Conclusion : Un choix influencé

16 05 2012

  Théoriquement le vote est un choix individuel mais inconsciemment l’individu est influencé par différents déterminants sociologiques. Bien entendu, les intérêts de l’individu et de la société agissent sur ce comportement mais pas uniquement. Les classes supérieures auront plutôt tendance à voter à droite, en effet ce parti soutient le patronat et les plus aisés. Les classes populaires quant à elles, auraient plus tendance à voter à gauche puisque c’est un parti social qui répond mieux aux attentes de la classe ouvrière. Quant à l’âge, les jeunes voteraient plus à gauche et les plus âgées à droite. En effet, l’évolution de la société effraie de plus en plus les personnes correspondant à la tranche d’âge : 59-70 ans d’après l’IPSOS, les jeunes eux, ont une vision plus moderne de la société. Il y a ensuite la socialisation primaire avec la mobilité sociale ainsi que la reproduction sociale (note de bas de page) : on hérite soit de l’opinion politique de ses parents, soit on opte pour un choix plus personnel. Ensuite des facteurs moins importants comme la religion, l’identification partisane, qui se fait par la campagne électorale, où l’individu se retrouve à travers les idées du candidat qu’il désire voir au pouvoir. Le sexe : auparavant les hommes votaient plus à droite que les femmes mais avec l’entrée massive des femmes sur le marché du travail, l’écart s’est fortement réduit. Enfin, certains individus ne votent pas, ils décident de s’abstenir, soit parce qu’ils ne sont pas intégrés socialement soit parce qu’ils ne s’intéressent pas à la politique, ils n’ont pas forcément une connaissance politique suffisante pour effectuer un choix. On peut affirmer que cet acte politique, qui n’est autre que le vote, n’est pas un choix individuel mais un choix influencé socialement.


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire