Trois textes de Kant sur l’art et le beau

auto-portrait-rembrandt.jpg

(Autoportrait Rembrandt) 

Premier texte :
Le jugement de goût, s’il est authentiquement esthétique, implique une adhésion universelle. Pas question dès lors d’admettre à propos de beau la formule convenue : « À chacun selon son goût »…

Lorsqu’il s’agit de ce qui est agréable, chacun consent à ce que son jugement, qu’il fonde sur un sentiment personnel et en fonction duquel il affirme qu’un objet lui plaît, soit restreint à sa seule personne. Aussi bien disant : « Le vin des Canaries est agréable », il admettra volontiers qu’un autre corrige l’expression et lui rappelle qu’il doit dire : cela m’est agréable. Il en est ainsi non seulement pour le goût de la langue, du palais et du gosier, mais aussi pour tout ce qui peut être agréable aux yeux et aux oreilles de chacun. La couleur violette sera douce et aimable pour celui-ci, morte et éteinte pour celui-là. Celui-ci aime le son des instruments à vent, celui-là aime les instruments à corde. Ce serait folie que de discuter à ce propos, afin de réputer erroné le jugement d’autrui, qui diffère du nôtre, comme s’il lui était logiquement opposé; le principe : « À chacun son goût » ( s’agissant des sens ) est un principe valable pour ce qui est agréable.
Il en va tout autrement du beau. Il serait ( tout juste à l’inverse ) ridicule que quelqu’un, s’imaginant avoir du goût, songe en faire la preuve en déclarant : cet objet ( l’édifice que nous voyons, le vêtement que porte celui-ci, le concert que nous entendons, le poème que l’on soumet à notre appréciation ) est beau pour moi. Car il ne doit pas appeler beau, ce qui ne plaît qu’à lui. Beaucoup de choses peuvent avoir pour lui du charme ou de l’agrément; personne ne s’en soucie; toutefois lorsqu’il dit qu’une chose est belle, il attribue aux autres la même satisfaction; il ne juge pas seulement pour lui, mais aussi pour autrui et parle alors de la beauté comme si elle était une propriété des choses. C’est pourquoi il dit : la chose est belle et dans son jugement exprimant sa satisfaction, il exige l’adhésion des autres, loin de compter sur leur adhésion, parce qu’il a constaté maintes fois que leur jugement s’accordait avec le sien. Il les blâme s’ils jugent autrement et leur dénie un goût, qu’ils devraient cependant posséder d’après ses exigences; et ainsi on ne peut dire : « À chacun son goût ». Cela reviendrait à dire : le goût n’existe pas, il n’existe pas de jugement esthétique qui pourrait légitimement prétendre à l’assentiment de tous.
Critique de la faculté de juger ( 1790 ), § 7, trad. A. Philonenko, Vrin, 1993, pp.74-75.

Second texte:

Kant distingue l’art de la nature, de la science et du métier:

1. L’art est distingué de la nature, comme le « faire » l’est de l' »agir » ou « causer » en général et le produit ou la conséquence de l’art se distingue en tant qu’oeuvre du produit de la nature en tant qu’effet.
En droit on ne devrait appeler art que la production par liberté, c’est-à-dire par un libre-arbitre, qui met la raison au fondement de ses actions. On se plaît à nommer une oeuvre d’art le produit des abeilles ( les gâteaux de cire régulièrement construits ), mais ce n’est qu’en raison d’une analogie avec l’art; en effet, dès que l’on songe que les abeilles ne fondent leur travail sur aucune réflexion proprement rationnelle, on déclare aussitôt qu’il s’agit d’un produit de leur nature ( de l’instinct ), et c’est seulement à leur créateur qu’on l’attribue en tant qu’art. Lorsqu’en fouillant un marécage on découvre, comme il est arrivé parfois, un morceau de bois taillé, on ne dit pas que c’est un produit de la nature, mais de l’art; la cause productrice de celui-ci a pensé à une fin, à laquelle l’objet doit sa forme. On discerne d’ailleurs un art en toute chose, qui est ainsi constituée, qu’une représentation de ce qu’elle est a dû dans sa cause précéder sa réalité ( même chez les abeilles ), sans que toutefois cette cause ait pu précisément penser l’effet; mais quand on nomme simplement une chose une oeuvre d’art, pour la distinguer d’un effet naturel, on entend toujours par là une oeuvre de l’homme.
2. L’art, comme habileté de l’homme, est aussi distinct de la science ( comme pouvoir l’est de savoir ), que la faculté pratique est distincte de la faculté théorique, la technique de la théorie ( comme l’arpentage de la géométrie ). Et de même ce que l’on peut, dès qu’on sait seulement ce qui doit être fait, et que l’on connaît suffisamment l’effet recherché, ne s’appelle pas de l’art. Seul ce que l’on ne possède pas l’habileté de faire, même si on le connaît de la manière la plus parfaite, relève de l’art. Camper(1) décrit très exactement comment la meilleure chaussure doit être faite, mais il ne pouvait assurément pas en faire une (2).
3. L’art est également distinct du métier; l’art est dit libéral, le métier est dit mercenaire. On considère le premier comme s’il ne pouvait obtenir de la finalité ( réussir ) qu’en tant que jeu, c’est-à-dire comme une activité en elle-même agréable; on considère le second comme un travail, c’est-à-dire comme une activité, qui est en elle-même désagréable ( pénible ) et qui n’est attirante que par son effet ( par exemple le salaire ), et qui par conséquent peut être imposée de manière contraignante.

