Bubulle chante la Marseillaise !

Après deux semaines de sondage pour renommer « Bubulle », il est temps de dévoiler son nouveau patronyme. Merci à tou.te.s les participant.e.s pour vos suggestions des plus farfelues aux plus originales.

Dorénavant notre mascotte s’appellera Rouget de l’Isle
C’est le nom proposé par Madame Brignone qui l’emporte pour son à-propos sans égal !

Parmi les suggestions ayant eu beaucoup de succès, notons :
Aquarelle et Junior avec 5 voix
et Milo avec 3 voix

Avec beaucoup d’humour, Madame FAKIH aurait préféré qu’il se nommât Croustibat

Toutefois, il n’y a pas de quoi relancer une Révolution pour ça !

Sinon le vrai Claude Joseph Rouget de Lisle, auteur de l’hymne révolutionnaire devenu La Marseillaise, s’invite ainsi dans notre webzine pour la plus grande joie des élèves de 4e et de leurs enseignants d’Histoire et d’Éducation musicale ! 

Vive le Land Art !

Mardi 15 et jeudi 17 septembre, c’étaient les journées de cohésion au parc de Gémens pour les classes de 6e. D’abord pour trois d’entre elles le premier jour : 6e 1, 6e 2 et 6e 5 puis au tour des 6e 3, 6e 4 et 6e 6 le deuxième. Parmi les ateliers proposés à chaque groupe classe, l’activité LAND ART a été bien appréciée et a permis de mettre en valeur la créativité de certains élèves. Ci-après le témoignage de Lucas, apprenti-journaliste !

Une fleur façon mandala…

« Le Land Art permet aux enfants d’exprimer leur créativité. Des nids dans les arbres, un cœur avec des feuilles, [réalisés grâce à] des fleurs, des pommes de pain, du foin, des marrons et des coquilles d’escargot… C’est tout ce dont les élèves ont besoin. »

Une mascotte nommée Bubulle !

Quoi de plus original comme cadeau pour fêter le retour d’une enseignante de SVT que de lui offrir un poisson rouge ? ! Présent clin d’œil ou moquerie déguisée, nul ne le sait mais aussitôt arrivé et installé dans son aquarium de luxe -gentiment prêté par le concierge- Bubulle parade désormais à la médiathèque scolaire !

La rentrée au collège : comme un poisson dans l’eau !

Vous trouvez son prénom trop banal, vous avez raison. C’est pourquoi nous vous proposons le défi de lui en trouver un plus original… La gagnante ou le gagnant deviendra sa marraine ou son parrain et obtiendra le privilège de sa garde pendant les congés !

Suggestions bienvenues à déposer dans la boîte prévue à cet effet lors des récréations. Un bulletin à votre nom vous sera proposé…

Alors ne tournez pas en rond dans votre bocal !

Land Art et la manière de vivre une journée de cohésion en 6e

Pour la première année, toutes les classes de 6e de notre collège ont vécu une journée de cohésion à l’extérieur de l’établissement, au centre de loisirs de Gémens (commune d’Estrablin). En deux temps, le mardi 17 septembre pour les classes de 6e 2 et 6e 3 et le jeudi 19 septembre pour les classes de 6e 1, 6e 4, 6e 5 et 6e 6, les élèves ont bénéficié de nombreuses activités sous un ciel estival et dans une ambiance détendue.

Pour mieux se connaître et éviter d’éventuels conflits futurs, chaque classe, autour de son professeur principal, a enchaîné plusieurs ateliers au cours de la journée. Un moyen de travailler autrement, en profitant d’un grand parc, propice aux animations et jeux d’extérieur.

Focus sur une activité particulièrement appréciée et réussie : le land art, animée pour les six classes par Madame NOVE, professeure d’Arts plastiques rattachée au collège.

