Oeuvre du concours : Les Amérindiens de Guyane

Les Amérindiens de Guyane

     Les Amérindiens ou les Indiens d’Amérique sont les premiers hommes qui ont occupé l’Amérique vers -5000 avant J.C. Les ancêtres de ces populations étaient venus d’Asie Orientale après avoir traversé l’Océan Pacifique.

Les Indiens de la forêt amazonienne sont 400 000 individus. Pendant des siècles la forêt a été impénétrable par les colonisateurs et de la civilisation venue d’Europe. Les Amérindiens commencent à être chassés de leur habitat à la fin du XIX siècle par les industries automobiles qui cherchent du caoutchouc. Vers les années 1940 des prospecteurs découvrent que le sol amérindien renferme des richesses telles que : le fer, le pétrole, l’étain, l’or, le diamant… Leurs exploitations entrainent un défrichement intensif de la forêt. En tentant de protéger leurs habitat les Amérindiens se font tuer par des mitrailleuses, des aliments ou des vêtements contaminés qui déclenchent des épidémies mortelles. Les Garimpeiros (les chercheurs d’or en Brésilien) apportent des maladies inconnues aux indiens comme la grippe ou la rougeole, qui font d’immenses ravages. Ils détruisent la plus grande partie de la flore et de la faune. Maintenant les Amérindiens sont toujours attaqués par les Garimpeiros et sont en grand danger de disparition totale.

.
  • Les langues et les peuples Amérindiens

Il existe différents peuples Amérindiens, les Wayampi et les Emirillons parlent le Tupi-Garani, les Kali’na et les Wayana parlent le Caribe, et enfin les Palikur et les Arawak parlent l’Arawak

  • Les coutumes

Le chaman (connu sous le nom de guérisseur) est là pour communiquer avec son peuple. Quelques peuples d’Amazonie ont un Dieu, il peut être représenté par le soleil. Leur Dieu s’appelle Atzùta et le Dieu du mal se nomme Ivianchi. Lorsque les filles sont en âge de se marier, la tradition les soumet à un rituel : elles sont enfermées pendant plusieurs jours dans une hutte. Elles ne doivent pas en sortir le jour, en revanche celles-ci peuvent sortir la nuit à condition que leur tête soit couvertes. Les garçons en puberté sont soumis à l’épreuve du Maraké. C’est une épreuve qui consiste à se faire piquer par des fourmis flamme et des guêpes, sans manifester de douleur éventuelle. Leurs animaux sacrés sont l’aigle, le loup, le corbeau, le bison et le cheval.

  • Nourriture

Ces peuples tirent une grande partie de leurs ressources de leur milieu naturel grâce à la pêche, la chasse et l’agriculture. La pêche et la chasse jouent un rôle principal dans l’alimentation des Amérindiens. Les poissons sont capturés selon des techniques de pêche spéciales, ce qui leur procure une part importante des protéines d’origine animale. Les Amérindiens brulent des parties de forêt pour faire de l’agriculture. Dans leurs champs, le manioc (ulu) est leur aliment de base, avec lequel ils fabriquent de la bière (okï).

Les Amérindiens font pousser plusieurs aliments variés, comme la patate douce (napi), l’igname (napëk), la dachine (wakalau), le piment (asi) et des fruits tels que l’ananas (nana), la banane (palu) et la pastèque (malasija). A partir des palmiers ils récupèrent des fruits comme le wassaï (wapu), le comou (kumu) et des vers de palmier (Ilie). Ils entretiennent un contact très fort avec leur environnement. Pour eux les animaux et la nature ce sont comme les êtres humains.

  • Agriculture

Les activités sont partagées entre les hommes et les femmes et l’emploi du temps change selon les saisons. Le défrichage est un travail pénible qui revient aux hommes. 90% des champs sont réservés au manioc, c’est l’élément de base de la quasi-totalité des Amérindiens, il nourrit des millions de personne sur le continent.

