Corrigé Hegel

Corrigé du devoir numéro 1

 

« Il paraît particulièrement nécessaire de faire de nouveau de la philosophie une affaire sérieuse. Pour toutes les sciences, les arts, les talents, les techniques, prévaut la conviction qu’on ne les possède pas sans se donner de la peine et sans faire l’effort de les apprendre et de les pratiquer. Si quiconque ayant des yeux et des doigts, à qui on fournit du cuir et un instrument, n’est pas pour cela en mesure de faire des souliers, de nos jours domine le préjugé selon lequel chacun sait immédiatement philosopher et apprécier la philosophie puisqu’il possède l’unité de mesure nécessaire dans sa raison naturelle – comme si chacun ne possédait pas aussi dans son pied la mesure d’un soulier. Il semble que l’on fait consister proprement la possession de la philosophie dans le manque de connaissances et d’études, et que celle-là finit où celles-ci commencent. »

Hegel, Phénoménologie de l’Esprit

 

 

–         Il ne faut pas résumer le texte

–         Il ne faut pas commenter le texte

–         Ne pas dire ce que l’on pense du texte.

 

Définir le mots ex. sérieux, philosopher, nécessité…

 

S’aider de l’étymologie.

 

Il faut s’interroger sur le texte, il faut rester dans les arguments de l’auteur pour éviter le HS.

S’interroger sur les comparaisons de la philosophie avec les sciences, arts, métiers…

Il faut TOUT expliquer dans un texte ! (les parenthèses…)

Ex : mesurer = c’est ramener à une unité.

 

 

Intro :

L’auteur souligne de manière polémique deux idées concernant la philosophie ; la philo n’est pas une connaissance immédiate et la philo n’exclue pas le travail, l’exercice, l’effort. Il s’agit donc de lever un préjugé qui vient du sens commun ou d’une sorte de pensée intuitive. A l’inverse l’auteur valorise le savoir média (= inverse de immédiat), le savoir qui s’acquert grâce à des intermédiaires. Le problème du texte, au delà de la philo,  est de savoir si la connaissance, l’acquisition de la vérité doit être immédiate ou conceptuelle.

 

Explication :

Texte

C’est à dire

Il paraît… sérieuse. Sérieux  = Jeu, divertissement, futile, qui n’engage pas dans notre existence. , mon savoir.Est sérieux ce qui engage le savoir, une manière de vivre, ce qui n’est pas fait pour l’amusement. Et 2eme sens : important, primordial.Il faut prendre au sérieux la philo car elle a des difficultés.+ La nécessité : contrainte pourquoi cette nécessité ?
Pour toutes les sciences… pratiquer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si quiconque ayant …dans son pied la mesure d’un soulier.

 

 

 

 

 

 

Il semble que l’on … quand la philosophie commence.

Les sciences : ensemble de connaissances qui sont des connaissances par démonstration = connaissances discursives (ex : maths). Mise en relation entre plusieurs phénomènes. Les sciences sont une affaire sérieuse pour le sens commun car elles donnent des connaissances indubitables .Les arts : en quoi les arts sont une affaires sérieuses ? Comme pour les techniques il faut des savoirs faire. Et il y a en arts une dimension culturelle, une subjectivité qui fait que ses propres productions sont reconnues comme belles.Les techniques : savoir faire + des pratiques méthodiques.Les 3 disciplines ont en commun d’exiger, une peine, un effort et surtout un apprentissage. Apprendre signifie l’acquisition d’un certain type de connaissances soit par un travail intellectuel soit par l’expérience ou l’habitude mais il faut de plus devenir capable de pratiquer ces connaissances par un effort de l’esprit et/ou du corps.

Préjugé = conviction

Pour illustrer l’idée d’un travail nécessaire et d’un exo méthodique concernant toute les disciplines citées Hegel énonce un exemple qu’on explique : nul ne peut prétendre faire un objet ordinaire (les souliers) sans apprentissage préalable. Nul ne pense pouvoir s’improviser artisan, ni artiste, ni savant. Il s’agit d’une conviction d’un préjuge par le sens commun, c’est-a-dire d’une idée courante commune et immédiate. Cette idée est a la fois partager par celui qui ne philosophe pas l’homme du commun mais aussi par les partisans d’une pensée intuitive. Hegel dénonce les fausses idées sur la philo, la première étant l’absence d’apprentissage préalable, l’idée que la philo est une pensée immédiate, la seconde privilégiant le non savoir voire l’ignorance.

Le sens commun affirme que pour philosopher point n’est besoin de connaissance. Cette thèse représente un préjugé, une opinion déjà formée résultant de l’habitude, des idées préconçues la seule justification que pourrait donner le sens commun c’est que tous possède une raison, c’est à dire l’instrument pour palier au manque de connaissances. Cependant la raison n’est jamais en rupture avec le savoir puisqu’elle se définit comme la faculté de distinguer le vrai du faux. Paradoxalement la pensée du sens commun affirme que la philosophie ne serait que l’arrêt l’interruption de la connaissance, la fin de l’effort et de l’étude pour acquérir le savoir.

Intérêt philosophique :

 

Le texte présente un intérêt pour la philosophie mais aussi pour la nature de la connaissance en général. (Que puis-je savoir ? de KANT)

La philosophie n’est pas un savoir immédiat. Elle ne se fait pas sans effort et apprentissage.

On peut se demander quel est ce dur travail ? En quoi consiste l’effort qu’exige la philosophie ? On peut se demander en quoi consiste la pratique et quels sont les exercices propres à la philosophie, car l’auteur dément un préjugé qui consiste à dire que chacun philosophe ou que chacun sait philosopher. Le travail dont parle Hegel consiste en une médiation, c’est à dire en un intermédiaire entre nos idées et la vérité. Il s’agit de transformer des opinions en idée juste, des idées en concepts. Cela exige un exercice continuel et ordonné, une méthode mais aussi le choix des matériaux qui s’offrent à nous dans le monde. Ces matériaux sont le contraire des convictions ou préjugés, ce qui signifie que la philosophie n’apparaît pas au sein de l’ignorance.

Une autre erreur du sens commun est de penser que le savoir et la connaissance sont du côté de l’intuition, du sentiment.

Laisser un commentaire