(1) Pierre Camper ( 1722-1789 ), anatomiste hollandais.
(2) Dans mon pays l’homme du commun auquel on propose un problème tel que celui de l’oeuf de Christophe Colomb, dit : « Ce n’est pas de l’art il ne s’agit que d’une science ». C’est-à-dire : si on le sait, on le peut : il en dit autant de tous les prétendus arts de l’illusionniste. En revanche il ne répugnera pas à nommer art l’adresse du danseur de corde. ( note de Kant)

Critique de la Faculté de juger ( 1790 ), § 43, trad. A. Philonenko, Vrin, 1993, pp. 198-200.
Troisième texte

Bien que les produits de l’art soient distincts de ceux de la nature, Kant considère qu’on ne peut les juger beaux que s’ils nous apparaissent comme « naturels ».

En face d’un produit des beaux-arts on doit prendre conscience que c’est là une production de l’art et non de la nature; mais dans la forme de ce produit la finalité doit sembler aussi libre de toute contrainte par des règles arbitraires que s’il s’agissait d’un produit de la simple nature. C’est sur ce sentiment de la liberté dans le jeu de nos facultés de connaître, qui doit être en même temps final, que repose ce plaisir, qui est seul universellement communicable, sans se fonder cependant sur des concepts. La nature était belle(1) lorsqu’en même temps elle avait l’apparence de l’art; et l’art ne peut être dit beau que lorsque nous sommes conscients qu’il s’agit d’art et que celui-ci nous apparaît cependant en tant que nature.
Qu’il s’agisse, en effet, de beauté naturelle ou de beauté artistique nous pouvons en effet dire en général : est beau, ce qui plaît dans le simple jugement ( non dans la sensation des sens, ni par un concept ). Or l’art a toujours l’intention de produire quelque chose. S’il s’agissait d’une simple sensation ( qui est quelque chose de simplement subjectif ), qui dût être accompagnée de plaisir, ce produit ne plairait dans le jugement que par la médiation du sentiment des sens. Si le projet portait sur la production d’un objet déterminé, et s’il pouvait être réalisé part l’art, alors l’objet ne plairait que par les concepts. Dans les deux cas l’art ne plairait pas dans le simple jugement; en d’autres termes il ne plairait pas comme art du beau, mais comme art mécanique.
Aussi bien la finalité dans les produits des beaux-arts, bien qu’elle soit intentionnelle, ne doit pas paraître intentionnelle; c’est dire que les beaux-arts doivent avoir l’apparence de la nature, bien que l’on ait conscience qu’il s’agit d’art. Or un produit de l’art apparaît comme nature, par le fait qu’on y trouve toute la ponctualité voulue dans l’accord avec les règles, d’après lesquelles seules le produit peut être ce qu’il doit être; mais cela ne doit pas être pénible; la règle scolaire ne doit pas transparaître; en d’autres termes on ne doit pas montrer une trace indiquant que l’artiste avait la règle sous les yeux et que celle-ci a imposé des chaînes aux facultés de son âme.

(1) La nature était belle. Kant songe peut-être à la conception grecque du monde où nature et art se confondaient, et qui s’est évanouie (n.d. t.).

Critique de la faculté de juger ( 1790 ), § 45, trad. A. Philonenko, Vrin, 1993, pp. 202-204.

81 réflexions au sujet de « Trois textes de Kant sur l’art et le beau »

  1. Le , MiMi a dit :

    Bonjour! J’ai besoin d’aide pour une dissertation: « Qu’est ce que le génie artistique? » j’ai fait des recherches sur le sujet, mais je n’arrive pas à trouver des thèses pour chacunes de mes trois parties. pouvez vous m’en suggérer ou pouvez vous m’expliquer exactement ce qu’on attend de moi pour ce sujet précis s’il vous plait? Je vous remercie d’avance!

  2. Oui Mimi,
    C’est difficile.
    Voyez ce que disent les philosophes
    Le génie se distingue du simple talent (1) Il implique une part de divin.. (Platon)
    Mais (2) le génie c’est surtout une capacité exceptionnelle de se concentrer et de travailler pour faire frucitfier sont talent (Nietzsche)
    Alors (3) le génie c’est à la fois une sorte de qualité extraordinaire, inexpliquée, mais cette aptutude est associée à une force et une obstination qui donnent une oeuvre..
    Cherchez le mot oeuvre dans mes blogs..

  3. Le , MArie a dit :

    On étudie le premier texte, et je n’arrive pas à trouver la thèse pourriez vous m’aider?merci

  4. La thèse est: le jugement  » à chacun son goût » est correct pour l’agréable mais ridicule (absurde, inepte, imbécile) en ce qui concerne le beau.
    Dire « c’est beau pour moi » , c’est ne pas comprendre le sens du mot beau…

  5. Le , Shaynna a dit :

    bonjour,

    j’ai un petit problème avec la philosophie, je n’y comprend rien du tout. et je n’arrive pas a dépasser le 5 (j’ai beau travailler 2 semaines, 2 jours, 4heures ou bien 30 minutes dessus, rien n’y fait) et pour mon plus grand malheur j’ai une dissertation a faire sur le thème de l’art: « les oeuvres d’art sont-elles des réalités comme les autres? » mon professeur a proposer cette dissertation ou un texte de Kant sur le Beau. lequel serait le plus symple d’après vous? parce que je coince complètement.
    merci d’avance.

  6. Réponse à Shaynna:
    De toute façon, Kant n’est pas « simple »..
    Donc je conseillerai plutôt le sujet « les oeuvres d’art etc.. »
    Regardez dans Philosophie de Aà Z, ou ici au moins la fiche « Art » les définitionsde « oeuvre », de « art » et de réalité.
    Ensuite vous faites ceci
    Première partie:
    En quoi les oruvres d’art (prenez des exmples d’oeuvre matérielles) sont bien des réalités (matérielles)
    Seconde partie:
    Mais certaines oeuvres ne sont pas matérielles ; musique, poémes, oeuvres littéraires, tout en étant réelles, pourtant
    Troisème partie:
    Les oeuvres d’art sont bien des réalités (elles existent, même plus que les réalités fugaces) mais pas EXACTEMENT comme les autres.
    Et si vous voulez être originale et épater votre prof, allez voir l’Heure d’été , d’Olivie rAssayas. C’est le sujet du film, en gros.
    Ainsi vous pouvez vous inspirer de la discussion finale au musée.
    Les oeuvres d’art ont-elles une âme?
    Vivent-elles? Ont-elles besoin d’un milieu pour respirer, pour exister? Ou peut-on les emprisonner dans un musée? Au risque de les aliéner?
    Voyez sur mon blog les textes de Proust et de Bergson qui montrent que les oeuvres d’art sont plus réelles que les autres..

  7. Le , ELISE a dit :

    BONJOUR,
    on étudie le 1er texte et j’ai un essaie à faire mais je ne sais pas comment m’y prendre!? :

    Puis-je appeler beau ce qui ne plaît qu’à moi?

    Merci d’avance.

  8. Elise,
    précisment , Kant dit que quiconque appelle beau ce qui ne plaît qu’à lui est « ridicule » et montre ainsi qu’il n’a pas de goût…
    Avez-vous lu le texte? Je veux bien vous aider, masi il faudrait au moins que vous lisiez le texte…

  9. Le , laetitia a dit :

    bonjour,
    j’ai un petut souci en^philo je n’arrive pa a démarré ma dissert’
    c’est puis appeler beau ce qui me plait qu’à moi ?

  10. Laetitia,
    Il faut commencer toujours par un paradoxe : On dit souvent que ce qui nous plaît est beau pour nous. ET pourtant ce qui est beau, par définition doit plaire à tous, car n’importe quoi qui plaît à n’importe qui ne va pas devenir une oeuvre d’art admirée par tous et justifiant un prix exorbitant….
    La définition des philosophes contredirait-elle l’opinion commune? Qui a raison, qui a tort?

  11. Le , laura a dit :

    Bonjour,
    je dois faire le commentaire du premier texte mais je ne l’ai pas compris. Pouvez vous me l’expliquer, s’il vous plait?
    en vous remerciant

  12. Laura, je ne peux pas faire votre travail!
    J’ai déjà donné quelques éléments (le beau s’oppose à l’agréable, c’est la thèse que Kant développe ensuite).
    Ensuite, lancez-vous..Eventuellement si vous rencontrez une difficulté particulière, alors posez une question précise..

  13. Le , ladywolf a dit :

    bjr j’ai une explication sur le dernier paragraphe du dernier texte « aussi bien dans la finalité…des chaines aux facultés de son âme » voila je ne parvien pas à comprendre ce que kant appel par « ponctualité »
    et « facultés de son âme » jesper que vous parviendrait à m’aider dans cette imcompréhension
    merci d’avance !!!

  14. Le , alex a dit :

    Bonjour , je suis en Prépa HEC , et j’ai une dissertation à faire qui a pour théme  » l’idée du beau et l’essence de l’art » .Le probléme c’est que je ne vois pas dans quelles optiques je pourrais le traiter .Pourriez vous me donner quelques pistes ?
    Merci d’avance pour votre aide.

  15. Oui Alex,
    C’est vaste..
    regardez mon cours l’art et le beau, dont c’es tle sujet.
    Regardez aussi ce passage de Baudelaire sur la beauté, qui est composée de deux éléments (badelaire beauté Hansen-love)
    Mais surtout lisez Leçons d’esthétique de Hegel (vous le trouverez d’occasion sur amazon) le passage de l’analyse intitué  » L’rt , oeuvre de l’esprit ».

    OK?

  16. Le , Estelle a dit :

    Bonjour,
    Je travaille sur le second texte mais il reste très « compliqué et vague » pour moi. Je ne vois pas du tout comment en tirer des éléments pour mon essai : l’art est-il synonyme de liberté!
    De plus une phrase me perturbe totalement, je ne la comprends pas du tout ( et c’est la première du texte), « un libre arbitre qui met la raison au fondement de ses actions »

    Pouvez-vous m’aider???

    Merci

  17. La suite l’explique: une ruche n’est pas une oeuvre d’art, il n’y a pas art chez l’animal, car « la liberté n’est pas au fondement de leur action ». Elles agissent par instinct; « art » signifie artifice, autrement culture, autrement dit : liberté.
    Il y a un lien , de plus, entre liberté et raison…Voyez le texte de Kant sur la vache (« pas de passion sans conscience »). Il n’y a pas de liberté, pas de choix, où il n’y a pas de raison, pas de projet, pas d’intention, pas d’intiative véritable (cas de l’abeille)
    Ca ira?

  18. Le , Evan a dit :

    Bonjours,
    J’ai un travail à faire sur le premier texte présenté.
    j’ai trouvé ici quelque réponses qui m’ont aidées à mieux comprendre certains points.
    Cependant, Kant dit que, lorsqu’une personne affirme qu’une chose est belle, cette personne compte sur « l’adhésion des autres » et qu’elle « exige d’eux cette adhésion ». Je n’ai pas très bien saisi pourquoi, dans ce cas, est-ce que l’on recherche absolument l’assentiment des autres?

  19. Dire qu’une chose est belle, c’est supposer qu’elle est belle pour tout homme. Car si elle n’est belle que pour moi( ou pour certains) c’est qu’elle n’est pas belle.
    Tel est le raisonnment de Kant.
    L’universalité fait partie de la définition du beau

  20. Le , Clara a dit :

    Bonjour,
    J’ai une dissertation à faire ayant pour sujet Le beau peut-il ne pas plaire? J’ai adopté un plan en 3 partie avec : I Qu’est ce que le beau? II Comment juger le beau?(objectivité/subjectivité, jugement de goût…) III Comment le Beau peut il ne pas nous plaire? (avec ici la distinction que fait Kant entre le beau et l’agréable) Pensez vous que mon plan soit adapté?

  21. Chère mademoiselle Clara, je vous supplie de bien vouloir lire et adopter ma méthode (sur ce blog).
    Chaque prtie doit être une thèse et non une question.
    Votre plan, c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire.
    Revenez me voir avec un plan en trois parties
    qui soient trois réponses à la question posée

  22. Le , Clara a dit :

    J’ai lu votre méthode et j’avoue avoir eu du mal à trouver 3 réponses possibles au sujet j’ai néanmoins établis établis ces 3 là: I Le beau source de plaisir II Le beau n’est pas l’agréable III Le beau est jugé de différentes manières
    De plus en ce ui concerne la problématique je ne vois pas vraiment une opposition dans le sujet mais plutot un paradoxe dois je le conserver ?

  23. Le beau peut-il ne pas plaire?
    Ma méthode dit : « il faut répondre à la question posée ».
    Aucune de vos trois parties ne répond à la question posée…
    De plus votre troisième partie est une manière d’éluder le sujet ( à chacun son idée du beau..)
    Pouvez-vous recommencer? Ou voulez-vous que je vous fasse une proposition?

  24. Le , Clara a dit :

    En effet une proposition serait la bienvenue car je n’ai vraiment pas d’idée!

  25. Par exemple (mais vous pouvez faire autre chose!)
    1 Oui, bien souvent le beau ne plaît pas
    2 Mais ce qui ne plaît pas dans le beau est autre chose (l’originalité etc…) que le beau
    3 Donc le beau en tant que beau plaît nécessairement.
    Mais on confond souvent le beau avec ..(le joli, le plaisant, le charmant, le sublime, le convenu, le parfait, le bon, le bienséant…)

  26. Le , Romain a dit :

    Bonsoir ‘ai un sujet deflexion de philo qui est le suivant « lart est ilsynonyme de liberté » je ne sais pas comm commencer et quelle plan appliquer.Jeossede mes cours mais je ne l’est comprenpas assez; j’ai pensser a un pln qui est Q’est ce que l’art
    Que sinifie la liberté?
    L’art et la liberté sont t’il indissociable?
    mias je ne sui plus sure kar vous ditequ’il faut repondre a a
    la question pozer meme dans le plaN;
    je suis vrement larguer se serai sympas de m’apporter impeu d’aide
    merci d’avance

  27. Romain, je me demande si vous n’avez pas un petit pb du point d evue de l’orthographe…
    Koi qu’il en soit : lisez ma méthode.
    En aucun cas on ne fait un plan qui énumère des questions.
    Il faut répondre à la question posée dans le devoir DONC dans le plan.
    Pour le fond voyez mon cours ou ma fiche sur l’art.
    Le plan pourrait être:
    1)Oui l’art est synonyme de liberté (=création)
    2)Mais d’un autre côté en art ce n’est pas le chaos ni l’anarchie. Il y a des règles
    3) Créer c’est être libre= inventer les règles.

    C’est ce que dit Kant…

  28. Le , Romain a dit :

    le contenu doit se raporter aussi a la liberté je doit en parler . je ne sai pas du tou commen m’y prendre mais c deja tres gentil demavoir apporter un plans.PAR contre aurai tu aussi sous la main une problematique adapter au sujet car il me senble que ds lintroduction il en faut une non ? en ce qui concerne votre methode ou ce trouve t-elle ? g besoin d’une aide urgente car mon devoir est pour demain en premiere heur

  29. Le , Romain a dit :

    joublier de meme une phrase d’accroche 🙂

  30. Pour lire ma méthode, tapez méthode de la dissertation ou cliquez sur l’onglet méthode sur la page d’accueil ..
    Vous ne seriez pas un peu paresseux, Romain?
    Imaginez que les 1000 ou 2000 visiteurs quotidiens du site me demandent ce que vous me demandez… Ce n’est pas possible que je réponde à chacun en particulier, et je ne fais pas vos disserts!

