder :

– La raison et la foi

– L’anthropocentrisme

– L’astronomie en tant que science : qu’est ce qu’une science, une démonstration, quel est le rôle de l’expérience ?

– Les sciences et les techniques, l’enjeu moral ?

– La représentation théâtrale de l’histoire des sciences

– La double face d’un même personnage représentant la raison et le sentiment (éclaircissement attendu)

– L’intérêt philosophique d’une réflexion sur l’astronomie ?

– Les sens sont-ils trompeurs ?

– Voit on la vérité a travers la lunette ?

– Pourquoi ne pas prendre plusieurs acteurs pour faire les différents rôles ?

– Quel est le rôle du caillou ?

– Notion de proportion par rapport à l’espace et au temps (représentation de tout l’univers sur une année)

 

La classe de Terminale S

Adressé à Jean Louis Heudier :

http://www.heudier.eu/

 

Révisions : nos citations

Nos citations par thème

Désir.

“Philosopher, c’est désirer la vérité.” Platon

“Il faut parvenir à penser que parmi les désirs certains sont naturels d’autre sont vains.” Épicure

“Mais qui dit si et comment il faut regarder la femme d’un autre ? c’est la volonté réfléchie.” Epictète

“Ma troisième maxime était de tâcher toujours plutôt à me vaincre que la fortune, et à changer mes désirs que l’ordre du monde.” Descartes – (maxime : règle de conduite).

“Le désir est l’essence de l’homme.” Spinoza

Les règles de la méthode de Descartes :

– “Ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle.

– De diviser chacune des difficultés que j’examinerais

– De conduire par ordre mes pensées

– De faire partout des dénombrement si entier et des revues si générales que je fusse assurer de ne rien omettre”. ( Les longues chaînes de raison )

Le vivant.

“Pour montrer que la nature n’a pas de fin qui lui soit prescrite et que toutes les cause finales ne sont que des fictions humaines, il n’est pas besoin de beaucoup.” […] (Ceux qui soutiennent la doctrine du finalisme) ” ne cesserons de demander les causes des causes jusqu’à ce que tu te réfugies dans la volonté de Dieu c’est à dire dans l’asile de l’ignorance”. Spinoza

La matière et l’esprit.

“La substance de l’esprit et de l’âme est matérielle.”

“L’esprit pâtit avec le corps.” Lucrèce

“L’étendue en longueur, largeur et profondeur, constitue la nature de la substance corporelle et la pensée constitue la nature de la substance qui pense.” Descartes

” L’âme disparue il n’y a plus d’animal.” Aristote

La vérité.

” Lui croit savoir quelque chose alors qu’il ne le sait pas, tandis que moi comme je n’ai pas ce savoir je ne crois pas non plus l’avoir.” Platon

” Je ne dois pas moins soigneusement m’empêcher de donner créance, aux choses qui ne sont pas entièrement certaines et indubitables, qu’à celle qui nous paraissent manifestement être fausses.” Descartes (à propos du doute)

” L’opinion a, en droit, toujours tord.” Bachelard

La démonstration

shadok-escalier_castaliefr.1235921493« Par là on voit clairement pourquoi l’arithmétique et la géométrie sont beaucoup plus certaines que les autres sciences : c’est que seules elles traitent d’un objet assez pur et simple pour n’admettre absolument rien que l’expérience ait rendu incertain, et qu’elles consistent tout entières en une suite de conséquences déduites par raisonnement. Elles sont donc les plus faciles et les plus claires de toutes. » Descartes, Règle pour la direction de l’esprit.

Utilisée en mathématique, la démonstration est un procédé de réflexion qui consiste à valider un résultat.

Elle correspond alors à cet exercice scolaire qui consiste à valider des problèmes ou des théorèmes déjà démontrés. Les élèves oublient souvent qu’elle sert avant tout à découvrir de nouvelles vérités !

La notion et la valeur de cette dernière est historique . Même si son fondement reste ancré au V° siècle avant Jésus-Christ, la conception de la  démonstration a été remaniée  par les mathématiciens eux-mêmes au XIX°.

Reste à se demander si la démonstration est le mode de connaissance privilégié de l’esprit rationnel.

Discours discursif et déduction

Pour le sens commun, il semble utile de démontrer ses affirmations pour donner une valeur de certitude à ce que l’on dit ou pense. la démonstration,en ce sens assez larges’oppose à l’intuition,  c’est-à-dire la connaissance immédiate de la vérité. Par exemple, lorsque nous constatons que nous sommes assis en train d’écrire sur notre table, nous en avons une intuition et ne demandons aucune démonstration. Mais quand un enoncé, par exemple mathématique, est isolé et ne peut être qualifié immédiatement de vrai, il faut l’associer à d’autres, càd utiliser ce que Descartes nomme « les longues chaînes de raison[…] dont les géomètres ont coutume de se servir ». Précisons ces longues chaînes :

– Le procédé doit être rationnel et objectif, il ne s’agit pas d’associations libres d’idées au grè de notre imagination.

– Les élèments de la démonstration ne sont pas empiriques (fondés sur l’expérience) comme par exemple dans le syllogisme d’Aristote qui permet par induction de reconnaitre des raisonnements formellement vrais. « Le syllogisme est un discours dans lequel, certaines choses étant posées, quelque chose d’autre que ces données en résulte nécessairement par le seul fait de ces données. Par le seul fait de ces données : je veux dire que c’est par elles que la conséquence est obtenue ; à son tour, l’expression c’est par elles que la conséquence est obtenue signifie qu’aucun terme étranger n’est en plus requis pour produire la conséquence nécessaire. » Aristote, Organon (Premiers Analytiques).

Ce qu’il faut démontrer

La démonstation porte necessairement sur « quelque chose », une affirmation,une proposition. Cette proposition doit :

– attribuer une propriété à un sujet

– ou poser un rapport quantitatif ou géométrique entre différents élèments;

Par exemple l’existence n’est pas un attribut car elle ne peut se saisir que par une intuition empirique. L’existence de ne donne pas a priori, c’est la raison pour laquelle « Dieu existe » ou « est un être existant » est, comme le montre Kant, indémontrable.

Les éléments de la proposition doivent avoir une valeur universelle (par exemple démontrer non pas les propriétés de tel ou tel triangle tracé au tableau mais de tous les triangles)

Ainsi dans les Eléments, Euclide définit des propositions démontrées :

a) les théorèmes : propositions établissant des rapports entre leurs élèments.

b) les problèmes : résultat ou construction de figures en trouvant des rapports puis en les vérifiant.

UNE PROPOSITION DOIT SE DÉMONTRER À L’AIDE DE SES ANTÉCÉDENTS.

Il existe alors des propositions non démontrables (sinon il faudrait regresser jusqu’à l’infini)

Il existe un mode de connaissance des principes » intuitif » ou de type « inductif », ce qui ne va pas sans poser de problème quant à cet autre mode de connaissance que la démonstration

Le processus de démonstration repose sur des principes indémontrables : définitions (point,ligne, surface, angle, cercle…), postulats (possibilité de construire ligne, segment de droite, cercle…), axiomes (ont une portée plus générale que les postulats de géométrie seule ou d’arithmétique seule) [Euclide, Eléments, livre 1]

Les postulats, axiomes et définitions sont bien des principes premiers, mais ils apparaissent aussi comme des propositions nécessaires pour passer d’une proposition à une autre : la métaphore de la chaîne de Descartes tout comme le syllogisme d’Aristote ne sont qu’une simplification.

Valeur de la démonstration

La théorie aristotélicienne du syllogisme est l’acte de naissance de la discipline nommée logique. Elle ouvre la possibilité d’une formalisation totale des processus de la pensée : « Je tiens que l’invention de la forme des syllogismes est une des plus belles et des plus considérables de l’esprit humain, et même des plus considérables. C’est une espèce de mathématique universelle dont l’importance n’est pas assez connue ; et l’on peut dire qu’un art d’infaillibilité y est contenu, pourvu qu’on sache et qu’on puisse s’en servir, ce qui n’est pas toujours permis. » Leibniz, Nouveaux essais sur l’entendement humain.

Mais  cette théorie est remise en question au XX° siècle en particulier par Frege et Russell. Ceux-ci pensent que pour parfaire la logique, il est absolument nécessaire que celle-ci use d’un ensemble de signes qui lui soit propre, qui soit distinct des langues naturelles et donc protégé de toutes les équivoques que présentent celles-ci. Ainsi peut être assurée la rigueur des démonstrations ou chaînes de déductions permises par le système formel en tant que système axiomatique. L’intuition, qui grevait les mathématiques, n’a alors plus aucune place dans la démonstration.