picasso

Picasso, La ligne de chance, 1952

Nous irons voir l’exposition DOISNEAU, PORTRAITS D’ARTISTES au musée Angladon lundi 16 novembre à 8 heures 15

Qui était Robert Doisneau (1912?1994) ?

Né à Gentilly (14 avril 1912) et mort à Montrouge, Robert Doisneau est un homme de la banlieue parisienne qu’il célébrera dans toute son oeuvre. Il a une formation de graveur lithographe à l’école Estenne de Parismais réalise ses premières photos dès 1929 et choisit très vite ce métier. Il travaille pendant quatre ans comme assistant au service de publicité des usines Renault. De ce modeste travail, il se détache après la guerre pour participer à l’agence Rapho mais aussi faire ses preuves omme photographe indépendant. Son oeuvre reçoit le prix Kodak (1947) et le prix Nicéphore Niepce (1956). Il davient alors célèbre mais conservera toute sa vie la même modestie et la même simplicité. Il édite plusieurs livres, dont « à l’imparfait du subjonctif » (1989) et se prête à des films dont l’un  réalisé par Sabine Azéma « Bonjour, M. Doisneau » . Il meurt en avril 1994, laissant une oeuvre riche de plus de 400000 négatifs.


La place de Robert Doisneau dans l’histoire de la photographie.

Dans les années 1930 on parle du courant humaniste de la photographie : il s’agit d’exhalter l’homme dans sa réalité quotidienne, en particulier dans l’immédiat après guerre qui connait un renouveau de cette idée de reconstruction aussi bien économique que proprement humaine (salaires, conditions de travail, congés payés,etc). Robert doisneau va cpter petits bonheurs et injustices, drames et détails de la rue, personnages types et passants anoymes. Certaines attitudes, certains gestes banals deviennent des moments de grâce.

La photographie s’impose aussi à partir des années 1930 dans la presse illustrée. Elle représente une vritable avant garde dans le domaine des arts tout en devenant plus aisée grâce aux appareils maniables, légers (Leica 24/36). Les ateliers d’artistes deviennent à la mode et les collaboration entre photographes et artistes plus fréquentes (en particulier avec les écrivains).  C’est ainsi qu’en 1937, Doisneau, nouvellement installé dans un atelier de peintre à Montrouge en banlieue parisienne, réalise son premier reportage sur un artiste dans l’atelier de Fernand Léger.

Doisneau va photographier ainsi d’autres « voisins d’atelier », Picasso, Braque, Foujita, Marcel Duchamp ; il exécute des commandes pour des revues comme Le Point ou Vogue. Des 1950, ces photographies connaissent un succès grandissant et une demande importantes des agences comme Rapho où Doisneau fait son entrée aux côtés d’Edouard Boubat, Willy Ronis et Jean Dieuzaide.

Robert Doisneau et les artistes

Quelques recherches sur les peintres suivants :

BRAQUE

FERNAND LEGER

PABLO PICASSO

DIEGO GIACOMETTI

Intérêt philosophique

La création :

  • L’artiste à l’œuvre, travail et inspiration
  • L’œil de l’esprit
  • Le génie

Le jugement de goût

  • Le beau et l’agréable
  • Règles, canons et mode
  • L’universalité du jugement

Le statut de « l’objet photographie » :

  • statut juridique (à qui appartient une photograhie)
  • problème de la reproductibilité
  • statut d’une oeuvre d’art

Les commentaires sont fermés.