Pause mosaïques aux JGR de Saint Romain-en-Gal

Pour la troisième année consécutive, l’atelier mathématiques de Monsieur TROUDET installe son stand au Musée de Saint Romain-en-Gal, lors de la première des Journées Gallo-Romaines, en ce début du mois de juin 2019…

Trois mosaïques réalisées par des élèves de l’atelier au cours de l’année scolaire…
@xmrgraph

Neuf élèves de l’atelier vous présenteront leur travail de tracés géométriques puis de réalisation de mosaïques à partir de véritables oeuvres romaines, viennoises ou colombines. Ils vous attendent dès 10 h, ce samedi 1er juin, et vous espèrent nombreux.ses… en ce viaduc de l’Ascension !

Pour tout renseignement, suivez les ennemis de Rome… à la Thrace !

Cette année, vivez notre reportage en direct sur Twitter et Instagram : @pressquisle

Un travail… de Romains !

Pour se mettre dans l’ambiance des 17èmes journées gallo-romaines de VIENNA, quelques minutes en compagnie de Delphine Rey, médiatrice culturelle du musée archéologique de Saint Romain en Gal et de son directeur M’hammed Behel, interviewés par une journaliste de France 3 Auvergne Rhône-Alpes :

https://m.youtube.com/watch?v=zbY9zQxKdYM[/youtube]

« Veni, vidi, cogitavi ! » Un intitulé un peu mystérieux pour les non latinistes. Pourtant petits et grands ont osé s’approcher du stand animé par Marc Troudet et ses élèves de l’atelier mathématiques du collège de l’Isle de Vienne. Pour la deuxième année, le dessin géométrique et les mosaïques romaines faisaient l’objet d’activités proposées aux visiteurs du musée archéologique de Saint Romain en Gal lors des Journées gallo-romaines…

Intitulé de l’atelier inscrit au programme officiel des JGR 2018.

 » Je suis venu.e, j’ai vu et j’ai compris ! » Entre 10 h et 19 h, ce samedi 2 juin 2018, deux groupes d’élèves ont successivement accueilli matin et après-midi des intervenants ou des visiteurs pour leur montrer les travaux menés dans le cadre de l’atelier et les inviter à réaliser des dessins géométriques (pictor imaginarius) ou à déposer minutieusement des tesselles sur les oeuvres en cours (atelier tessellarius)… Des passants et curieux de tous âges,  vénérables sénateurs italiens ou enfants de maternelle ou primaire, chacun.e a pu s’essayer à l’art des mosaïstes… Un petit fonds documentaire spécialement consacré aux mosaïques antiques permettait de renseigner précisément les visiteurs les plus éclairés ou intéressés…

Tout est prêt sur le stand…

Plongée sur l’atelier…

@xmrgraph

L’équipe au grand complet ou presque… Il manque Romain… (Un comble ! )

Un bel espace à l’intérieur du musée pour mettre en valeur les mosaïques déjà réalisées par l’atelier mathématiques et celles en cours de création… Des échanges en langues étrangères et des démonstrations appréciées par de nombreux passant.e.s. Les jeunes artisans mosaïstes ont accompli un véritable travail… de Romains !

Tesselles sans marteline mais avec motricité très fine…

@xmrgraph

Maître mosaïste veillant sur ses troupes…

Veni, vidi, cogitavi… Dies – 1

Samedi 2 juin prochain, débutera la saison 2 de la série à succès : « l’atelier maths au musée » avec Monsieur Troudet dans le rôle principal et 18 élèves artisans mosaïstes en tant qu’animateurs experts et géomètres amateurs… Pas de figurant.e.s ! Qu’on se le dise !

Lors des journées gallo-romaines européennes ayant lieu au musée archéologique de Saint Romain en Gal le premier week-end de juin, l’atelier « Mathématiques et mosaïques » accueillera les visiteurs toute la journée de samedi, à l’intérieur du musée, près du bateau… pour présenter ses réalisations récentes -ou un peu plus anciennes- de mosaïques inspirées de décors romains géométriques… et proposer des ateliers.

Explications et essais seront proposés aux visiteurs, quel que soit leur âge et leur adresse manuelle… par des Romain.e. s en tuniques…  Elles ont été conçues d’après des tenues d’époque et cousues par deux jeunes grand-mères qui n’ont pas ménagé leur peine pour « habiller » cette joyeuse équipe de reconstituteurs / reconstitutrices…

Toute l’équipe d’artisans mosaïstes vous espère nombreux à venir lui rendre visite et à voyager ainsi dans le temps gallo-romain.

Vous pourrez consulter aussi quelques documents et répondre ainsi à un petit questionnaire de culture latine. À demain, à partir de 10 h !

La matrone du Cardo Decumanus Insulae…

Un site archéologique exceptionnel découvert à Sainte Colombe…

Cet été, une découverte archéologique exceptionnelle a eu lieu à Sainte Colombe, en face de Vienne, sur la rive droite du Rhône. Des fouilles préventives sont toujours réalisées avant la construction de nouveaux bâtiments dans notre région riche de son passé romain… mais ce qui a été découvert dans un état de conservation excellent est tout à fait extraordinaire, notamment concernant les mosaïques.

Des vestiges datant des 1er et 2ème siècles se superposent et permettent de reconstituer la vie quotidienne de Vienna hors les murs d’enceinte. Deux incendies ont figé les lieux, permettant leur interprétation plusieurs siècles plus tard. C’est ainsi que les archéologues pensent avoir enfin localisé le port de Vienna, non sur la rive gauche mais sur la rive droite…

Quelle émotion de marcher à notre tour sur les traces des Gallo-Romains, en empruntant les vestibules que les riches propriétaires de la maison dite des Bacchanales ou de Thalie et Pan utilisaient quotidiennement…

L’atelier de restauration des mosaïques de Saint Romain-en-Gal, commune limitrophe, va pouvoir rendre leur éclat à ces magnifiques vestiges qui ornaient le sol des pièces de ces riches demeures. Au collège de l’Isle, l’atelier mathématiques et mosaïques de Monsieur Troudet, trouve là matière à de nouvelles reproductions on ne peut plus locales ! Rendez-vous chaque lundi à 12 h 30… À vos règles et compas, avant les martelines et les tesselles…

Les médias du monde entier ont relayé l’événement, qualifiant même ce site de « mini-Pompéi » d’après France Info et bien d’autres !

Les journées du patrimoine, le week-end des 16 et 17 septembre, ont permis à un public très nombreux de découvrir ce site archéologique en cours de fouilles. Celles-ci doivent se terminer fin décembre 2017, pour laisser place aux travaux de construction d’un vaste ensemble immobilier. Cela suscite une polémique : face à une découverte aussi exceptionnelle, faut-il vraiment rendre le site aux promoteurs ou insister pour conserver une partie au titre de la conservation du patrimoine et de la mémoire commune ?

Veni, vidi, cogitavi…

Veni, vidi, cogitavi !

    

Descriptif du stand lors des journées gallo-romaines au Musée de Saint Romain-en-Gal

 

In situ…

L’atelier mathématiques (projet musée saint romain-atelier mathématique l’isle) a parfaitement négocié son retour dans le passé lors des journées gallo-romaines organisées les 10 et 11 juin 2017 au musée de Saint Romain-en-Gal. Maître Troudet, professeur et historien des mathématiques, et 15 élèves volontaires sur les 45 participant à l’atelier ont ainsi accueilli le public de curieux venus en famille pour passer un samedi sous le signe de la romanité.

Le groupe en pause prend la pose

Les mosaïques étaient au coeur du stand animé par le collège de l’Isle pour sa première participation en tant qu’intervenant officiel.

Réalisation de tracés géométriques, d’un tableau constitué de losanges de papier de trois couleurs ou assemblage minutieux de tesselles pour fabriquer de vraies mosaïques, tels étaient les ateliers proposés aux visiteurs recherchant un peu de fraîcheur à l’intérieur du musée tandis que les gladiateurs et autres reconstituteurs gaulois, daces ou romains exposaient leurs talents sous un soleil éblouissant.

Une journée pleine de rencontres et un défi bien relevé par ces élèves de 6e en majorité, très fiers de montrer leur savoir-faire en même temps que leur toge !

Dame Roulot-Ramet, mosaïste stagiaire, couvrait l’événement en gravant sur tablette (numérique) les temps forts de la journée et en encadrant ces artisans géomètres venus du 21e siècle.

Mosaïstes et géomètres à l’oeuvre

EPI les J.O. pour finir une année de 5e antique

Théâtre à l’odéon

Exposition de trophées olympiques au CDI – Arts plastiques

Ce mardi 6 juin toutes les classes de 5e se sont affrontées lors d’épreuves artistiques, intellectuelles et physiques pour célébrer les JEUX OLYMPIQUES dans le cadre de l’enseignement des Langues et Civilisations Anciennes. Cet Enseignement Pratique Interdisciplinaire a été l’occasion pour plusieurs matières de faire travailler ensemble les élèves des cinq classes de ce niveau.

Epreuve de lancer…

Lutte gréco-romaine version filles…

 

Au terme d’une journée riche en ateliers de toutes sortes. des arts plastiques au théâtre en passant par l’éducation musicale, le concours d’éloquence et les épreuves sportives, la proclamation des résultats a précédé le goûter mettant un terme à ce temps festif.

En attendant la proclamation des résultats au gymnase…

Le podium olympique a été le suivant :
sur la troisième marche, la classe de 5e 5 avec 90 points comptabilisés,
sur la seconde marche, la classe de 5e 4 avec 95 points
et enfin, sur la plus haute marche, la classe de 5e 1 avec 210 points !

Annonce du palmarès…

Une très nette victoire qui ne doit pas faire oublier que « l’essentiel était de participer » selon les propos de Pierre de Coubertin. La devise : « Citius, Altius, Fortius » a donc revêtu tout son sens pour les élèves comme pour les enseignants, tous mobilisés lors de cette journée particulière.

Les maîtres de cérémonie, enseignants de LCA

Madame SIMON et Monsieur RAMOND, à l’origine de ce projet , aidés de leurs collègues de lettres, d’EPS, d’Arts plastiques, d’éducation musicale et même de sciences expérimentales et technologiques, peuvent être satisfaits de l’organisation et de la réalisation de cet EPI. La palme leur revient… et sera remise en jeu, peut-être dans quatre ans… ou avant !

Et comme les sources antiques s’inscrivent dans notre réalité du XXIe siècle, le trophée récompense a même été conçu par une équipe féminine selon un logiciel de CAO et fabriqué par l’imprimante 3D du collège. Merci l’atelier technologie !

Photographies : M. RR

A la rencontre des mosaïques…

Notre sortie au musée s’est déroulée en deux temps. Pendant qu’un groupe visitait l’atelier de restauration des mosaïques en compagnie de Madame Berrera et de Monsieur Troudet, notre groupe (avec Madame Roulot Ramet et Madame Schueller) a été pris en charge par Delphine Rey, qui travaille au musée. Elle était déjà venue le présenter au collège. Voir l’article paru en janvier 2017.

Au musée autour d’une mosaïque romaine… ou ce qu’il en reste…
Photo : MP

Premièrement, elle nous a montré une maquette de Vienne au temps des Romains. Ensuite, elle nous a fait voir des maquettes de maisons romaines. Ces miniatures sont très précises et permettent de bien se rendre compte de l’organisation de la Vienne antique. C’est plus facile en 3D qu’à partir des seuls vestiges au sol !

Après, elle nous a montré toutes sortes de mosaïques : des petites, des grandes, des fragments… Sur les mosaïques, il y avait divers choses représentées comme des divinités, des sportifs, des saisons, des animaux… Et autour de ces personnages, il y avait des figures géométriques. C’était souvent des tresses, mais il y avait bien d’autres jolis motifs. Ceux-là même à partir desquels nous travaillons à l’atelier mathématiques !

