Frères de sang avec Jean-Yves LOUDE ?

Après quelques minutes de présentation et grâce aux nombreux « trésors » cachés dans son immense malle de voyage, notre invité nous a dévoilé tous ses « secrets » concernant les nombreux pays découverts en près de cinquante ans…

Embarquement immédiat

A 18 ans, il rêvait de partir en Inde. Ses parents n’étant pas d’accord pour l’aider, il a dû travailler durant deux ans à laver les vitres et les voitures pour financer seul son billet d’avion (aller simple) pour DELHI. Une fois sur place, avec un copain, il a aussitôt attrapé un virus… Celui des voyages !

Le TAJ MAHAL a été pour lui un déclic, une révélation. Il a eu envie de revenir dans ce pays et de partager toutes ses expériences et il a découvert l’importance de communiquer vraiment avec les habitants des régions visitées. L’apprentissage des langues locales est devenu sa priorité et lui a permis d’approcher au plus près les populations, loin des circuits touristiques.

Un livre a décidé de son orientation personnelle et professionnelle  : l’Homme qui voulut être roi de Rudyard KIPLING. Il y était question d’un peuple de l’HIMALAYA alors inconnu de tous : les KALASH.

Lors d’un autre voyage, avec Viviane LIEVRE sa compagne, il a réussi à rencontrer pour la première fois cette civilisation tellement éloignée. Au cours de plusieurs séjours fractionnés, ils ont passé deux étés, deux automnes, deux hivers et deux printemps parmi cette communauté païenne, essayant de survivre dans une région en guerre depuis plusieurs dizaines d’années. Voyageant en couple, et revenant plusieurs fois dans le même village, ils ont ainsi pu apprendre la langue, connaître et participer à toutes les fêtes et coutumes et obtenir leur doctorat d’ethnologie. Un voyage, un livre.

Chez les KALASH, une coutume pour devenir frères de sang consiste à tuer un mouton, en prélever les reins, à les faire griller et à se les partager…

Plus récemment, Jean-Yves LOUDE est retourné à Haïti pour témoigner d’un projet permettant aux habitants d’une cité très pauvre -« Cité Soleil »- de Port-au-Prince, la capitale, de survivre en recyclant ses fatras, c’est-à-dire les déchets produits par tous les habitants de l’ile, consommateurs riches de la colline comme les plus pauvres de la côte…

Dialogue et choc des cultures…

Jean-Yves LOUDE dénonce les grandes entreprises internationales qui produisent beaucoup d’emballages sans se soucier de leur traitement ou de leur élimination…

Un film documentaire de 26 minutes a d’ailleurs été réalisé au sujet de cette expérience : les Princes des fatras. Il illustre la vie à Cité Soleil, notamment au travers du centre pédagogique par le football qui permet à quelques 2 000 jeunes, filles et garçons, de recevoir un enseignement théorique et sportif, et de profiter au moins une fois par jour d’un repas chaud.

Concernant les déchets, on y voit des jeunes hommes fabriquer des verres à partir d’anciennes bouteilles, des briquettes de chauffage à partir de cartons et papiers recyclés, des coiffes et des paniers à partir d’emballages divers et des objets décoratifs à base de canettes martelées…

Plus qu’une rencontre avec un écrivain, c’est un voyage au coeur de l’Humain qui a été proposé aux élèves de 4ème 2 ce vendredi 17 mars.

L’équipe des journalistes de 4ème 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *