Citation commentée Platon Gorgias

 Gorgias 

 

« Je crois que je suis un des rares athéniens – pour ne pas dire le seul – qui s’attelle vraiment à l’art politique et que je suis le seul parmi nos contemporains à faire de la politique. Comme je ne cherche pas à plaire en tenant les discours que je tiens à chaque occasion, mais que j’ai en vue le meilleur et non le plus agréable […] , je serai jugé comme un médecin serait jugé par des enfants, face à l’accusation d’un cuisinier » ( p 152)

 Dans la dernière partie du dialogue  Gorgias, Socrate,   tenant tête   au fougueux Calliclès, conclut une longue discussion qui vient de l’opposer aux maîtres de rhétorique Gorgias et Polos. La rhétorique serait,  par rapport  à la philosophie,  ce que la cuisine est à la médecine. Les sophistes, qui enseignent la rhétorique, prétendent éduquer les jeunes gens à la vertu – moyennant rétribution. En réalité, ils enseignent  des procédés permettant de réussir dans la vie publique. Leurs meilleurs élèves accèderont sans doute au pouvoir, mais en pratiquant  une politique fondée sur la démagogie,  c’est-à-dire sur l’art de flatter et de manipuler l’opinion publique.  Si les sophistes sont les cuisiniers de la politique, les philosophes au contraire en sont comme les médecins. Ils prescrivent les bons remèdes car ils ne visent que  la vérité,  analogue  de la santé pour la  médecine.

C’est ainsi que Socrate anticipe sa condamnation à mort. Tout comme des enfants, les citoyens préfèreront toujours un flatteur à celui qui les « met à la torture » par ses questionnements  intempestifs, tout comme le médecin tourmente son patient en lui imposant potions amères, cautérisations, ponctions, cataplasmes  et  autres remèdes foncièrement rébarbatifs.

 

Sujet de bac

 Voici ma propostion :

  » Peut-on séparer la morale et la politique? »

Et pour vous aider à le traiter

 « Ceux qui voudront traiter séparément la politique et la morale n’entendront jamais rien à aucune des deux » Rousseau

Justice et force (texte de Pascal)

Dans ce texte Pascal explique que le droit ne peut pas prendre le pouvoir, car par définition le droit est sans force -il est non violent.
 C’est aussi le sujet d’un film de John Ford : « L’homme qui tua Liberty Valance ». Cela se apsse au far-west. Un juriste veut faire régner l’ordre. Mais il est impuissant car il ne sait pas tirer et donc ne peut pas se faire respecter:

 

 

 

 

« Justice, force. Il est juste que ce qui est juste soit suivi, il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit suivi. La justice sans la force est impuissante : la force sans la justice est tyrannique. La justice sans force est contredite, parce qu’il y a toujours des méchants ; la force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force ; et pour cela faire que ce qui est juste soit fort, ou que ce qui est fort soit juste.

La justice est sujette à dispute, la force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste. Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste ».

 

Pascal. Pensées.          ( B. 298)

 

Les inégalités sont-elles naturelles ? (texte de Rousseau)

Rousseau
 Les inégalités « naturelles » sont minimes. Mais elles sont amplifiées considérablement par les différences sociales. Un Etat juste  doit garantir l’égalité morale des sujets devant une loi qui devrait être aussi peu arbitraire ou capricieuse que les lois naturelles.

 « En effet, il est aisé de voir qu’entre les différences qui distinguent les hommes, plusieurs passent pour naturelles qui sont uniquement l’ouvrage de l’habitude et des divers genres de vie que les hommes adoptent dans la société. Ainsi, un tempérament robuste ou délicat, la force ou la faiblesse qui en dépendent, viennent souvent plus de la manière dure ou efféminée dont on a été élevé, que de la constitution primitive des corps. Il en est de même des forces de l’esprit, et non seulement l’éducation met de la différence entre les esprits cultivés et ceux qui ne le sont pas, mais elle augmente celle qui se trouve entre les premiers à proportion de la culture ; car qu’un géant et un nain marchent sur la même route, chaque pas qu’ils feront l’un et l’autre donnera un nouvel avantage au géant. Or, si l’on compare la diversité prodigieuse d’éducations et de genres de vie qui règne dans les différents ordres de l’état civil avec la simplicité et l’uniformité de la vie animale et sauvage, où tous se nourrissent des mêmes aliments, vivent de la même manière, et font exactement les mêmes choses, on comprendra combien la différence d’homme à homme doit être moindre dans l’état de nature que dans celui de société, et combien l’inégalité naturelle doit augmenter dans l’espèce humaine par l’inégalité d’institution. »
Rousseau, Discours sur l’ origine et les fondements  de inégalité parmi les hommes, 1° partie

Fiche justice

Justice commutative : Chez Aristote : justice qui attribue qui chacun ce qui lui est dû suivant un strict principe d’équivalence.  C’est la justice qui prévaut dans les échanges commerciaux et dans les litiges  (justice pénale)Justice distributive :  Chez Aristote, justice qui  obéit à un principe inégalitaire, puisqu’elle distribue à chacun des avantages et des responsabilités variables suivant les talents, les compétences etc.. On ne doit pas, dit Aristote, attribuer la meilleure flûte  à l’étudiant le plus appliqué, mais au meilleur musicien.Equité :  (etym :  aequitas , « égalité d’âme », « honnêteté », « esprit de justice ») 1) Chez Aristote : esprit de justice, souci de respecter l’esprit de la loi plutôt que sa lettre, au point d epouvoir parfois prendre une décision contre la loi : « corriger la loi, dans la mesure où celle-ci se montre insuffisante en vertu de son caractère général » 2) Selon John Rawls : principe  de justice souple  qui vise le bien commun, mais qui ne peut être figé ;  on admettra que les meilleurs dispositifs  ne peuvent être fixés  une fois pour toutes. Au contraire une distribution  équitable des bénéfices du marché, des charges et des avantages sociaux, doit  admettre  des  redéfinitions et des remaniements constants en fonction de l’évolution des inégalités et des moyens  appropriés  de  rendre  celles-ci profitables à tous, autant que faire se peut.Egalité : (etym : latin aequalitas, de aequare, « aplanir », « rendre égal à »). 1) mathématiques : qualité de grandeurs équivalentes c’est-à-dire substituables les unes aux autres.  2) Egalité civile et juridique : principe selon lequel les individus sont égaux devant la loi, c’est-à-dire ont les mêmes obligations et les mêmes droits 3) Egalité politique : principe selon lequel  tous les citoyens , dans une société donnée , peuvent participer  aux décisions d’ordre général ainsi qu’au débat public.Egalité formelle : égalité des hommes en tant qu’elle est établie et garantie par la loi. L’égalité formelle est une égalité théorique, une égalité sur le papiers. « Formelle » peut être compris de façon péjorative : abstraite ou même fictiveEtat de droit : Conception moderne et juridique de l’Etat qui le définit par la capacité de s’autolimiter, afin d’empêcher toute dérive tyrannique ou despotique. Un  Etat de droit est un Etat à la fois républicain (voir la définition  de la république p 00) et démocratique, c’est-à-dire dont peuple est  tenu pour souverain. Les fondements théoriques de l’Etat de droit se trouvent chez les théoriciens du Contrat social (en particulier  Locke et Rousseau). Dans un Etat de droit, les droits fondamentaux des hommes sont garantis par la loi (la Constitution), à tel point  que l’homme a des droits qu’il peut revendiquer contre l’Etat, et faire valoir auprès de l’Etat  (voir le chapitre : Pour limiter le pouvoir de l’Etat, peut-on s’en remettre à l’Etat)

 

La justice (texte de Montesquieu)

montesquieu
La justice ne peut dépendre de conventions

Usbek, le héros des Lettres persanes, explique ici à son interlocuteur Rhédi que l’idée de justice n’est pas arbitraire, ni même conventionnelle. Elle est donc naturelle. C est au nom de cette idée de justice universelle que la conscience morale peut m’interdire, dans certaines circonstances, l’obéissance aux lois de la cité.

 

« La justice est un rapport de convenance, qui se trouve réellement entre deux choses; ce rapport est toujours le même, quelque être qui le considère, soit que ce soit Dieu, soit que ce soit un Ange, ou enfin que ce soit un homme.

Il est vrai que les hommes ne voient pas toujours ces rapports; sou vent même, lorsqu’ils les voient, ils s’en éloignent, et leur intérêt est toujours ce qu’ilss voient 1e mieux. La Justice élève la voix; mais elle a peine à se faire entendre dans le tumulte des passions.

[…] quand il n’y aurait pas de Dieu, nous devrions toujours aimer la Justice, c’est-à-dire faire nos efforts pour ressembler à cet être dont nous

avons une si belle idée, et qui, s’il existait, serait nécessairement juste. Libres que nous serions du joug de la Religion, nous ne devrions pas l’être de celui de l’Équité.

Voilà, Rhédi, ce qui m’a fait penser que la justice est éternelle et ne dépend point des conventions humaines; et, quand elle en dépendrait, ce 15 serait une vérité terrible, qu’il faudrait se dérober à soi-même. Nous sommes entourés d’hommes plus forts que nous; ils peuvent nous nuire de mille manières différentes; les trois quarts du temps, ils peuvent le faire impunément. Quel repos pour nous de savoir qu’il y a dans le coeur de tous ces hommes un principe intérieur qui combat en notre faveur  et nous met à couvert de leurs entreprises! »

Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, Lettres persanes (1721), Lettre LXXXIII, Le Livre de poche, 1984, p. 161-163.

Le droit (fiche bac)

droits
Droit
 : (etym : latin directus, « droit », ni courbe ni  tordu ; ce qui est conforme à la règle) 1) Sens courant : pouvoir moral d’exiger quelque chose en vertu d’une règle ou d’un principe reconnu. Les droits  procèdent toujours de contrat tacites qui fixent  des obligations correspondant à ces  droits : il n’y a pas de droits sans devoirs réciproques. 2) Sens juridique : ensemble des règles et des normes qui encadrent la vie sociale et qui s’expriment par des lois. Le droit « positif » est le droit en vigueur dans telle ou telle société.  Le « droit public » est celui qui concerne les rapports des citoyens avec le pouvoir. Le « droit international » régit les rapports des nations les unes avec les autres ainsi que les relations entre les sujets de ces nations. 3) Philosophie : le droit « naturel » ou encore « rationnel »  est celui qui est censé résulter de la nature de l’homme  en tant qu’elle préexiste à toute disposition conventionnelle.  Le droit naturel est posé comme supérieur à toute législation positive ; il constitue la référence indispensable pour tout homme qui refuse de se soumettre au droit positif pour des raisons morales  (droit de désobéir, incarné par Antigone ou Socrate).