  31. Le , Saïtam a dit :

    b’jour,
    j’ai une explication philosophique (commentaire) à faire sur le txt de Kant « critique de la faculté de juger » §43 de « 2.L’art, comme… » jusqu’à « contraignante ».
    Je voulais savoir comment vous découperiez le texte pour l’analyser.
    merci

  32. le texte est déjà découpé : § 2 et § 3, non?

  33. Le , Saïtam a dit :

    il est vrai que c’est un découpage judicieux.
    Autre question, pouvez vous m’éclairer sur les deux phrases du §2: « Et de même ce que … » jusqu’à « … parfaite, relève de l’art. » C’est le point complexe du texte. Lorsque Kant parle de « l’habileté de faire », c’est ambiguë. Et est ce que ce qui « ne s’appelle pas de l’art », s’appelle en fait technique ? J’avoue que c’est très complexe. Surtout que la pensée de Kant n’est pas exprimée dans un Français aussi clair que celui de Proust.

  34. Le , thibault a dit :

    Bonjour je suis actuellement en prepa HEC et je dois préparer ma colle sur cette citation de Kant :  » l’art nest pas la representation d’une belle chose mais la belle represenation d’une chose » dans une premiere partie je pensais mettre que l’art est la representaiton de belles choses en citant Aristote et l’imitation en le couplant avec la définition de l’art d’Hegel et la beauté venant de la nature ( sont dits beaux les élements de la nature). Mais viens en tête 2 grands doutes : n’est ce pas faire un contresens de placer hegel ici et deuxiement Kant peut il entrer dans cette partie en tant que défenseur de la beauté dans la nature?
    Cordialement

  35. A Saïtam
    L’idée c’est que l’art c’est différent de la technique, en technique il suffit d’un savoir faire. L’art commence quand on fait quelque chose qui n’est pas l’application d’un savori faire.
    Lisez le commentaire limpide de mon mari dans Analytique du beau, Classiques Hatier.

  36. A Thibaut
    Distinguez bien deux questions
    1) L’art est-il représentation?
    2) L’oeuvre d’art doit-elle être belle?
    Pour ce concerne ce que réfute Kant, c’est plutôt Platon (le peintre qui reproduit un lit.
    La belle représentation d’un chose c’est plutôt Hegel…
    Cherchez bien à placer la distinction entre beauté idéale et beauté libre.
    Pour Kant, la beauté libre ne représente rien du tout.
    Voyez mon cours sur ce blog :l’art et le beauy

  37. Le , Noëmie a dit :

    BONJOUR, j’ai besoin d’un petit coup de pouce svp ! en fait je doit travailler sur le premier texte present de Kant (le beau et l’agréable) vous avez déja donnez de nombreuses pistes mais je ne comprend pas pourquoi ne peut-on pas décréter beau un jugement de gout personnel? et pourquoi on peut alors au contraire décréter valable pour tous un jugement de gout que certain ne partage pas? merci d’avance votre aide me servirez beaucoup

  38. Noëmie,
    Réfléchissez!
    Quelqu’un qui dit « c’est beau pour moi » comme par exemple l’enfant qui dit « ma maman elle est belle » cela signifie tout simplement qu’il ne comprend pas le sens du mot « beau ». Le beau, c’est ce qui est beau pour tous.
    Le conservateur de musée, par exemple, il choisit des objets beaux pour tous et non beau pour lui!
    Quand on exhibe aujourd’hui au musée Branly des satuettes choisies par Lévi-Strauss, ramenées de ses expéditions, ce n’ est pas parce qu’elles sont belles pour lui, parce qu’il aime bien les objets exotiques, mais parce que Lévi-Strauss est un homme de goût et que ce qu’il a trouvé beau est beau pour tous.
    De même les collectionneurs qui ont découvert Picasso ont apprécié quelque chose qui était beau pour tous, même si d’ abord personne ne trouvait cela beau. Après on a compris qu’ils avaient raison, seuls contre tous, pareil pour ceux qui ont acheté les premiers tableaux de Van Gogh ou de Modigliani ..

  39. Le , Antoine a dit :

    Bonjour, je suis en terminale S et j’ai une dissertation sur « que veut on dire quand on dit « c’est beau »? »
    Je n’arrive pas a trouver mes trois parties, un petit coup de main me serais tres utile. Merci d’avance

  40. Il vous faut aussi du contenu! Un plan tout seul ,cela ne sert à rien. Regardez sur ce blog mon cours sur l’art et le beau.
    Ensuite:
    partez des idées les plus simples: Par exemple:
    1) Le beau c’est ce qui suscite un certain plaisir.Un plaisir spécial (voyez le texte de Voltaire sur le crapaud, sur ce blog). On aurait tendance à croire que ce plaisir varie selon les personnes, selon leurs goûts. On veut dire: « c’est beau si ça me plaît »
    2) Pourtant le beau c’est autre chose que ce qui plaît simplement (voyez le texte de Kant)
    3)
    Quant on dit c’est beau , on veut dire ça me plait, j’ai du goût donc tout homme peut trouver cela beau aussi.
    Et pour défendre cela; empruntez des exemples à l’hisoire de l’art: tous ces artistes qui ont été découverts par les seules personnes qui avaient du goût contre l’avis général (cf impressionnisme). Voyez mon autre blog, blogspot,et mes derniers posts sur le goût, pour le cinéma par exemple. Demandez ce que signifie  » c’est un beau film ». En avez -vous vus dernièrement?

  41. Le , Saïtam a dit :

    Merci pour l’aide sur le texte de Kant j’ai eu 12 la meilleure note étant 14 j’suis placé dans les 5 premiers de ma classe de 30. Cool encore merci.
    Joyeux Noël en fait

  42. Joyeux noël et merci d’avoir pensé à me donner votre note! J’apprécie beaucoup!

  43. Le , Mathieu a dit :

    Bonjour, je vois que vous êtes beaucoup sollicitée par les élèves, j’espère que vous aurez tout de même un peu de temps pour m’aider…

    Voilà j’ai une dissertation à faire sur le sujet « Sans art parlerait-on de beauté? » mais je n’arrive pas à trouver une troisième thèse pour concilier mes thèses antérieures. Donc une petite aide sera vraiment la bienvenue. Pour l’instant mon plan ressemble à cela:

    I La beauté présente hors de l’art
    – critère d’harmonie (indépendant du domaine artistique) cf Platon
    – le beau renvoie à un idéal concernant un usage
    – beau présent dans la nature avant beauté artistique cf Aristote

    II Parler de beauté revient à parler d’art
    – beau et art liés par nature
    – l’art crée une beauté non présente dans la nature
    – la beauté se conçoit par la contemplation, par un regard d’artiste
    – « la nature copie l’art » >l’évolution de la beauté liée à l’évolution de l’art

    Et là je ne sais pas quoi faire en guise de synthèse et ce n’est pas faute d’avoir réfléchis. Peut être parler de la thèse de Kant?

    Tant que j’y suis, je voulais vous féliciter de ce blog, je lis souvent vos articles sans jamais avoir pris la peine de laisser un commentaire.

    Et puis bien sûr bonne année.

  44. Tout d’abord, chaque partie doit être une thèse.

    Tout en conservant à peu près vos idées, vous pourriez dire :
    1) La beauté dans la nature existe avant même l’art.
    Ou même avant l’homme. Voyez sur ce point , j’ai dû écrire quelque part sur la beauté pour les animaux
    2) Cependant, la parole implique la culture donc les formes symboliques (cherchez sur mon blog formes symboliques)
    Sans l’art il n’y aurait pas de culture et sans culture on ne parlerait de rien du tout!

    3) Le beau implique l’art et en même temps la nature donne ses règles à l’art. Autrement dit il est vrai à la fois de dire que l’art imite la nature et que la nature imite l’art (O. Wilde).
    (la nature donne ses règles à l’art est la thèse de Kant) . L’art contemporain semble complétement émancipé de la nature, mais c’est peut-être une apparence…

    Merci en tout cas, et bonne année!
    Seul l’homme conçoit le beau et en parle.

  45. Le , Mathieu a dit :

    Merci beaucoup pour votre réponse. Néanmoins je ne comprends pas bien la thèse n°2. Je dois faire une partie sur le verbe « parler »?

  46. Vote sujet comprend le mot « parler ». Il ne faut pas faire une partie sur la parole. Mais il faut faire une place à cet aspect du sujet.
    Donc une seconde partie, la thèse pourrait être: sans l’art , il n’y pas de culture (car dès qu’il y a culture, il y a art ) . Donc sans l’art pas d’humanité, pas de parole, donc pas de parole sur la beauté .
    C’est une façon de dire, que quoiqu’il arrive, dès qu’il y a humanité, il y a culture, donc art et parole. Parole, art , culture; tout cela est évidemment indissociable.
    Une autre façon de dire la même chose:
    La beauté n’existe pas encore vraiment sans le mot « beauté ».
    Donc il peut bien y avoir de la beauté sans art. Mais l’idée de beauté, le concept de beauté, et le discours sur la beauté, à quoi votre sujet se réfère, impliquent les formes symboliques, les productions de la culture, parmi lesquels il y a l’art.

    En résumé:
    Oui il y a de la beauté dans la nature.
    Mais sans culture, réflexion, langage et art, nul n’en serait conscient ni n’en parlerait…
    OK ? Vous comprenez?

  47. Le , Mathieu a dit :

    D’accord c’est bien plus clair comme cela! Je n’avais pas du tout penser à cet aspect, c’est très intéressant. Merci beaucoup de votre aide.

    A bientôt

  48. Le , Mathieu a dit :

    Néanmoins, j’ai un petit doute quand vous dites que sans art il n’y a pas de culture, ce n’est pas plutôt la réciproque qui est vraie? Car dans la culture, on parle également de religion, de sciences, il n’y a pas que l’art. ?

  49. Dans la culture , il y a pas que l’art, évidemment.
    Je veux dire que parler d’une humanité sans art, c’est parler d’une humanité très très ancienne. A peine cultivée, donc à peine humaine. La culture englobe l’art. Donc l’homme sans art, c’est l’homme sans culture , pas encore tout-à-fait un homme..

  50. Le , lucie a dit :

    Bonjour,
    Je n’avais pas vraiment compris le texte mais grâce à vos réponse j’ai compris pas mal de choses!
    Mais il y a quand même quelque chose je ne comprend pas, la beauté dont parle Kant dans le premier extrait s’applique à tous parce qu’elle est dans l’œuvre ou parce qu’elle que la sensibilité de l’homme est la même pour tout les hommes ?

