Chroniques du confinement

1ère chronique du confinement : Pronote est mon nouvel (et seul ?) ami…

Tempête sous crâne confiné @Joris

LE TRAVAIL EN CONFINEMENT : COMMENT ARRIVER À S’ORGANISER ?

PRONOTE : informations et sondages / PRONOTE : discussions /

PRONOTE : contenu et ressources / PRONOTE : travail à faire /

….  Il y en a de partout !

Le burn-out nous guette, nous pauvres élèves obligés de gérer le travail du collège à domicile ! On en vient à regretter le bahut et les profs en « vrai », tellement on a de boulot et pas seulement virtuel…

Joris, élève de 4e

2ème chronique du confinement : le virus ne s’arrête pas aux frontières

@OlivierMénégol
in ledessindelasemaine.fr

LES FRONTIÈRES DE TOUS LES DANGERS

Vous ne pensez pas que les autorités françaises auraient dû fermer les frontières dès que le danger de ce virus a été connu ? Parce que là, le confinement commence vraiment à me taper sur les nerfs !

Adélaïde, élève de 4e

3ème chronique du confinement : pour ne pas devenir fou/folle…

@Académie de Grenoble / Education Physique et Sportive

COMMENT GARDER LA FORME MENTALE ET PHYSIQUE ?

  1. Après le travail scolaire, un bon livre pour se calmer ? BD, manga, roman jeunesse…
  2. À un moment dans la journée : faire du sport !
    • Si vous avez la chance d’avoir un jardin ou un bout de terrain, ou un balcon (faut oser…) bougez en plein air !
    • Si vous êtes à la campagne, un jogging autour de chez vous (pas plus d’un kilomètre et avec l’attestation pour une heure grand max’)
    •  Si vous êtes en appart’, un peu de Just Dance ? Un tuto de muscu’ ou de fitness ? Sans oublier les conseils donnés par les professeurs d’EPS sur le site du collège et sur Pronote !                            
  3. Pratiquer ou écouter de la musique : pour se détendre, quelques mélodies ou chansons n’ont jamais tué personne… Enfin sauf si vous écoutez le même titre à tue-tête depuis des heures et que vos voisins n’en peuvent plus !

                                                                                                                                                         Timéo, élève de 6e

Silence, on lit ! En famille, aussi…

Deuxième semaine de confinement à la maison. Ce qui pouvait faire penser à des « coronavacances » au début, ressemble davantage à une guerre des nerfs. Soit nous avons nos parents sur le dos toute la journée, soit nous sommes inquiets pour eux car ils doivent aller travailler à l’extérieur… Sans parler des frères et sœurs qu’il faut supporter 24 h / 24 et avec lesquels on doit négocier l’accès à l’ordinateur pour pouvoir consulter Pronote et « bosser » ou encore se battre pour choisir programme télévisé ou série à notre goût ! En plus, en appartement, c’est juste l’enfer avec ce soleil qui nous fait de l’œil derrière les vitres alors que nous n’avons pas le droit de sortir !

C’est pourquoi nous vous proposons de mettre en place chaque jour un cessez-le-feu, une trêve, un répit… d’au moins quinze minutes. De quoi s’agit-il ? De l’opération « Silence On Lit ! » version familiale… Ça va pas la tête ? Avec le boulot de classe qu’on se tape déjà, limite on travaille plus qu’au collège, il faudrait qu’on lise en plus ?!

Avant de « péter un câble », permettez-nous au moins de vous présenter le projet… SILENCE, ON LIT ! en famille, c’est une activité enrichissante et surtout APAISANTE à faire à domicile. Le moyen pour les adultes d’occuper leurs enfants et celui pour les ados d’occuper leurs parents ! Le moyen aussi de s’évader sans quitter son refuge…

Faire une pause dans la journée pour retrouver momentanément le silence et rendre le climat familial plus « cool » durant quelques minutes…

Mode d’emploi de cette version familiale de Silence, On Lit ! :

  • mise en place d’un rituel de lecture chaque jour pour les enfants et pour les parents en même temps
  • l’exemple vient des parents qui s’autorisent une pause à moins que ce ne soient les enfants qui les incitent à « décrocher » des écrans pour se rendre disponibles
  • chacun choisit un livre qui lui plaît (si, si, ça existe !)
  • mise au calme pendant 15 à 30 minutes avec un livre pour seul objet d’attention

Des BD pour chacun.e
@MagRR

C’est simple mais pour que ça fonctionne sur la durée, il est important de suivre les 5 règles de SOL ! :

1/ Quotidienneté
Chaque jour à la même heure, on fait SOL ! chez soi pendant 15 à 30 minutes.

2/ Silence
On coupe tout ce qui peut faire du bruit ou qui peut distraire (ordinateurs, tablettes, téléphones…), on trouve un endroit confortable et on y reste pendant toute la durée de la lecture.

3/ Participation de tous
Il est important que les enfants voient leurs parents lire des livres (aménagement possible pour les petits qui ne savent pas encore lire : certains albums sont intéressants sans (comprendre le) texte).

4/ Des livres seulement
L’idée, c’est d’éviter le zapping et de favoriser la concentration sur la durée. Donc on met de côté les journaux, les magazines et la lecture sur écran(s) permettant l’accès à internet.

5/ Lecture plaisir
On lit ce que l’on veut. Ce qui nous fait plaisir. Ce qui permet de nous évader durant ce temps de lecture. Ce n’est pas un exercice scolaire (ni évaluation, ni contrôle) mais tous les échanges sont possibles sur les livres, après le moment SOL !

Quelques conseils pratiques :

  • avoir des livres à disposition est indispensable. Ne pas hésiter à fouiller dans les placards pour en retrouver si besoin.
  • choisir ensemble l’horaire de SOL ! et tenter d’en faire un rituel quotidien toujours à la même heure.
  • laisser chacun choisir l’endroit où s’installer pour lire confortablement.

Les conseils suivants sont facultatifs selon nous… Si vous prenez du plaisir à ce temps calme, ils s’imposeront d’eux-mêmes…

  • avoir un crayon pour souligner une phrase, noter un mot que l’on ne connaît pas, commenter une scène, une description, un dialogue…
  • avoir toujours un dictionnaire à portée de main pour vérifier un mot pendant ou après la lecture.
  • prendre, à la fin de la lecture, le temps de se remémorer l’histoire, de réfléchir sur le sens de ce qu’on vient de lire.

Vous avez lu ce long article jusqu’au bout ? C’est que vous êtes prêt.e.s à tenter l’aventure de la lecture plaisir ! BD, mangas, romans jeunesse ou plus classiques, lisez comme vous êtes !

Les bibliothèques et les librairies sont fermées, éventuellement faites du troc de bouquins avec vos voisin.e.s en respectant les distances barrières et la désinfection en vigueur des objets et des mains !

Avec SOL ! vous ne resterez pas seul.e car un livre est un ami pour la vie…

Astérix est orphelin…

Le coureur de char romain Coronavirus et le druide Pandémix ont la tristesse de vous faire part du décès du dessinateur Albert UDERZO, survenu le 24 mars 2020, à l’âge de 92 ans. Désormais le célèbre personnage de dessin animé gaulois ASTÉRIX est doublement orphelin puisque René GOSCINNY, scénariste BD, s’est éteint il y a de nombreuses années, le 5 novembre 1977.

Astérix, Obélix et tous les habitants du village gaulois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur romain, remercient par avance toutes les lectrices et tous les lecteurs qui s’associeront à leur peine. Ni châtaignes, ni sangliers.

En ces temps de confinement, ils préconisent la lecture d’albums d’Astérix le Gaulois pour rendre un dernier hommage à Albert UDERZO. Nul doute qu’un immense banquet sous les étoiles l’attend, pour fêter ses retrouvailles avec son ami de toujours René GOSCINNY…

Semaine de la Presse et des Médias : on joue à domicile !

À situation inédite Semaine de la Presse innovante ! Ce qui aurait dû être la 31e Semaine de la Presse et des Médias dans l’École, devient, en raison de la fermeture de tous les établissements scolaires, la 1ère Semaine de la Presse et des Médias à la Maison ! Pour vivre cet événement au mieux malgré les circonstances particulières de confinement et l’omniprésence du Covid-19 dans l’actualité, tous supports confondus, nos journalistes en ligne demeurent mobilisé.e.s. Bonne semaine et au-delà…

De l’usage du mode conditionnel dans la conjugaison française…

Tel que présenté sur le site Le conjugueur de la publication en ligne du Figaro, on apprend que le conditionnel existe sous trois temps : le présent, le passé première forme et le passé deuxième forme.

Le conditionnel présent est particulièrement utilisé en ce moment, dès lors que des informations sont données à titre provisoire. En effet, il peut servir à :

. Donner une information incertaine, non confirmée
D’après les médecins, ce médicament pourrait vite soulager les malades.
. Exprimer un futur dans le passé
Elle dit (présent) qu’elle fera (futur) du sport en visio avec nous.
Elle a dit (passé) qu’elle ferait (conditionnel) du sport en visio avec nous.
. Faire des hypothèses, exprimer une éventualité
Que chacun respecte les consignes permettrait de sauver des vies.
. Demander poliment, proposer, exprimer un souhait, conseiller
Pourriez-vous m’indiquer comment vous envoyer mon devoir terminé ?
J’aimerais beaucoup sortir me défouler.

