Histoire : le travail nécessaire de l’historien (Cassirer)

lecteur rembrandt

L’historien ne peut appréhender le passé sans un travail herméneutique (recherche du sens) préalable:

« On a souvent fait remarquer que le terme d’« histoire » est utilisé dans un double sens. Il signifie d’une part la res geste (1, les faits, les événements, les actes du passé. Mais d’autre part il signifie quelque chose de fort différent; il signifie notre récollection, notre connaissance de ces événements. D’un simple point de vue logique, cela semble impliquer une curieuse et fort choquante équivocité que nous ne trouvons dans nulle autre branche de la connaissance. C’est comme si un scientifique n’était pas capable de faire une distinction entre l’objet et la forme de sa connaissance, comme s’il confondait « physique » et « nature ». Mais peut-être pouvons-nous rendre compte de cette incongruité qui au premier abord semble être fort sujette à objection. La connexion entre le contenu et la forme de la connaissance est bien plus proche dans l’histoire qu’elle ne l’est dans n’importe quelle branche de la science de la nature. Dans notre expérience commune nous sommes tous entourés d’objets physiques. La science doit décrire et expliquer ces objets, mais nous ne les perdrions pas de vue si nous ne possédions pas l’aide de la science; il semble que nous puissions les percevoir et que nous puissions les voir, les toucher immédiatement. Mais nous ne pouvons saisir notre vie passée, la vie de l’humanité, de cette façon. Sans le labeur constant et infatigable de l’histoire, cette vie demeurerait un livre clos. Ce que nous appelons notre conscience historique moderne dut être construite pas à pas par le travail de grands historiens. L’histoire inverse pour ainsi dire le processus créateur qui caractérise notre civilisation humaine. La civilisation humaine crée nécessairement de nouvelles formes, de nouveaux symboles, de nouvelles formes matérielles en lesquelles la vie de l’homme trouve son expression externe. L’historien poursuit toutes ces expressions jusqu’en leur origine. Il essaie de reconstruire la vie réelle qui est à la base de toutes ces formes singulières. […] Sans une herméneutique’ historique, sans l’art de l’interprétation contenu dans l’histoire, la vie humaine serait une chose très pauvre. Elle serait réduite à un moment singulier du temps, elle n’aurait pas de passé et pour cela pas de futur; car la pensée du futur et la pensée du passé dépendent l’une de l’autre ».
Ernst Cassirer, «Séminaire sur la philosophie de l’histoire» (1942), dans L’idée de l’histoire, trac. E Capeillères, Éd. du Cerf, 1988, pp. 84-85.
1. <Les actions».
2. Travail d’interprétation, de recherche du sens.

Laisser un commentaire