Le manioc murit en huit mois et se récolte à toutes les saisons. Avant d’être servies comme plat, les racines de manioc subissent plusieurs traitements car le tubercule ramassé contient de l’acide cyanhydrique (poison mortel). La récolte du manioc, ainsi que ses traitements sont réservés aux femmes. Après avoir été pelé, lavé et râpé le manioc peut enfin être mangé dans différentes textures.

La cueillette complète l’aliment de base des Amérindiens. A chaque sortie les hommes et femmes cueillent tout ce qui est comestible. Le ramassage demande une excellente connaissance de la faune et de la flore. Le palmier joue un rôle important dans la vie des Amérindiens : ils profitent de ses palmes, de ses noix, de son écorce, de son cœur et son bois est primordial pour confectionner des arcs.

  • Armes de guerre et armes de chasse

Les enfants indiens doivent vite se familiariser avec le maniement des armes, souvent ils observent des enfants plus âgés et reproduisent leurs mouvements. Ils apprennent ainsi à se protéger, se battre et à chasser.

  • Leur habitat

Les Amérindiens fabriquent leurs maisons avec des éléments naturels (des branches et des écorces) qui sont adaptés au climat. Leur habitations étaient autrefois couvertes de feuilles de palmiers, mais tout le reste était ouvert. La plupart du temps, ils habitent au bord du fleuve. Au centre du village on trouve le Tukusipan (la maison collective) sous lequel ils reçoivent les visiteurs. C’est sous le carbet que se déroulent les réunions importantes et les fêtes.

.
.
  • Les habits

Les Amérindiens portent des habits qu’ils créent eux-mêmes, en peau de bête. Les femmes s’habillent souvent avec une robe composée de deux pièces de cuir cousues ensemble. Tous les Amérindiens sont vêtus de robes, de tuniques légères et de guêtres qui sont très souvent décorées. Leurs coiffes sont faites avec des plumes et des cheveux nattés.

  • Les atouts des Amérindiens

Les Amérindiens sont des artisans très habiles dans la fabrication des bijoux. Ils les font principalement avec des graines naturelles, ils les vernissent ensuite ou les peignent.

Le travail de vannerie est un travail d’homme. Les enfants et les femmes l’utilisent souvent dans la récolte et la transformation du manioc, dans la chasse et la pêche. Les Amérindiens décorent sur des objets crées grâce à la vannerie des motifs imaginaires.

  • Milieu de vie
.

Avant, les Amérindiens vivaient dans la forêt. Maintenant ils habitent dans l’ensemble du territoire de la Guyane (Awala- Yalimapo, Roura, Saint Laurent du Maroni, Maripasoula, Iracoubo, Macouria, Larivot, Rochambeau, Saint Georges de l’Oyapock, Camopi …) La Guyane est entièrement recouverte par la forêt qui s’étend sur des centaines de kilomètres. Elle n’a point de clairières, on y trouve des bambouseraies de faibles surfaces. La rivière est un élément très important dans un village Amérindien, elle permet de se laver, de pêcher, c’est la seule voie de circulation (pirogue) pour permettre l’échange avec les autres villages.

  • Conclusion

Les Amérindiens vers – 5000 avant J.C ont occupés l’Amérique du Sud. Ils se sont vite adaptés en fabriquant leurs habitats, leurs habits, leurs armes… Ils ont réussi à s’alimenter en faisant pousser leur nourriture. Les Amérindiens ont su se différencier en créant plusieurs langues ainsi que des coutumes. De nos jours ils sont beaucoup moins nombreux car les Amérindiens ne se sentent plus chez eux, à cause de la population modernisé et de la déforestation. C’est pour cette raison qu’une petite partie des Amérindiens se suicident.

Sources : 
www.survivalfrance.org
www.solidariteguyane.pagesperso-orange.fr
fr.wikipedia.org/wiki/Amérindiens
Les Enfants de la Lune, Christian Rudel, Etienne Souppart, Gallimard Jeunesse, 1993
www.terresdeguyane.fr

Eva & Elisa

__________________________________________________

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *