Patrick Laupin remporte Le Prix Kowalski 2015 pour Le Dernier Avenir

Voici un mot de Thierry Renard, poète et directeur de l’Espace Pandora, écrit à l’issue de l’annonce du Prix.

« Lumières de décembre, clarté de passage. J’ouvre et je referme le livre de nos vies minuscules et simples. Patrick Laupin est le lauréat du Prix Kowalski 2015, pour son ouvrage hors genre et hors catégorie, Le Dernier Avenir. C’est beau comme le bleu de la pensée quand elle reprend ses droits et retrouve ses marques. Un rien d’agitation calme au milieu des bruits du dehors. La poésie est notre dernière issue. Je ne dis pas ça pour faire bien, je dis ça par conviction, voire, mieux, intuition. Le long solo de Patrcik Laupin donne à manger aux oiseaux sur le rebord de la fenêtre. C’est un poème à la fois linéaire et en fragments, une ode pure dans un monde où les barbares règnent, ceux de la finance, ceux de la cruauté, ceux de nos rêves troués. J’essaie de voir clair à l’horizon, de ne pas trop stresser. J’essaie de rester zen, en toute occasion. Le Dernier Avenir, c’est terrible, a déjà commencé. Et je ne peux pas croire que nous en resterons là – ou las (c’est pareil). Besoin d’un grand souffle d’air, de toute la puissance, même en sursis, d’exister. Les mots, les choses, les humains, les animaux, les rivières et les arbres, les montagnes et la mer, tout ici et maintenant me traverse. Ne perdons pas une miette d’innocence. Ne perdons pas une capsule de bonheur. Pas un regard, non plus, sans but et sans grande portée. Profitons de l’instant même, et de ses actes ordinaires, et de ses habitudes imprévues. J’ai des amis en ce monde, je voudrais encore pouvoir les saluer. En toute virile amitié. En toute innocence et en toute carté. »

Thierry Renard 16 décembre 2015

couv laupin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *