La bataille de Vertières

Avez-vous déjà entendu parler du mot « Vertières » ? Il y a peu de chance car on trouve peu d’informations sur cette défaite napoléonienne. Pourquoi me direz-vous ? C’est ce que vous allez découvrir dans cet article. Cette bataille eut lieu le 18 novembre 1803 près du Cap Français (aujourd’hui Cap Haïtien) dans le Nord de l’ancienne colonie française de Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti).

Haïti, avec à sa tête François Capois, écrasa l’armée napoléonienne. Capois commandait une brigade en partie tuée par les tirs de canon venant du fort. Il lança trois assauts en vain. Lors du quatrième assaut, le cheval de Capois fût touché par un boulet de canon. Il prit alors son épée, se releva et courut se mettre de nouveau à la tête de ses soldats en criant « En avant ! En avant ! ». Les combats redoublèrent et le soir venu, on dénombrait 1200 morts et 2000 blessés du côté haïtien et 1200 soldats français étaient morts ou blessés. Le lendemain un officier français, Duveyrier, se rendit aux sentinelles de Capois et fut conduit au Quartier Général de l’armée haïtienne. Les discussions avec le commandant Dessalines durèrent une journée entière et avant la tombée de la nuit, un accord fut signé. Rochambeau eût dix jours pour embarquer les restes de son armée et quitter Saint-Domingue. Suite à cette victoire, l’île est proclamée indépendante de la France le 1er janvier 1804 par le commandant Dessalines après la lecture de l’Acte de l’Indépendance de la République d’Haïti.

Haïti devient donc la première république noire de l’histoire.

Mais la France ne va pas en rester là. Lors de la deuxième Restauration (1815–1830), le Royaume de France ne veut pas reconnaître l’indépendance d’Haïti. La France menace Haïti d’une invasion militaire et d’une restauration de l’esclavage. En 1826, pour dédommager les anciens colons, le roi Charles X réclame 150 millions de Francs Or à la jeune République Haïtienne.

En 1838, sous la monarchie de Juillet, cette dette sera allégée à 90 millions de francs. Haïti fini de payer sa dette dans la première moitié du XXe siècle.

En août 2010, dans une lettre ouverte au président de la République française, Nicolas Sarkozy, un groupe de responsables politiques et d’intellectuels du monde entier appelle la France à rembourser à Haïti la somme de 17 milliards d’euros (estimation de la somme qu’Haïti a versée à la France).

Extrait de la lettre :
« Considérant les besoins financiers criants de ce pays dévasté par le terrible séisme du 12 janvier 2010, nous vous pressons donc, Monsieur le Président [de la République française], de restituer à Haïti, la première république noire de l’Histoire, la dette historique de son indépendance ».

La présidence française n’a pas répondu favorablement à cette demande. François Hollande, de son côté, a plus tard parlé d’une « dette morale » et non d’un remboursement financier. Aujourd’hui la bataille de Vertières reste méconnue de beaucoup de citoyens français…

Aujourd’hui la bataille de Vertières reste méconnue de beaucoup de citoyens français…

Sources :
Déroulement : Planète Haïti. // Forces en présence & pertes : Jacques de Cauna, Haïti, l’éternelle révolution: histoire de sa décolonisation (1789-1804), p.177. & Berthony DuPont, Jean-Jacques Dessalines: itinéraire d’un révolutionnaire, p.228. // Image satellite d’Haïti : Google Earth web. // Extraits de la lettre au président de la République : Le Monde. // Réponse du président Hollande : Médiapart. // Image de François Capois sur le site Debomar. // Image Jean-Jacques Dessalines sur le site Debomar. // Image de Duveryer sur le site Muzacmagazine. // Image de Rochambeau sur le site History is fun. // Acte d’Indépendance de la République Haïtienne sur le site Haïti culture.

…Alan, 3Saphir

__________________________________________________

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *