Le confinement, oui, les violences, non !

Les jours passent ainsi que les semaines. Même les vacances ne ressemblent en rien à ce que nous attendions, avant, des weekends, des jours fériés et des congés… Certaines et certains se sont un peu habitué.e.s tandis que d’autres « pètent les plombs »… Que faire si vous êtes témoins ou victimes de violences ?

Il faut connaître le numéro à appeler : le 119 (appel gratuit 7 jours sur 7 et 24 h sur 24) si c’est un enfant ou un jeune concerné ou bien le 3919 (appel gratuit également)  si c’est une femme (ou un homme)  en danger vis-à-vis de son.sa conjoint.e …

Document officiel à consulter ici…

Enfin, pour toute situation de danger grave et immédiat, il ne faut pas appeler le 119, mais les services de première urgence : la police, la gendarmerie (17 ou 112), les pompiers (18 ou 112), le Samu (15)

À connaître également le 114 (n° d’urgence pour violences conjugales et intrafamiliales – par sms) quand on ne peut pas parler librement…

Confiné.e ne doit pas signifier isolé.e et encore moins enfant ou adolescent.e en danger ou témoin d’actes violents sur l’un de ses parents !

Remarque : si tes parents t’ont proposé pour le soutien cette deuxième semaine des vacances de printemps, ou si tes frères et sœurs t’agacent au plus haut point , ou s’il n’y a plus de pâte à tartiner, ce n’est pas un motif valable pour appeler le 119 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *