Les élections législatives, une petite élection à côté des présidentielles ?

21 05 2012

Les élections législatives françaises de 2012 se tiendront les 10 et 17 juin. Il y aura, pour la première fois, l’élection de députés représentant les Français établis hors de France.

Pour être candidat aux législatives, il faut être électeur, on ne peut être à la fois député et sénateur, et on ne peut pas non plus exercer une fonction publique en parallèle. Quant aux électeurs, il faut qu’ils soient âgés d’au moins 18 ans, qu’ils soient dotés de la nationalité française, qu’ils jouissent de droits civils et politiques et enfin qu’ils soient inscrits sur les listes électorales.

Un député est élu pour cinq ans par un suffrage universel direct uninominal majoritaire. On dénombre, depuis la réforme de la Constitution Française de juillet 2008, 577 circonscriptions en France, donc autant de députés. Quant aux présidentielles, elles déterminent un président pour une durée de cinq ans (depuis 2000). Le président est élu au suffrage universel uninominal direct, se déroulant en deux scrutins.

Le président est le détenteur du pouvoir exécutif (créer les lois), le chef des armées françaises, le plus haut magistrat de France, le maître de la Légion d’Honneur. Il nomme le Premier Ministre, et ce dernier nomme le Gouvernement. Le Président a aussi le pouvoir de dissoudre l’Assemblée Nationale s’il n’en est pas satisfait.

Quel est le rôle du député ?

Concernant le rôle du député, nous pouvons dire que celui-ci vote les lois proposées par le Gouvernement et peut lui-même en proposer, il vote également les réformes. Le député permet de créer des lois qui font avancer les choses Un député n’est pas un représentant exclusif de la ville, il représente la nation. Il exerce également un rôle de représentant de la nation lors des manifestations officielles de sa circonscription. Il est à l’écoute de ses concitoyens, qu’il peut recevoir et également visiter. Il fait tout son possible pour trouver une solution aux problèmes qu’ils rencontrent en intervenant auprès des administrations. Il fait part à l’Assemblée de leurs préoccupations pour critiquer et faire progresser la législation et améliorer son application. Dans sa circonscription, le député se préoccupe du développement économique, social et culturel, avec les autres élus. Il est l’intermédiaire entre les maires, les services de l’Etat, les milieux socioprofessionnels et les associations. Le député est généralement membre d’un parti. A ce titre, il anime le débat politique dans sa circonscription avec tous les habitants. Il est l’acteur principal du débat démocratique quotidien sur le plan local. Selon Bertrand PLANCHER (député de la Meuse), « contrairement à une idée reçue, le député ne représente pas uniquement sa circonscription mais la France toute entière. »

Quel est le parcours d’une loi ?

Nous allons ensuite, nous intéresser au parcours d’une loi, de sa création à sa mise en place.

Le premier ministre fait un projet de loi qui est délibéré par le Conseil des ministres, suite à cela le Conseil d’État donne son avis. Les députés et les sénateurs proposent des lois dont le Bureau de l’Assemblée nationale ou du Sénat fait un contrôle de sa recevabilité financière. Tout cela mène à l’examen du projet ou de la proposition de loi par le Parlement en commission ou en séance publique. L’Assemblée Nationale, après avoir étudié le projet, vote la proposition de loi, qui est validée ou non (dans ce cas il y a des amendements proposés en commission).

 

Différents partis politiques ?

En politique, l’usage consiste à diviser les partis politiques en catégories générales qui formalisent une division bipartisane : la droite et la gauche auxquelles ont peut ajouter le centre. Un parti politique rassemble, sous des valeurs propres à la Gauche ou à la Droite, la sensibilité, la hiérarchie. Il y a toujours une personne définie, une image, un symbole qui représentent le parti politique choisi.

En quoi consiste la cohabitation?

La cohabitation désigne, depuis le milieu des années 1980, une situation institutionnelle particulière : la « coexistence d’un chef de l’Etat élu au suffrage universel sur un programme politique et d’un Premier Ministre s’appuyant sur une majorité parlementaire élue pour soutenir une politique opposée ». C’est assuré par deux adversaires politiques.

La cohabitation peut tout bloquer, l’Assemblée fait le Gouvernement. Si demain, par hasard, l’Assemblée est à droite alors que le Président est de gauche, il sera difficile pour celui-ci de concrétiser ses projets et faire passer des lois. Les législatives ont donc un rôle majeur dans le déroulement du quinquennat du Président.

Participations égales entre législatives et présidentielles?

On peut constater qu’il y a moins de participation pour les élections législatives que pour les présidentielles, en partie à cause de la méconnaissance de l’importance des législatives. Il n’y a pas assez de communication et d’informations sur celles-ci dès le collège et elles ne sont pas assez médiatisées par rapport aux présidentielles. Aller voter est un droit, mais tous les citoyens n’en ont pas conscience. Les électeurs ne connaissent le fonctionnement de la constitution.

 La participation au premier tour des élections législatives et présidentielles permet d’estimer celle des citoyens dans la vie politique du pays. En 2007, la participation aux législatives, en France, a été de 60,5% (selon le Ministère de l’Intérieur), ce qui correspond à un niveau d’abstention record. De manière générale, la participation électorale connaît une baisse continue depuis le début de la Vème République. La même année, au premier tour de l’élection présidentielle française, la participation a été de 83,77% (selon le Nouvel Observateur).

Malgré l’importance majeure des élections législatives, les électeurs votent avec plus de considération aux présidentielles.

De plus, selon une enquête réalisée en 2012 par Actu 24/7 des français privilégient d’abord la télévision pour s’informer sur l’élection présidentielle. 62% des Français qui s’y intéressent se tournent d’abord vers les journaux télévisés pour se renseigner. Leur deuxième source d’informations sont les chaînes d’informations en continu pour plus d’un quart des personnes qui suivent la campagne (27%). Les magazines télévisés sont également consultés par 14% d’entre eux.

Contrairement aux élections présidentielles, les élections législatives sont beaucoup moins médiatisés, les électeurs y portent donc un intérêt moindre.

 

Souad El Manaa (candidate socialiste aux législatives) et nous-même

 




Des médias influencés

7 05 2012

Actuellement, il est très rare de trouver des médias complétement neutre
et indépendant au niveau financier. Un média (chaine de télévision, journal ou
internet) recevant une aide financière extérieure et privée est forcément influencé dans les informations qu’il traite et dans la manière qu’il les traite.  D’ailleurs, une grande partie du public de ces médias sont conscients des préférences politiques de ceux-ci. Rien n’est laissé au hasard, chaque images diffusés, chaque paroles prononcés est préalablement contrôlé par des professionnelles de le communication
engagés par les partis eux-mêmes.

 

De riches propriétaires détiennent une grande partie des médias, nous allons les partager grossièrement en deux camps; Gauche et Droite.
Du côté des médias aux influences plutôt de droite, il y a Martin Bouygues, ami intime de Nicolas Sarkozy et avec des convictions de droite, qui est propriétaire de TF1, LCI, TPS et d’autres.  Serge Dassault, sénateur UMP de l’Essonne (91) est à la tête de Valeurs actuelles, de L’Express, du Progrès de Lyon, de La Voix du Nord et détient 30% du Figaro. Arnaud Lagardère est actuellement le PDG d’Europe 1, de Paris Match, et du Journal du dimanche  et est considéré comme « un frère » par Sarkozy selon Libération. Il détient aussi 25% du Parisien-Aujourd’hui et17% du Monde. Un autre ami au président sortant est Bernard Arnault, propriétaire de La Tribune. Pour informations, toutes ces personnes et biens d’autres étaient présents à la soirée au Fuquet’s après l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007, ce qui démontre les importantes relations amicales qu’il existe entre ces hommes.

Cependant, il n’y a pas que des quotidiens ou médias de droite. Mais à l’inverse des médias de droite, ceux de gauches sont orientés par les conviction et l’influence financière ou amicale ne vient qu’au second plan. Nous allons donc parler de trois grands journaux de gauche. Commençons par Libération; c’est un journal crée en 1973 par Pierre July qui regroupe des idées gauchistes issues de mai 68. Nous avons aussi Le Monde qui est un journal de centre gauche fondé en 1944 par Hubert Beuve-Méry et actuellement dirigé par le LMPA (Le Monde Partenaires et Associés) dont le Président est Pierre Gentet depuis 2007. Puis il y a Marianne, un magazine de gauche qui se revendique républicain crée par Jean François Kahn en 1997 et dont l’actionnaire principal est le fondateur lui-même.