Le Maire. Bonjour et bienvenue à tous. L’ordre du jour est l’implantation d’éoliennes sur notre commune. Nous terminerons par un vote. Le promoteur du projet répondra à vos questions.

Le promoteur. Nous avons l’intention d’installer quatre éoliennes de 60 mètres de haut pour réduire votre consommation électrique et les émissions de CO2. Voici quelques chiffres : ces éoliennes pourraient réduire de 20% votre facture. Je pense que c’est un projet positif pour votre commune.

Un administré. Où voulez-vous les installer ?

Le Maire. Dans un champ, loin des habitations, vous verrez de la route ces « élégants moulins à vent ».

Guillaume. Elles vont gâcher la vue avec 60 mètres de haut.

Le Maire. Ne vous inquiétez pas, elles seront vraiment loin des habitations.

Samir. Et combien cela va-t-il coûter ?

Le Maire. Environ 50 000 euros. Nous avons un budget assez stable pour pouvoir y contribuer.

Laurie. Des éoliennes dans un champ oui, mais si elles cassent qui va s’en occuper ?

Samir. Elles vont polluer la vue dans ce champ.

Le Maire. N’oubliez pas qu’elles sont censées réduire de 20 % la consommation.

Guillaume. Elles ne tournent pas tout le temps, elles seront pour 75 % du temps à l’arrêt. Cela coûte plus cher pour les faire tourner.

Le promoteur. Votre commune est bien exposée au vent.

Un administré. J’ai entendu dire que les centrales thermiques bretonnes tournaient à plein régime à cause du froid. Je ne vois pas l’intérêt de ces « vieux squelettes rouillés » si ça ne marche pas quand il fait froid.

Samir. Au lieu de mettre des éoliennes pourquoi ne pas mettre des panneaux solaires ?

Le Maire. Il n’y a pas assez de soleil et ils coûtent plus cher.

Laurie. Les éoliennes ne créent pas d’emplois.

Le Maire. Elles entraînent une économie et rapportent de la taxe professionnelle.

Un administré. Elles rapportent surtout de l’argent aux promoteurs. Ils empochent pour 15 ans le rachat obligatoire par EDF de l’énergie à un tarif fixé au triple de la valeur marchande. C’est le contribuable qui paie la taxe professionnelle allouée aux mairies. Sur 170 000 euros de bénéfices 100 000 restent au promoteur.

Le promoteur. Vos chiffres ne sont pas exacts.

Guillaume. Ca fait du bruit, et ça va stresser nos animaux.

Le promoteur. Vos animaux s’habitueront très vite.

Samir. Avez-vous vérifié qu’elles ne seront pas sur le passage des oiseaux ?

Le promoteur. C’est fait, tout est conforme.

Guillaume. Est-ce vrai que vous les faites tourner pour faire croire qu’elles fonctionnent et que vous dépensez de l’électricité pour le faire ?

Le promoteur. Nous nous engageons à ne pas les faire tourner.

Un administré. L’éolien n’est pas cher, et n’est pas payé par le contribuable, il est payé par le consommateur sur les factures d’électricité et ne revient pas plus cher qu’un jambon-beurre. Au contraire le nucléaire lui est subventionné.

Le promoteur. Vous avez parfaitement raison.

Guillaume. J’ai lu que l’on payait 100 euros par an et par foyer pour faire marcher les éoliennes.

Le Maire. Mais cela offre plus d’avantages.

Laurie. Et si les pâles tombent ? Avez-vous pensé à la sécurité ?

Le Maire. Nous sommes assurés.

Le promoteur. Ce ne sont pas des allumettes quand même. Elles seront régulièrement surveillées par nos techniciens.

Guillaume. A quoi ça sert que nous soyons une réserve naturelle si nous polluons le paysage.

Guillaume2. Moi je trouve qu’elles sont très belles, on peut faire venir des touristes avec de telles actions.

Laurie. Vous allez faire une enquête d’utilité publique ? J’espère qu’elle ne sera pas bouclée en deux mois et en pleine vacances. Nous avons l’intention de donner notre avis.

Le Maire. Nous vous avons donné l’occasion d’en discuter. A présent passons au vote.

Résultat : 9 contre et 4 pour.

Compte rendu du jeu de rôle d’aujourd’hui sur le thème : les éoliennes pour ou contre.

Jeu de rôles : un élève était le maire, un autre le promoteur, les autres les administrés, deux secrétaires de séance.

Documents étudiés préalablement : « Vent mauvais sur les éoliennes », article de Fabien Gruhier, publié dans le Nouvel Observateur dans la première quinzaine de décembre.

Un article de l’Association Planète éolienne.

Tags : , ,