Le land art : une activité à laquelle on met du coeur !
@ASNove

Détail d’une girafe réalisée selon la technique du Land Art…
@ASNove

La créativité brille de tous ses rayons…
@ASNove

Quoi, ma g. ? Qu’est-ce qu’elle a ma g. ?
@ASNove

La voix sur la voie

C’est reparti pour une nouvelle année scolaire, avec de nombreux projets en préparation et le retour d’une classe médias en 4e 4 ! La VOIX sera à l’honneur, sous toutes ses formes et tonalités, pour s’exprimer et porter haut et loin textes littéraires et idées contraires !

Studio avec vue… sur le micro !
Crédits photographiques : @MagRR

La mise en voix va être l’axe principal du projet artistique et médiatique pour toute l’année scolaire.

QUI : Toutes les classes de 4e du collège, avec la 4e 4 comme guide

QUOI  : une résidence d’artiste avec le comédien Steeve BRUNET

COMMENT : Trois semaines (non consécutives) de présence au collège pour réaliser des travaux autour de la mise en voix de textes et la réalisation d’émissions de radio

OÙ : au collège et dans les locaux de C’rock radio, notre partenaire culturel autre que le Théâtre de Vienne

QUAND : une séance hebdomadaire pour la classe de 4e 4, chaque jeudi entre 11h et 12h, avant le club médias ouvert à tous les volontaires… pour accompagner le projet entre chaque venue au collège du comédien

POUR QUOI : pour permettre aux élèves de tout le niveau de 4e de réfléchir au pouvoir des mots et à la force des idées et des voix, pour comprendre et s’approprier le monde de l’information et de la littérature, pour devenir des ambassadeurs et ambassadrices du Verbe, bref pour oser clamer ses émotions au monde entier !

Les artisans du projet :

Le Théâtre de Vienne, pour la résidence d’artiste de Steeve BRUNET

C’rock radio et la MJC de Vienne, grâce à Benjamin LOMBARDO, pour le conseil et l’apport technique

Le Conseil départemental de l’Isère pour le financement du projet via le PICC

Madame OVIZE, professeure de français pour la conception et la conduite du projet

Madame RAMET ROULOT, professeure documentaliste, pour l’initiative, la co-conception et la coordination du projet

Enfin tous les élèves et personnels de l’établissement qui vont s’investir et s’approprier le projet, s’ils en VOIX (voient) l’intérêt !

 

 

 

 

 

The place to be !

Depuis peu (mars 2019) vous pouvez nous suivre sur Instagram en recherchant @pressquisle sur ce réseau social. Nous y publierons régulièrement des photos en lien avec les sorties pédagogiques, les événements et autres nouveautés… ! Dans la ligne de mire de notre objectif, un bref historique et quelques statistiques d’

Logo officiel du réseau social

Élue « l’application de l’année 2011» par Apple, Instagram s’impose peu à peu comme le réseau social dans le domaine de la photographie sur téléphone mobile.

Sur Facebook les photos provenant d’Instagram envahissent les actualités et l’application ne cesse de faire parler d’elle dans les mois qui suivent sa création…

Mais Instagram, c’est quoi au juste ?

Instagram c’est une application pour photo, disponible tout d’abord pour les Iphone, puis ensuite pour tous les smartphones Androïd, qui permet d’appliquer des filtres et cadres à de simples photos et les rend ainsi moins ordinaires. Mais plus encore, l’application permet de partager la photo retouchée en un seul clic sur les réseaux sociaux tel que Facebook.

Crée en mars 2010 par Kevin Systrom et Mike Krieger, Instagram a ses débuts s’appelait Burbn. À l’époque, ils débutent avec une équipe de 9 collaborateurs et un financement de 500 000 dollars. 7 mois plus tard, au lancement de l’application, en novembre 2010, leur équipe s’agrandit. Une semaine après le lancement, l’application compte déjà 200 000 utilisateurs ; en décembre 2010, ils sont 1 million de mobinautes (internautes sur smartphones et/ou tablettes) à utiliser Instagram.

En  février 2011, l’entreprise récolte 7 millions de dollars lors d’une levée de fonds et enregistre 150 000 000 photos téléchargées en août 2011. L’année 2012 est marquée par le rachat de l’entreprise par Facebook pour la somme d’un milliard de dollars, alors que l’entreprise ne produit pas encore de bénéfices…

Une bonne affaire puisque cette application encore inconnue de tous en 2010, compte aujourd’hui plus d’un milliard d’utilisateurs, d’après LEPTIDIGITAL, entreprise de veille en webmarketing et en réseaux sociaux…

Les principaux chiffres d’Instagram en 2019 :

  • Nombre d’utilisateurs actifs mensuels en 2019 : plus d’un milliard par mois dans le monde
  • Nombre d’utilisateurs actifs mensuels en France en 2019 : 17 millions
  • 68% des utilisateurs (680 millions) sont des femmes contre 32% d’hommes (320 millions)
  • 25 millions d’entreprises utilisent Instagram à des fins professionnelles dans le monde
  • Plus de 50 milliards de photos ont été partagées depuis la création d’Instagram
  • 32% des utilisateurs d’Internet, soit 1 internaute sur 3, sont sur Instagram
  • 72% des ados sont sur Instagram
  • 100 millions de photos et vidéos sont partagées sur Instagram chaque jour

Bref, Press’qu’Isle se devait d’être sur Insta !

Quand le festival arrive en ville…

Pour sa 25e édition, le festival du cinéma du collège de l’Isle, à destination des classes de 3e de l’établissement, a proposé le thème de LA VILLE. Quatre films, deux jours de projections au cinéma Les Amphis de Vienne pour onze groupes… Trente-trois débats ainsi qu’une rencontre avec un écrivain invité pour la séance de clôture suivis d’un quiz et d’un goûter final… Au-delà des nombres et des images, un défi pédagogique et organisationnel, et aussi une aventure humaine intergénérationnelle…

Les jeudi 6 et vendredi 7 décembre, le festival du cinéma du collège de l’Isle a permis à quelques 130 élèves d’assister au visionnage de quatre films en version originale :

  1. Médianéras : ou murs mitoyens… Un film argentin de Gustavo Taretto sorti en 2011, sur le sentiment de solitude et les névroses au sein d’une mégalopole qui tourne le dos au fleuve et grandit sans aucune harmonie architecturale. Une œuvre très photographique…
  2. La haine : un film dramatique français en noir et blanc écrit et réalisé par Mathieu Kassovitz, sorti en 1995. Une œuvre « coup de poing » montrant la césure entre le centre ville de Paris et la vie en banlieue. Deux visions de la ville qui s’affrontent, une capitale policée et une cité « policière »… Un film violent, devenu culte.
  3. Le fabuleux destin d’Amélie Poulain : un film français de Jean-Pierre Jeunet, sorti en 2001, où la ville de Paris et certains de ses quartiers et monuments emblématiques servent à nourrir l’imagination d’une jeune femme particulière… La ville Lumière est plongée dans une ambiance onirique. Un film inclassable.
  4. Le gone du Chaâba : un film franco-algérien sorti en 1998, inspiré du roman autobiographique éponyme d’Azouz Begag. On y voit le jeune Omar (Azouz en réalité) évoluer dans un bidonville de Villeurbanne (Rhône) dans lequel il habite depuis sa naissance à Lyon en 1957. Ce « village en marge » sans aucun confort, accueille, outre ses parents et frères et sœurs, plusieurs autres familles… toutes originaires de la région de Sétif en Algérie. Un film sur l’arrivée en France des émigrés maghrébins de la première génération, venus construire les barres d’immeubles dans lesquels ils vont habiter à partir du milieu des années 1960…

Azouz Begag devant les classes de 3e.