Pour la fin de la visite, Delphine Rey nous a montré une mosaïque, qui était dans une salle à manger. Son fond était vert, et au milieu il y avait un homme qui tenait une hache. Cet homme essayait de se débarrasser de vignes, qui voulaient le tuer. La particularité de cette mosaïque, c’est qu’il n’y a pas de motif géométrique en périphérie. En effet, cette mosaïque représente une scène mythologique :

Les mosaïques, côté coulisses…

Quand nous sommes arrivés en tout début d’après-midi,  Stéphane FAGE nous a pris en charge pour nous faire visiter les coulisses du musée. En effet, il nous a conduits dans l’atelier de restauration des mosaïques. Peu de personnes ont le privilège d’y accéder sauf pour les Journées du patrimoine…

La mission de cet atelier et des gens qui y travaillent :  rénover les mosaïques pour d’autres musées et/:ou sites archéologiques et former les personnes qui à leur tour restaureront des mosaïques à l’étranger. L’atelier de Saint Romain-en-Gal est le seul en France à réaliser cela.

Pour restaurer des mosaïques (revêtement sur le sol), plusieurs étapes sont nécessaires pour les équipes :

  • prendre des photographies et relever les dimensions exactes de l’ensemble
  • coller un filet textile à la surface pour maintenir la cohésion de la structure et protéger les mosaïques
  • creuser sous les mosaïques de manière à les extraire de la dalle sur laquelle elles sont fixées
  • découper en parcelles les parties de l’ensemble pour permettre leur transport en camion jusqu’à l’atelier…
  • coller les mosaîques sur une nouvelle base en nid d’abeille, plus légère et plus résistante
  • travailler à partir des documents collectés (photographies anciennes, croquis, relevés archéologiques anciens…) pour un rendu au plus près de la réalité

Leur restauration peut alors commencer, tesselles après tesselles, une fois le textile de protection soigneusement retiré, pour rendre aux mosaïques leur aspect d’antan. En revanche, les parties détruites au cours des siècles ne sont pas remplacées. Il s’agit de restaurer à partir de l’existant, pas de réinventer ce qui n’existe plus. C’est cela l’archéologie du 21e siècle !

J’ai adoré la découverte de cet endroit interdit au public. J’ai eu l’impression de vivre un moment exceptionnel. Différentes mosaïques étaient en cours de restauration et d’autres, terminées depuis de nombreux mois ou années, étaient stockées verticalement dans un espace spécial, en attendant de rejoindre les collections d’un autre musée ou d’être placées à nouveau sur le sol d’un site dédié.

VINALIA comme si vous y étiez…

Le pressoir

Après le foulage aux pieds, le pressoir…

Les Vinalia 2016, fête du vin et de la cuisine antiques n’auront bientôt plus de secrets pour vous grâce à The Minecrafter… Notre reporter a joué les infiltrés pour vous faire découvrir cet événement très attendu, au moment des vendanges, au Musée archéologique de Saint Romain-en-Gal.

A l’est(e) de Rome

L'entrée

L’entrée

Mardi après-midi, nous avons visité la Villa d’Este à Tivoli (est de Rome), visite rafraîchissante sous un soleil de plomb! Moi qui adore l’eau, j’étais émerveillée: l’écoulement de l’eau faisait penser à une musique. Je revois les photos, et hop! je suis transportée de nouveau là-bas !!!  Il y avait des poissons dans les bassins; la plus +_belle_fontaine

belle des fontaines (pour moi !) était en fait un « trompe-l’œil » : il y avait une fontaine sur un un premier balcon…

le haut de la fontaine

La fontaine du premier balcon

…et, dessous, la deuxième fontaine, liée à la terrasse, était remplie de pièces !bassins

Une sorte de terrasse dégageait la vue de Tivoli et même plus ! La Villa d’Este, c’est tout d’abord une immense demeure de la Renaissance, avec des pièces gigantesques recouvertes de fresques époustouflantes -même le sol était beau !-sol

La peinture est dans une pièce ouverte par un petite fenêtre en bois

La peinture est dans une pièce ouverte par une petite fenêtre en bois

Une terrasse, d’où l’on peut voir entièrement l’immense jardin, principalement des fontaines et des bassins (si vous ne l’avez pas encore compris…), nous permettait de prendre des photos superbes, c’était vraiment un spectacle à couper le souffle (et ce n’est pas exagéré !);

fontaine_casquettes

Bref, des souvenirs inoubliables de la splendide Villa d’Este !!!

fontaine_interieure

Le plafond de la villa

Le plafond de la villa

chateau_villastatue_villa