Fiche travail technique

caillebotte-les-raboteurs.jpg
 (Caillebotte Les raboteurs)
Travail: (etym : latin tripalium, instrument de torture formé de trois échalas (tripalis) de palus, poteau. Puis dispositif formé de trois pieux servant au maréchal-ferrant pour garrotter un animal, un cheval ou un âne). 1) Dans la Bible : malédiction de l’homme voulue par Dieu comme une sanction de son pêché ( » Maudit soit le sol à cause de toi ! A force de travail, tu en tireras ta subsistance tous les jours de ta vie  » Genèse, 3, 17) 2) Sens usuel : activité de l’homme, consciente et volontaire, orientée vers la production d’un résultat socialement utile. Il ne faut pas confondre travail et emploi, car une activité bénévole ou improductive peut être considérée comme un travail à certaines conditions.
Le travail comporte toujours une part importante de contraintes, de charges ou obligations indésirables, pénibles ou même aliénantes. Pour la plupart des hommes, le travail est une nécessité vitale. Il ne faut donc pas confondre travail et activité créatrice, travail et œuvre. Selon Hannah Arendt, le travail est  » consentement à la nature « , car il enferme l’homme dans le cycle de la production et de la consommation, tandis que l’œuvre témoigne de notre liberté. Les œuvres sont en effet des constructions symboliques qui portent toujours la marque de la conscience et de l’humanité : c’est en ce sens qu’elles nous délivrent de l’empire de la nécessité.
Principe de plaisir/ principe de réalité (selon Freud) : le principe de plaisir est le principe qui gouverne entièrement notre vie psychique dans les premiers jours ou semaines de notre existence. On appelle  » plaisir  » l’apaisement de nos besoins ou de nos désirs en tant que cet apaisement se manifeste par une chute ou une réduction de toute forme de tension. Au début de notre vie, nous ignorons tout autre objectif que le plaisir, et nous voulons atteindre celui-ci sans délai. Dans un second temps, et pour l’ensemble de notre existence ultérieure, nous admettons l’existence d’obstacles, et nous acceptons de différer la satisfaction de nos pulsions. Le  » principe de réalité  » -qui nous amène à ajourner notre plaisir -lequel reste toutefois notre objectif- gouverne le système conscient/préconscient, tandis que le  » principe de plaisir  » continue de régir notre vie inconsciente.

Technique (etym grec technikos, de technè, art, technique) 1 ) Sens usuel : ensemble de procédés inventés et mis en œuvre par l’homme en vue de produire un certain nombre de résultats jugés utiles . Aujourd’hui le mot technique désigne plus spécifiquement l’ensemble des  » techno-sciences  » c’est-à-dire des techniques complexes qui constituent le prolongement des sciences modernes, telles que les biotechnologies par exemple. 2) Chez Heidegger : la technique est porteuse d’une ontologie, d’une vision du monde mégalomaniaque et effrayante. L’essence de la technique est en effet  » l’arraisonnement de la nature « , c’est-à-dire la mise à la raison (soumission, encadrement et même destruction) de l’univers matériel dans son ensemble et du sol en particulier. Les performances actuelles de la technique sont l’aboutissement d’un projet de main-mise sur la nature qui définit la métaphysique des temps modernes dans son ensemble (cf : cartésianisme, fiche le sujet). Or ce projet, brutal et démesuré, constitue une menace redoutable pour l’humanité à venir cf les îles vouées à disparaître du fait du réchauffement de la planète).

Laisser un commentaire