C’est bien évidemment pour ce quatrième film qu’Azouz Begag a été invité. À l’ issue de la projection, il a ainsi pu échanger avec les élèves en leur confirmant que le film était à 90 % fidèle à ce qu’il avait vécu. Il a rendu hommage à son père, décédé il y a une dizaine d’années,  modeste ouvrier analphabète mais convaincu que seul le travail scolaire et la lecture pourraient permettre à ses enfants de s’intégrer valablement. La suite lui aura donné raison : le petit Azouz et sa fratrie ont tous poursuivi des études et réussi à s’insérer dans la vie professionnelle à des postes importants. Azouz Begag, outre son statut de chercheur en économie et sociologie urbaine au CNRS, a même été ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances sous le gouvernement de Villepin de 2005 à 2007. Un véritable ascenseur social s’il en est !

La presse locale (Le Dauphiné Libéré) s’est faite l’écho de cette rencontre et de la 25e édition du Festival du cinéma, dans son édition de Vienne / Roussillon, du samedi 8 décembre 2018. Merci à Alexandre Mazel pour son article que vous pouvez découvrir ici.

Une demi-heure de questions/réponses passée trop vite malheureusement mais qui aura permis de mieux saisir la portée du témoignage du « gone du Chaâba » devenu personnalité médiatique et orateur plein d’humour ! Le jeune public comme les enseignants  -actuels et retraités- présents ont apprécié ce temps d’échange et de transmission… qui s’est déroulé dans un climat fort urbain… Une conclusion de circonstance pour un festival consacré à la ville !

Succès

En ce jeudi 18 octobre 2018, nous avons le plaisir de savourer deux succès :

  • le premier, inattendu en ce mois d’octobre, c’est le fait d’avoir dépassé les 100 000 visiteurs sur ce weblog, alors que c’était notre objectif de toute l’année scolaire 2018-2019 !

INCROYABLE !

  • le second, en la personne de Speedraw, notre nouveau dessinateur, qui vient de remporter le premier concours mensuel de dessins organisé par le Foyer socio-éducatif du collège de l’Isle.

Drôle de vie… Doodle de ville…
par Speedraw, notre nouveau dessinateur

Quoi de mieux pour profiter des congés de Toussaint avec l’agréable sensation d’un travail bien fait ? Ne vous inquiétez pas, ami.e.s lecteurs.trices, nous ne prenons pas la courge (d’Halloween !) pour autant !

 

Cette année les 6e sont au… 6ème ciel !

La rentrée 2018-2019 a eu lieu le 3 septembre pour les classes de 6e.  Quel changement que l’arrivée au collège pour les « grands » CM2 ! Découvrez le témoignage d’un « petit » 6e qui prend ses marques progressivement… Nouvel établissement, nouvelles matières, nombreux enseignants et… beaucoup de questions !

Un mois après la rentrée, nous voulions connaitre l’avis des 6e sur ce début d’année scolaire 2018-2019. Rencontre avec un jeune padawan de fin de cycle 3…

Press’qu’Isle : « Quelle est la différence majeure entre le CM2 et la 6ème ?

Adam : – En primaire nous avions moins de liberté et c’est cela qui nous plaît.

P. – Le changement d’établissement est-il compliqué ? Et le fait de changer de cours et de lieux au fil de la journée ?

A. – Les premiers jours permettent de s’habituer, après cela devient le quotidien !

P. – As-tu réussi à te faire de nouveaux amis ?

A. – Non pas encore vraiment mais de très bonnes connaissances, oui.

P. – As-tu des conseils à partager aux actuels élèves de CM2 pour qu’ils se préparent une bonne (future) rentrée ? »

A. – Il n’y a pas de recette, il faut faire comme on le sent !

P. – Est-ce difficile de passer de la vie d’écolier à celle de collégien ?

A. – Non, même si ce n’est pas la même chose… Le plus difficile est de se faire confiance et d’accepter de « grandir » un peu. »

Petit 6e deviendra grand… par @Hans Orsell

D’après le témoignage de ce garçon, le collège est un endroit incroyable où l’on passe du 7ème… au 6ème ciel en un été seulement !

Propos recueillis par Axio