Cours 3 Nature et culture

Nature et culture

Introduction :

La nature c’est au sens large tout ce qui nous entoure , elle comprend le minéral , le végétal et les animaux .

La difficulté est de définir au sein de cette nature la spécificité de l’homme .

En effet dans la nature l’homme se distingue des animaux même si cette distinction n’est pas un privilège .

Citation de Spinoza : « l’homme n’est pas un empire dans un empire »

Spinoza dénonce l’illusion de liberté , toutes les lois qui le contraignent sont des lois de la nature , l’homme ne peut pas se réserver une enclave de liberté , il ne peut pas rompre avec l’animalité .

C’est le déterminisme (= objet déterminer ) de la nature .

Qu’est ce qui permet à l’homme de passer à un autre ordre à l’ordre de la culture ?

C’est l’éducation qui permet de passer de l’ordre naturelle à la culture , ce que nous montre aujourd’hui l’ethnologie , c’est que toute société , toute génération transmet un héritage à la suivante .

La différence entre la nature et la culture est celle entre hérédité et héritage

I/L’homme dans la nature

Texte extrait de PLATON, «Protagoras», in Oeuvres complètes, tome 1,

à lire dans lecture ici =

https://lewebpedagogique.com/philo-bac/lectures/promethee-voleur-de-feu/

Dans le mythe de Prométhée : « il voit les autres animaux convenablement pourvus sous tous les rapports, tandis que l’homme est tout nu, pas chaussé, dénué de couvertures, désarmé. »

Le vol du feu par Prométhée permet le passage à la culture et à l’agriculture 

Groupe 1

Introduction: La nature au sens large est tout ce qui nous entoure (le végétal, le minéral, le vivant), et qui n’a pas été transformé par l’Homme.

La nature relève ainsi de l’immédiat et de l’instinct .

La culture se définie comme un ensemble de coutumes, de connaissances de savoir faire qui se transmettent à un groupe par l’éducation. On peut se demander si la culture est le propre de l’Homme, c’est-à-dire si elle permet de le définir et de le distinguer des autres.

2 enjeux

anthropologie: Ce qui concerne l’Homme.

-Comprendre le lien, le passage entre nature et culture

Explication du texte de Platon:

/Une première partie

Les dieux chargent deux frères de distribuer des qualités aux espèces vivantes.

Distribution des qualités afin que chaque espèce puisse survivre.

«L’Homme est nu».

2/ L’enfant sauvage et la perfectibilité (Rousseau)

 

« Mais quand les difficultés qui environnent toutes ces questions (concernant la différence entre l’homme et l’animal) laisseraient quelque lieu de disputer, il y a une autre qualité très spécifique qui les distingue, et sur laquelle  il ne peut y avoir de contestation : c’est la faculté de se perfectionner ; faculté qui, à l’aide des circonstances, développe successivement toutes les autres, et réside parmi nous tant dans l’espèce que dans l’individu, au lieu qu’un animal est, au bout de quelques mois, ce qu’il sera toute sa vie, et son espèce, au bout de mille ans, ce qu’elle était la première année de ces mille ans.

Pourquoi l’homme seul est-il sujet à devenir imbécile? N’est-ce point qu’il retourne ainsi dans son état primitif et que, tandis que la bête, qui n’a rien acquis et qui n’a rien non plus à perdre, reste toujours avec son instinct, l’homme reperdant par la vieillesse ou d’autres accidents tout ce que sa perfectibilité lui avait fait acquérir, retombe ainsi plus bas que la bête même ?

Il serait triste pour nous d’être forcés de convenir que cette faculté distinctive, et presque illimitée, est la source de tous les malheurs de l’homme; que c’est elle qui le tire, à force de temps, de cette condition originaire dans laquelle il coulerait des jours tranquilles et innocents; que c’est elle qui, faisant éclore avec les siècles ses lumières et ses erreurs, ses vices et ses vertus, le rend à la longue le tyran de lui-même et de la nature. »
Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755)

 

 

 

3/ La diversité des cultures

 

 

Diversité des cultures

1. Les cannibales

Le début des grands navigateurs (16ème siècle)

Depuis le 16ème siècle il y a encore peu de philosophes qui vont s’intéresser aux peuples étrangers

Barbare : une onomatopée, est un son (EX : hop, aille, ouille) qui donne du sens et donc barbare est un sons qu’on ne comprend pas donc les grec ont utilisé barbara pour désigner les différentes langues notamment celle de Spartes (cité rivale). C’est la langue qui fait le critère distinctif (langues en grec = logos qui désigne la raison, le discours). Quelqu’un qui n’a pas de logos n’a pas de citoyenneté, les esclaves sont exclus de la démocratie tout comme les étrangers, femmes et enfants

 

2. L’ethnocentrisme

Lévi-Strauss par au Brésil et rencontre les Nambikwara. C’est un peuple sans écriture donc sans histoire, aucun voyageur n’a parlé d’eux ni eux mêmes n’ont écrit leur histoire, comment ils ont pu faire des lois sans écritures, ils n’ont qu’un critère c’est par voie orale. Ceux qui entendent la voie font partie du village sinon ils ne font pas parti du village

L’ethnocentrisme = à partir d’études de la notre les Lévi-Strauss explique « nous jugeons toujours les étrangers à partir de nos propres critères. » l’ethnocentrisme consiste à valoriser, à mettre au centre nos propres valeurs. Ça veut dire se mettre en modèle des autres, considérer que notre ethnie est l’humanité, il y a aussi notion d’espace (EX : nationalisme territorial).

Le barbare c’est celui qui croit en la barbarie.

La multiplicité et la diversité des cultures sont irréductibles. C’est le paradoxe de l’homme que de ne pas avoir de nature. L’homme est un être de culture, qui échappe à toute définition c’est à dire tout ce qui est universel

Cependant, Lévi-Strauss va trouver une règle universelle, un point commun à toutes les cultures, c’est l’interdit de l’inceste. Cette règle concerne des liens de parentés différents, cette règle est écrite ou énoncée de manières différentes, enfreindre cette règle c’est se livrer à des sanctions différentes.

 

 

Nature et culture

Introduction :

La nature c’est au sens large tout ce qui nous entoure, elle comprend le minéral, le végétal et les animaux.

La difficulté est de définir au sein de cette nature la spécificité de l’homme.

En effet dans la nature l’homme se distingue des animaux même si cette distinction n’est pas un privilège.

Citation de Spinoza : « l’homme n’est pas un empire dans un empire »

Spinoza dénonce l’illusion de liberté, toutes les lois qui le contraignent sont des lois de la nature, l’homme ne peut pas se réserver une enclave de liberté, il ne peut pas rompre avec l’animalité.

C’est le déterminisme (= objet déterminer) de la nature.

Qu’est ce qui permet à l’homme de passer à un autre ordre à l’ordre de la culture ?

C’est l’éducation qui permet de passer de l’ordre naturelle à la culture, ce que nous montre aujourd’hui l’ethnologie , c’est que toute société, toute génération transmet un héritage à la suivante.

La différence entre la nature et la culture est celle entre hérédité et héritage

I / L’homme dans la nature

Texte extrait de PLATON, «Protagoras», in Oeuvres complètes, tome 1, à lire ici : https://lewebpedagogique.com/philo-bac/lectures/promethee-voleur-de-feu/

Dans le mythe de Prométhée : « il voit les autres animaux convenablement pourvus sous tous les rapports, tandis que l’homme est tout nu, pas chaussé, dénué de couvertures, désarmé. »

Le vol du feu par Prométhée permet le passage à la culture et à l’agriculture.

II / L’homme est-il un animal comme les autres ?

? Déterminisme (loi de la nature)

? Libre arbitre (l’homme peut choisir) = Perfectibilité

« L’homme est un candidat de l’humanité » Dr. Itard

Il dit que la raison est inné et il faut la perfectionner, l’éduquer ; L’homme nait indéterminé. L’homme est le produit d’une histoire.

III / La diversité des cultures

De Montaigne XVIe siècle | Texte de l’œuvre : « Les cannibales ». ESSAIS = œuvre complète de Montaigne.

Les barbares Définition ? : 4 définitions différentes

  • 1) Le sens ethnocentriste (tout ramené à son peuple) ? Une ethnie

Levi Strauss ? Race et Histoire XXe

Celui qui est différent

  • Langue (LOGOS) différente

Autres critères de différences (armée, loisirs)

La barbarie : « chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage » De Montaigne

  • 2) Le sens moral

« La barbarie c’est de transgresser les règles de la raison » de Montaigne

RAISON :

? Thérapie limitée (connaissance)

? Pratique morale (règle) Contraire de : Relativisme des valeurs

CANNIBALISME :

? Extrême vengeance

? Comprendre, restituer du sens ? Juger : Démarche de Montaigne

? Plus de barbarie dans la torture

? Supériorité :

  1. Vertu guerrière
  2. La sobriété / Epicure
  3. La solidarité (Un homme est une moitié)
  • 3) Le sens psychologique

?Manque d’intelligence

Cf Texte de Bergson homme primitif

  • 4) Le sens naturaliste

? Proche de la nature

« Les lois naturelles leur commandent encore, fort peut abâtardies par les nôtres ».