Quant au conditionnel passé, il peut servir à :

. Donner une information incertaine, non confirmée
Des chercheurs auraient testé plusieurs essais de vaccins.
. Exprimer l’irréel du passé (le regret)
Nous aurions dû acheter des légumes plutôt que du papier hygiénique !
. Évoquer une action antérieure à une autre action au conditionnel présent
Il a dit qu’il jouerait aux cartes (conditionnel) dès qu’il aurait terminé (conditionnel passé) son QCM en ligne.

Seule la première forme du conditionnel passé est employée fréquemment. La seconde marque un langage très soutenu, utilisé seulement à l’écrit, et de manière très rare.

Alors en ces temps frénétiques pour les médias, prêtez désormais attention à l’utilisation des temps verbaux. Le mode conditionnel employé massivement par les journalistes doit nous mettre en garde et nous inciter à attendre des confirmations officielles. Sur les réseaux sociaux notamment, des informations fausses ou incomplètes sont présentées comme sûres et attestées. Attention donc !

Cette année plus que jamais, la #SPMM2020 doit nous aider à faire le tri ! Prenez soin de vous et gare aux virus et aux fake news…

Papiers cadeaux au chômage ?

Nous les papiers d’emballage utilisés en grand nombre lors des fêtes de fin d’année sommes inquiets. En effet, en décembre 2019, le mouvement #greensanta prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux, en insistant sur l’aberration écologique consistant à emballer avec des papiers très riches en encres diverses des boîtes et coffrets pour qu’ils soient déchirés ou froissés, sitôt offerts et ouverts…

De même, les fleuristes préfèrent désormais utiliser du papier brut ou d’autres produits naturels pour mettre en valeur plantes et bouquets plutôt que les plastiques transparents à usage unique…

Les citoyens sont-ils prêts à nous abandonner ? No future ?

D’après les souhaits exprimés par la classe médias lors du dernier atelier d’écriture de l’année 2019…

 

Les filles, osez vous voir en scientifiques plus tard !

Les associations « Elles bougent » et « UPSTI » ont lancé la 7ème édition de la journée nationale « Les Sciences de l’Ingénieur au Féminin » dans 330 collèges et lycées partout en France – et même à l’étranger – ce jeudi 21 novembre. Une journée qui a pour objectif de nous sensibiliser, nous collégiennes et lycéennes, aux carrières scientifiques et technologiques au travers de témoignages d’ingénieures, techniciennes et élèves ingénieures.

@Les Sciences de l’Ingénieur au féminin

Cet après-midi, à partir de 14 h, toutes les filles des six classes de 4e que compte notre collège ont rendez-vous en salle d’étude pour faire connaissance avec huit femmes ingénieures et autres techniciennes scientifiques, dans le cadre de l’opération Elles bougent ! L’objectif de l’association est de faire découvrir les métiers passionnants d’ingénieures et techniciennes. Elles bougent, c’est 1570 collégiennes, 1670 lycéennes, 7130 étudiantes, 5450 marraines, 740 relais, 203 partenaires, 833 collèges et lycées… dont le collège de l’Isle !

Après une présentation générale des objectifs de cette après-midi découverte, nous allons être réparties en petits groupes de 8, 10 ou 12 élèves pour, à tour de rôle, rencontrer chacune de ces femmes venues nous parler de leur métier et de leurs domaines et secteurs d’activités professionnelles.

Pendant ce temps, les garçons, sont pris en charge par des professeur.e.s et autres intervenant.e.s formé.e.s à l’EVAS (Éducation à la Vie Affective et Sexuelle) et vont réfléchir à la « relation à l’autre »… Vaste programme pour eux aussi !

 

7 novembre 2019 : journée de lutte contre le harcèlement scolaire…

Une journée à thème de plus ou un vrai sujet de société ?

Une du bimensuel Okapi n° 1099 en date du 1er novembre 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une organisation officielle à découvrir ici.

7 novembre 2019 : il s’agit de la 5e édition de cette journée de sensibilisation à la lutte contre le harcèlement scolaire et aussi le cyberharcèlement, encore plus difficile à enrayer…

700 000 élèves concernés, environ 1 sur 10. Il y a en a forcément autour de nous. Nous-mêmes pouvons être concerné.e.s un jour ou l’autre, de près ou de loin… En direct dans notre établissement scolaire ou plus sournoisement en ligne, via les réseaux sociaux…

Une journée par an ne suffit pas ; c’est une attention et une lutte de chaque instant, à hauteur d’élèves et d’adultes.

Pour les 6e/5e, dans le cadre du Prix Alizé de l’agglomération viennoise, citons le roman de Cécile ALIX : Six contre un, qui montre le cauchemar subi par un élève et la manière avec laquelle il va tenter d’abandonner son rôle de victime pour se reconstruire…

Première de couverture de SIX CONTRE UN de Cécile ALIX
@Magnard Presto

Un roman à lire et faire découvrir pour les plus grands : Snap killer de Sylvie Allouche

Première de couverture de SNAP KILLER de Sylvie ALLOUCHE
@Editions SYROS

 

En notes de fin d’ouvrage, un NON AU HARCÈLEMENT qui présente le dispositif Sentinelles et Référents mentionné au cours du récit et dont la nièce de la commissaire DI LAZIO est partie prenante.

Une invitation à se bouger pour ne pas subir ou lâchement fermer les yeux…

 

Et vous, quelles sont vos propositions .?

Un anniversaire qui ne manque pas de crock… ant !

16 octobre 1989 – 16 octobre 2019 : 30 ans d’aventure radiophonique pour Crock radio qui perd officiellement son apostrophe à l’occasion de son anniversaire. Une soirée prétexte à l’inauguration des nouveaux locaux de la station, dont un superbe studio avec vue…

Un anniversaire qui sonne rock !

Depuis les radios pirates devenues radios libres au cours des années 1980, que de chemin parcouru sur les ondes de 89.5  FM.  Deux majuscules signifiant « Fréquence Modulée » qui donnent un côté « vintage » à cette radio associative viennoise désormais numérique.

Appartenant à la Fédération des Radios Associatives Musiques Actuelles Ferarock,  Crock radio fait la part belle aux musiques et labels indépendants. Financée par des subventions émanant du Ministère de la Culture, de la région Auvergne-Rhône-Alpes, du Conseil départemental de l’Isère et bien sûr de la ville de Vienne, elle ne diffuse aucune publicité. Pas de contraintes commerciales pour vivre et encore moins pour exister : l’indépendance et la liberté de ton priment. Tous les univers musicaux peuvent être abordés  (électro, jazz, hard rock ..) mais avec modération car c’est du rock qui coule dans les veines de cette petite radio qui a tout d’une grande !

Sous la houlette de Jean-Michel Lebreux, programmateur et animateur professionnel, et conformément aux statuts et objectifs définis par l’association, une dizaine de bénévoles propose régulièrement des émissions surtout musicales sur des créneaux réguliers. Des heures de programme enregistrées généralement en direct mais rediffusées à d’autres moments au cours de la semaine. Par exemple, l’émission Le local de l’étape captée le mardi entre 18 et 19 heures, peut être réécoutée le jeudi entre 8 et 9 heures ainsi que le vendredi à 15 heures.

Avec une couverture de 40 à 50 kilomètres à la ronde, selon l’exposition et la qualité de réception, Crock radio est un des principaux vecteurs d’informations locales et régionales. Elle promeut les artistes et les scènes du territoire, en rendant compte de la diversité et de la richesse du spectacle vivant et du patrimoine culturel.

Présidents successifs à la tête de Crock radio

Bien installée dans les locaux de l’ancienne Auberge de jeunesse et de l’actuelle Maison des Jeunes et de la Culture, avec ses partenaires culturels, Crock radio est repartie pour 30 ans au moins…!

Land Art et la manière de vivre une journée de cohésion en 6e

Pour la première année, toutes les classes de 6e de notre collège ont vécu une journée de cohésion à l’extérieur de l’établissement, au centre de loisirs de Gémens (commune d’Estrablin). En deux temps, le mardi 17 septembre pour les classes de 6e 2 et 6e 3 et le jeudi 19 septembre pour les classes de 6e 1, 6e 4, 6e 5 et 6e 6, les élèves ont bénéficié de nombreuses activités sous un ciel estival et dans une ambiance détendue.

Pour mieux se connaître et éviter d’éventuels conflits futurs, chaque classe, autour de son professeur principal, a enchaîné plusieurs ateliers au cours de la journée. Un moyen de travailler autrement, en profitant d’un grand parc, propice aux animations et jeux d’extérieur.

Focus sur une activité particulièrement appréciée et réussie : le land art, animée pour les six classes par Madame NOVE, professeure d’Arts plastiques rattachée au collège.

Le land art : une activité à laquelle on met du coeur !
@ASNove

Détail d’une girafe réalisée selon la technique du Land Art…
@ASNove

La créativité brille de tous ses rayons…
@ASNove

Quoi, ma g. ? Qu’est-ce qu’elle a ma g. ?
@ASNove