Les bleus de l’âme

 

C’est pour te retrouver que je suis parti,

Un matin de mer agitée,

Vers ce paradis tant chéri,

Où tu vis pour l’éternité.

 

Je braverai sans peur les pirates avides,

Les tempêtes hostiles et les monstres putrides,

Pour te rejoindre toi que j’aime tant,

Je ne suis plus vivre loin de toi plus longtemps.

 

Et c’est là, dans l’infini bleu où tout se soigne,

Que mes pensées s’éloignent et te rejoignent,

Tel un prisonnier vers un chant de liberté.

 

Tu es venue à moi le jour où je suis né,

Et tes yeux ne reflétait que sincère amour,

Des yeux d’un bleu puissant que j’aimerai toujours.

Bisantz Lucas