http://images.chapitre.com/ima1/big1/330/799330.jpg Les histoires comme ça: la seconde découverte de l’enfant d’éléphant et de son insatiable curiosité dans la série : Même les plus grands ont été petits, après Nitch le petit Platon.

En 428 avant J.C.est né dans une famille athénienne dont le nom n’est pas passé à la postérité, un bébé dont le nez très épaté était enfoui entre deux pommettes particulièrement hautes. Les proches, en le découvrant dans son couffin, se sont tous écriés:  » Oh !! un platon » en référence à son visage sans relief. Ce sobriquet lui est resté. Il ne l’aimait pas. Surtout que les galopins du quartier le poursuivaient dans la rue en chantant sur l’air des lampions  « le platon…le platon.. » Il se réfugiait dans une grotte des environs ou, pour ne pas voir les gamins qui le poursuivaient, il restait tourné vers la parois sur laquelle son ombre se dessinait. Tout petit, il était déjà très observateur et il s’amusait avec ses mains à dessiner en ombre sur le fond de la grotte des silhouettes de toutes sortes. Il devinait aussi l’ombre de ses poursuivants faisant une sarabande infernale. A sa mère, qui se désolait de le voir fuir la maison et se réfugier dans cette grotte et qui, inquiète, lui demandait ce qu’il y faisait, il répondait en bougonnant:  » Je me fais un spectacle d’ombres grecques « …. Il avait, sans le savoir, redécouvert les ombres chinoises qui existaient en Chine et en Inde depuis la nuit des temps…et même avant.
Plus grand, son intelligence exceptionnelle lui a permis de fréquenter les rues mêmes d’Athènes où il apprit la Philosophie et devint le disciple de Socrate. Il écrivit une oeuvre considérable dans laquelle il fit référence aux observations qu’il avait faites dans la grotte de son enfance présentant la grotte comme une allégorie de la société. Il a gardé le nom de Platon bien qu’il ait toujours souffert de ce rappel permanent à une enfance qu’il n’aimait pas.
Jean Mauchamp

Étiquettes : ,

Les commentaires sont fermés.