    Merci d’avance!

  51. Non, pour Kant la beauté est appréciée subjectivement , elle n’est pas objective. Il y a une sorte de « sens commun » de tous les homems en effet.

  52. Le , marie a dit :

    bonjour,
    je planche depuis plus d’une semaine sur le sujet suivant: le vrai art est il toujours la ou on ne l’attend pas?
    j’aimerai quelques pistes pour m’orienter car je n’ai absolument aucune idée
    merci d’avance votre aide me sera d’un grand secours!

  53. Il faudra vous demander ce qu’est un « vrai art » et ce qu’est un faux art.
    L’idée à expliciter c’est que l’art déconcerte , il est toujours bizarre, troublant, perturbant
    Vous trouverez de nombreux exemples sur ce blog, notamment la rubrique oeuvres d’art de référence (Voyez aussi Damien Hirst, Lucian Freud…).
    Le texte clef ici c’est le « chef d’oeuvre inconnu » de Balzac; Vous le trouverez sur la net.
    Vous pouvez aussi protester en disant qu’il n’appartient à personne de décider a priori ce qui est « vrai art » et faux art…

    Et lisez ceci

    http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/03/17/des-experiences-plus-que-limites_1168945_3246.html#ens_id=1169050

    ou cherchez Adel Abdessemed sur le net

  54. Le , mathieu a dit :

    Bonjour, je dois faire l’explication de texte du second texte de Kant…
    Pouvez-vous me donner plus d’explication sur le second paragraphe?
    Mon professeur nous a dit ke dans ce texte Kant ne distinguait pas l’art en tant que savoir faire et l’art par exemple les beaux-arts. Mais pourtant dans le second paragraphe « l’habileté de l’homme » c’est bien un savoir faire?une technique? Donc à quoi oppose-t-il l’art?
    Merci d’avance!

  55. Kant distingue l’art de la nature, de la science et du métier. Dans le troisième § , Kant oppose le métier (ou travail) à l’art libéral, ou art pour l’art, dont le but est d’ être agréable contrairment à un métier que l’on fait pour gagner sa vie.

  56. Le , Paul a dit :

    Bonjour, je vois que cela fait longtemps que personne ne s’intéresse à ses textes 🙂 donc je vais les réanimer ! Je suis actuellement entrain de faire l’explication du premier texte mais je n’arrive pas à trouver les différentes thèses adoptées par Kant. J’ai compris que pour lui il était ridicule de dire que quelque chose était beau seulement par gout d’une seule personne et que pour lui le beau était quelque chose d’universel et donc qu’une chose pouvait être qualifiée de BELLE si et seulement si elle l’est pour tout homme.
    Pouvez vous m’éclairer sur les différentes thèses adoptées par Kant dans cet extrait? je vous en serai fort reconnaissant.
    Cordialement,

  57. Il faudrait que tu précises ta question, Paul.
    Y a-t-il quelque chose que tu me comprends pas dans ce que dit Kant?
    Note que jamais aucune chose n’est belle pour tout homme. Ce n’est pas cela que dit Kant.
    Une chose belle l’est en droit, non en fait. Cela veut dire qu’elle peut prétendre plaire à tout homme (même si ce n’est pas le cas).C’est juste une « prétention ».

  58. Le , Paul a dit :

    Bonjour,
    J’ai compris votre explication et je vous en remercie.
    Mais je ne trouve pas vraiment quel plan a adopter pour commencer mon explication, I) Kant définit l’agréable comme quelque chose d’uniquement personnel, II) Kant fait une opposition à l’agréable avec le terme BEAU en disant que nul ne peut qualifier un objet comme beau en ayant pour référence son gout seulement et je ne sais pas si il existe une troisième partie, je n’en trouve pas..
    Pouvez me dire si mon plan est correct et eventuellement m’indiquer une troisième partie si il y en a une?

    Merci par avance,

  59. Le , Paul a dit :

    Bonjour,
    J’ai compris votre explication et je vous en remercie.
    Mais je ne trouve pas vraiment quel plan dois-je adopter pour commencer mon explication,
    I) Kant définit l’agréable comme quelque chose d’uniquement personnel,
    II) Kant fait une opposition à l’agréable avec le terme « beau » en disant que nul ne peut qualifier un objet comme beau en ayant pour référence son gout seulement, et je ne sais pas si il existe une troisième partie..je n’en trouve pas.

    Pouvez m’indiquer si mon plan est correct et si il existe une troisième partie ? Afin que je puisse commencer mon devoir.
    Merci par avance,

  60. Le , vassal a dit :

    Bonjours j’ai une explcation de texte pour le second texte le paragraphe 1. Pouvez vous m’aider a dégager la thèse et le thème de l’extrait?

  61. le thème c’est : productions de la nature et oeuvre d’art.
    La thèse: les productions de la nature (comme une ruche) ne sont pas des oeuvres d’art, même si elles y ressemblent.
    Pour vous aider, lisez le texte de Marx, l’abeille et l’arcitecte, qui dit la même chose. Il est sur le blog.

