L’histoire n’est pas un système (texte de Tocqueville)

Une lecture  éclairée de l’histoire s’interdira toute approche systématique.Plus subtile, plus complexe, elle s’efforcera  de prendre en compte les divers aspects de la rationalité historique.

 

J’ai vécu avec des gens de lettres, qui ont écrit l’histoire sans se mêler aux affaires, et avec des hommes politiques, qui ne ne sont jamais occupés qu’à produire les événements sans songer à les décrire. J’ai toujours remarqué que les premiers voyaient partout des causes générales, tandis que les autres, vivant au milieu du décousu des faits journaliers, se figuraient volontiers que tout devait être attribué à des incidents particuliers, et que les petits ressorts, qu’ils faisaient sans cesse jouer dans leurs mains, étaient les mêmes que ceux qui font remuer le monde. Il est à croire que les uns et les autres se trompent.

 Je hais, pour ma part, ces systèmes absolus, qui font dépendre tous les événements de l’histoire de grandes causes premières se liant les unes aux autres par une chaîne fatale, et qui suppriment, pour ainsi dire, les hommes de l’histoire du genre humain. Je les trouve étroits dans leur prétendue grandeur, et faux sous leur air de vérité mathématique. Je crois, n’en déplaise aux écrivains qui ont inventé ces sublimes théories pour nourrir leur vanité et faciliter leur travail, que beaucoup de faits historiques importants ne sauraient être expliqués que par des circonstances accidentelles, et que beaucoup d’autres restent inexplicables ; qu’enfin le hasard ou plutôt cet enchevêtrement de causes secondes, que nous appelons ainsi faute de savoir le démêler, entre  pour beaucoup dans tout  ce que nous voyons sur le théâtre du monde ; mais je crois fermement que le hasard n’y fait rien, qui ne soit préparé à l’avance. Les faits antérieurs, la nature des institutions, le tour des esprits, l’état des mœurs, sont les matériaux avec lesquels il compose ces impromptus qui nous étonnent et  qui nous effraient.
La révolution de Février 1 , comme tous les autres grands  événements de ce genre, naquit de causes générales fécondées, si l’on peut ainsi parler, par des accidents ; et il serait aussi superficiel de la faire découler nécessairement des premières, que de l’attribuer uniquement aux seconds.

 Alexis de Tocqueville, Souvenirs (1850-1851), Deuxième partie, Chapitre 1, Gallimard, Collection Folio-histoire, 1999,  pp 84-85.

NOTE 1 : Février 1848.

 

 

 

 

 

 

4 réflexions au sujet de « L’histoire n’est pas un système (texte de Tocqueville) »

  1. Le , Jean-Jacques Boullis a dit :

    Rien de plus difficile, au fond, pour l’historien, que de parvenir à combiner ,lors de l’analyse des grands moments de l’histoire ,le poids des causes structurelles (mentalités des peuples,crise économique ,passions collectives, etc.), avec les déclencheurs proprement dits ,-ces causes occasionnelles-dont on ne saurait trop souligner l’importance : Ainsi ,à propos de la révolution du 24 février 1848 (erratum:et non ,1948) dont le témoin Tocqueville souligne combien elle prit tout le monde de court ,à commencer par les opposants au gouvernement Guizot ,surpris par la soudaineté de leur victoire : Outre l’aversion pour les explications déterministes ,réductrices ,qui ne tendent à rien de moins qu’à déposséder les hommes du sens de leurs combats , de leurs libres projets ,il n’en met pas moins en garde contre la fascination pour l’actualité , -contre une lecture « jounalistique, » qui,elle, se complaît dans l’étalement des anecdotes , des nouvelles pittoresques…comme s’il fallût attendre de la divulgation de ces péripéties l’éclairage de l’événement…Il nempêche : La contingence domine en histoire , -ce lieu même où rien n’était écrit d’avance, où le surgissement d’événements sidérants vient déjouer d’un coup les prévisions les mieux fondées ,les frapper de caducité…

  2. merci beaucoup pour ce commentaire, et j’ai corrigé la faute..

  3. Le , babhou a dit :

    expliquer le sens de la distinction entre causes générales et causes accidentelles. illustrer cette distinction en prenant un exemple précis dans les cour d’histoire

  4. ?????
    vous me proposez un exercice?
    ???????????????????????????????????????

Laisser un commentaire