DSC05539

II- La question de l’origine.

Le mot nature vient du verbe nascor qui veut dire naître.

En ce sens, la nature est définie comme origine, comme la mère nourricière, ce qui donne la vie, ce qui permet la croissance des vivants. La nature est considérée dans de nombreux mythes, légendes, histoires sacrées comme la mère qui favorise les hommes, il est alors mauvais de s’en détacher. Elle peut aussi représenter une puissance défavorable (tremblements de terre, ouragans, tempête, incendie, inondation) en ce sens l’homme doit s’en éloigner ou la maîtriser.

Qu’elle soit bonne ou mauvaise pour l’homme, la nature est toujours problématique :

– Pour la connaissance (le savoir)

–  Pour sa maîtrise (le pouvoir)

C’est l’enjeu des sciences et des techniques, de leur progrès dans l’histoire qui apparaît au sein du débat nature et culture. La question se pose de savoir s’il existe un passage entre les 2 notions et si l’homme trouve un sens à sa vie en se détachant de sa mère nourricière.

(cf texte de Platon Protagoras: http://lewebpedagogique.com/philoflo/lart/%C2%AB-l-homme-nu-et-autres-recits-%C2%BB/)

Ce qui nous paraît être une habitude a une origine dans ce mythe, il s’agit de montrer que les 2 valeurs, la honte et la justice, n’ont pas toujours été ce qu’elles sont aujourd’hui. Le texte explique la fabrication des différentes espèces par les dieux et la distribution des qualités qui leur permettent de survivre. A la fin de cette distribution il ne reste plus rien pour l’homme il est nu, il ne peut ni se défendre ni se protéger ni subvenir à ses besoins. Prométhée va voler au Dieu Héphaïstos et à Athéna, le feu, l’origine de la technique comme de tous les savoirs que l’homme pourra développer. L’enjeu philosophique est de comprendre le passage de la nature à la culture comme par exemple du cru au cuit, de l’injustice à la justice, de la barbarie à la pudeur, de l’inactivité au travail, de la guerre à la civilisation etc.


4 commentaires pour “suite « nature et culture » (2)”

  1.  Jean Mauchamp dit :

    L’ énigme de l’ origine a toujours été centrale pour l’ homme. La syllabe sanskrite OM, décrite comme le « son germe » possède un sens sacré pour les hindous et les bouddhistes surtout tibétains (le sanskrit est l’une des plus anciennes langues connues et on lui attribuait une origine divine. C’est une langue indo-européenne, famille qui comprend le latin et l’ anglais). Elle est formée de trois sons A-U-M et est psalmodiée sans fin. Un dessin ou une sculpture représente cette syllabe.
    Ce concept de « son germe » se rapproche du « cri primal » poussé par le nouveau-né à la naissance ou par Tarzan dans la jungle. Essayez à plusieurs dans la cour du lycée…René Char vous répondra.

  2.  terminalestlc dit :

    Allez l’OM !!!!!!

  3.  terminalestlc dit :

    Nous vous remercions pour cette explication savante. Dans la pensée judéo-chrétienne on entend le verbe divin, dans le polythéisme grec c’est la colère de Zeus, comme si il y avait toujours une parole a l’origine, c’est pourquoi on vous accord volontiers les cris des supporters Tibétains xD.

  4.  Jean Mauchamp dit :

    Quand on pose la question de l’ origine de l’ homme et non plus celle de l’origine du Tout on retrouve les deux lettres O et M. Coïncidence ou pouvoir évocateur « magique » de ces deux lettres je vous en laisse juge. C’est dans la vallée de l’ OMO que des paléoanthropologues français ont découvert les restes de l’ hominidé le plus ancien connu: l’ homme de Toumaï. C’est une vallée située en Ethiopie ou vivent aujourd’hui un ensemble de peuples dans des conditions difficiles à cause du climat et de la guerre endémique. Il est possible que Toumaï ait quitté la vallée de l’ OMO pour coloniser les espaces à l’ est de l’ Afrique. Nous serions donc tous des Toumaï. Pensez y en vous regardant dans la glace le matin pour vous maquiller ou pour vous raser. Bonjour frères Toumaï échappés de l’ OMO, certains ont beaucoup évolué d’ autres moins!!!