  62. Le , Kseniya a dit :

    Bonjour ,
    je suis au cegep mon prof a donne d’ecrire un texte argumentatif su la theorie de kant le beau est-il ce qui plait?
    Je ne sais pas comment commencer est ce que vous pouvez maider svp

    Merci bcp

  63. Kseniya,
    Regardez tous les commentaires, ceux que j’ai écrits. Comment pourrais-je encore ajouter quelque chose!
    Commencez par : « on pourait être tenté de confondre le beau et l’agréable, car le beau est souvent agréable. Cependant.. »
    Cherchez aussi sur ce blog le texte de Voltaire sur le beau.

  64. Le , Kseniya a dit :

    Ok merci bcp

  65. Le , lily28 a dit :

    je viens de tomber sur votre blog, il est vraiment géniale, il m’a déjà bien aider pour mon étude de texte sur le premier qui est publier. je voulais demander, si j’ai bien compris :
    on ne dit pas, par exemple, ce tableau n’eest pas beau pour moi, mais ce tableau est beau mais ne m’est pas agréable. C’est ca?
    merci d’avance pour pour votre réponse
    bye

  66. Bonjour Lily; Vous n’êtes pas obligée de dire « il est beau ». Vous pouvez dire -et penser – peut-être est-il beau, cependant je ne l’apprécie pas, il ne m’est pas spécialement agréable.
    Il s’agit de comprendre que le beau et l’agréable sont deux choses différentes, et que il arrive parfois que quelque chose qui est beau.. ne nous plaise pas. Ce n’est pas parce que quelque chose ne nous plaît pas que ce n’est pas beau. Même si, en règle générale, ce qui est beau est aussi agréable (comme une jolie fille apr exemple, ou un beau garçon…)
    Bonne année!

  67. Le , lily28 a dit :

    bonsoir, j’ai pas mal avancé mon étude de texte mais j’ai quand même bcp de mal avec la partie critique. pouvez vous me donner quelques pistes pour m’aider à finir svp?
    merci d’avance…

  68. Vous pourriez dire qu’il est le plus souvent difficile de dissocier le beau et l’ agréable. Prenez des exemples , dévelopez les. Le beau est souvent agréable, et l’agréable peut sembler beau, non? Exemple: un beau film, qui est également agréable (plaisant..)

  69. Le , lily28 a dit :

    ok, je vois, merci !

    une dernière question :
    dans votre méthodologie, vous dites que dans l’intro il suffit d’ancrer le texte dans le pb et énoncer le problème. or dans celle de mon prof, il faut annoncer le thème, le pb, la thèse, les enjeux et la structure argumentative du texte.
    a votre avis, il m’est préférable de suivre votre méthode ou celle de mon prof ?

  70. suivez les conseils de votre prof, bien sûr! Ils sont un peu plus précis, tenez-vous en à eux.

  71. Le , badoo a dit :

    saluuu tout le moooonnnnde !! J’ai pas compris a question « Pourquoi ne peut on pas appeler beau ce qui ne plait qu’a soi ? » Merci de repondre

  72. Le , elena6 a dit :

    Bonjour ! Moi j’ai une explication de texte à faire sur le premier texte . Est ce que je pourrai mettre comme problématique : le beau se réduit-il à ce qui me plait ? Et j aimerai aussi savoir quand Kant parle de jugement . Il parle des jugements réfléchissantes et dominantes ou des jugements synthétiques et analytiques ?
    Merci d’avance .

  73. 1° Pour la problématique, votre question est simpliste car la réponse est évidente: c’est NON! Donc il faut retravailler!
    2° Les juegements sont « déterminants » et « réfléchissants ». Voyez l’ntrée « jugement » dans Philo de Aà Z, ou bien la fiche « jugement » sur le site du webpédagogique.

  74. Le , elena6 a dit :

    Bonjour . En fait , je ne vois pas quel problématique je pourrai mettre . Je sais que dans ce texte Kant définit le beau en faisant une opposition avec l’agréable . j’aimerai aussi savoir quand il dit que le beau n’est pas une propriété des choses qu’est ce que cela signifie ? et pourquoi dit on qu il s’oppose à Platon ?
    Merci d’avance .

  75. Pour Platon le beau est une réalité en soi, indépendante du jugement des hommes. Pour Kant, au contraire le beau n’est pas séparable du jugement que nous portons sur les choses.
    Pour la problématique demandez-vous qui sont les hommes qui sont capables d’apprécier ce qui est beau.. pour tous!
    Vous trouverez sur le site de Hatier (sos philo) une fiche sur ce texte de Kant: l’Analytique du beau.
    A la rubrique « beau » de philo de A à Z vous trouverez aussi toutes ces explications.

  76. Le , elena6 a dit :

    grâce a cette problématique , est ce que je peux mettre comme plan :
    I – l’agréable
    II – le beau ??
    merci d’avance .

  77. Le , elena6 a dit :

    est ce que vous pouvez m’expliquer les trois dernières phrases s’il vous plaît ? et j’aimerai savoir dans quel livre platon dit cela ? est ce qu’il s’agit de phénon ou du banquet de platon ?
    merci d’avance .

  78. Oui… indéniablement, votre ami a raison. On peut trouver une personne belle ou jolie et dire »elle ne me plaît pas ». C’est même, selon Kant, à cela que l’on reconnait les gens qui ont du goût: ils savent que l’on peut dissocier le beau et le seulement plaisant… (agréable).

  79. Il faut suivre les conseils de votre prof, puisque c’est votre prof qui vous corrige…

Laisser un commentaire