L’état islamique revendique encore 2 attentats en moins de 2 semaines

19 décembre 2016. Berlin subit une nouvelle attaque terroriste.

La scène s’est déroulée presque comme dans les attentats de Nice : un camion a foncé sur la foule. Cette fois il n’était pas sur une promenade mais sur une place : Breitscheidplatz à Berlin en Allemagne.

Très vite le nom d’un premier suspect a circulé, âge de 23 ans et de nationalité pakistanaise. Fausse piste. Un second suspect a été à son tour identifié, lui aussi âgé de 23 ans mais de nationalité tunisienne. Il a été reconnu comme le terroriste islamiste ayant causé la mort de 12 personnes et occasionné 49 blessés. En fuite à travers plusieurs pays d’Europe, il a finalement été abattu à Milan, après avoir transité par la France et une gare lyonnaise, pour se rendre en Italie.

01 janvier 2017. Istanbul renoue avec le terrorisme.

Pas d’attentat au moment des fêtes de Noël, au grand soulagement de beaucoup de gens. Hélas, une trêve de courte durée puisque dans la nuit de la Saint Sylvestre une fusillade a eu lieu dans les toutes premières heures du 1er janvier 2017, en Turquie,  à Istanbul. Ce nouvel assaut a eu pour scène une célèbre boîte de nuit, Reina, où sont à déplorer 39 personnes tuées et 70 autres blessées, majoritairement des étrangers. Le lieu était pourtant surveillé par un militaire en faction à l’extérieur. Il a été la première victime du terroriste. Un agent de sécurité de la discothèque confie aussi : « Je n’ai rien pu faire. Il est entré, il a tiré puis il s’est enfui… »

Un survivant, blessé par le terroriste présumé, a témoigné que ce dernier  avait utilisé une arme automatique. Les caméras de vidéo surveillance ont montré que l’individu était déguisé en Père Noël blanc. Depuis, 17 000 policiers ont été déployés dans Istanbul et des hommes -ses complices…- ont été interpelés et mis en garde à vue. A ce jour, cet ennemi public en Turquie, n’a toujours pas été arrêté. Comme pour Berlin, de nombreux noms et nationalités de suspects ont circulé, sans preuve réelle ni sérieuse…

Les journaux en ligne et les sites d’information (par exemple RFI et LCI mentionnés plus haut dans notre article), ainsi que les  réseaux sociaux se font l’écho du choc provoqué par ces deux attentats avec notamment :

#PrayForBerlin

#PrayForIstanbul

mais les années se suivent et le risque terroriste demeure.

Un peu plombant pour des voeux de Nouvel An. :-(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *