Partie II

16 05 1997

A)  La IVe république

 La Quatrième République est le régime politique de la France d’octobre 1946 à octobre 1958. Lors de cette République, il y a eu deux présidents : Vincent Auriol (1947-1954) et René Coty (1954-1959).

 

La Quatrième République est adopté par référendum le 21 octobre 1946. C’est un régime parlementaire avec un chef d’État et un gouvernement exerçant l’essentiel du pouvoir exécutif par le président du Conseil, il est ensuite proposé par le président de la République puis installé par l’Assemblée nationale.

Le président de la République est élu par le Parlement, composé par la réunion des deux chambres (article 29 de la Constitution ), pour une durée de sept ans. Son rôle est seulement représentatif mais il a quand même deux atouts en main :

– Il nomme le président du Conseil

– Il a le pouvoir de mettre fin de façon légale à la chambre des députés, suivant une procédure très encadrée.

Mais le président de la République a aussi quelques idées de la Troisième République, en matière de nominations et de diplomatie :

– Il signe et accepte les traités.

– Il est le chef des armées et préside à ce titre le Conseil supérieur de la défense nationale.

– Il préside le Conseil supérieur de la Magistrature.

– Il conserve le droit de grâce et demeure irresponsable sauf en cas de haute trahison.

Dans cette quatrième république, le pouvoir du président est limité par celui du premier ministre puisqu’il est plus important.

 

B) Une VIe République

L’idée d’une VIe république est envisagée par de plus en plus de personnes. C’est le cas des signataires de la convention pour la VIe république ainsi que Jean-Luc Mélenchon, candidat a la présidence de 2012.

Ce dernier souhaite une telle évolution politique car il juge que le président devrait avoir moins de pouvoir, et le peuple plus. Il souhaiterait « en finir avec la monarchie présidentielle ». Et proposerait pour cela une élection par le peuple d’une assemblée constituante mais également que le gouvernement soit dirigé, non plus par le président et l’aide de ses ministres, mais par le premier ministre et ses députés (élus au suffrage universel). De plus, les signataires de la convention proposent que ce soit le gouvernement, sous l’autorité du premier ministre, qui exerce l’ensemble du pouvoir exécutif. Le président serait, dans une VIe république, élu par les deux assemblées parlementaire réunis en congrès à la majorité absolue de ses membres et serait alors le garant du bon fonctionnement des institutions. Le projet d’une VIe république s’apparenterait donc à un retour en arrière avec des pratiques proches de celles de la IVe république.

 

Retour au sommaire