Une course pour le Bangladesh

15 01 2013

Objectif de la course

La course consiste à faire un don au Bangladesh afin de  nourrir les enfants et les adultes qui meurent de faim. Les organisateurs de la course en France sont l’ACF (action contre la faim). Au collège, c’est M.Besnier, professeur d’histoire,  le principal organisateur  qui est secondé par M.Pineau et Mme Martin .

Les dates

La course a lieu en France le 17 mai. Cependant elle se déroulera pour le collège Fernand Puech le 22 mai 2013.

Le déroulement de la course

Les participants sont tous les élèves du collège et la plupart des professeurs. Cela se passera au stade Coubertin (l’ancien hippodrome). Le départ du collège se fait à 13h45 et le retour à 16h30. Chaque élève doit avoir au minimum un parrain qui s’engage à verser une somme fixe par tour de piste accompli.

La course et le programme scolaire

La faim dans le monde figurant au programme d’histoire-géographie, des intervenants extérieurs viendront au collège pour évoquer cette question. La course répond également aux objectifs du programme d’EPS.

La course et éco-collège

La course contre la faim s’inscrit dans le projet éco-collège puisque nous travaillons cette année sur le thème des solidarités.

Thomas Ladonne et Etienne Bruneau 6ème C




une station d’epuration 100% biologique

10 01 2013

Pas de béton, pas de bassin, pas d’odeur… La station d’épuration de Saint Germain le Fouilloux a la particularité de s’intégrer dans le paysage puisqu’elle fonctionne grâce à des massifs de roseaux. L’ancienne station d’épuration devait être transformée. Deux solutions se présentaient alors au maire de la commune Marcel Blanchet :

  • – soit se raccorder au circuit de traitement de l’eau de Laval,
  • – soit faire le choix de la station d’épuration par roseaux.

Le résultat,  une belle économie pour la commune  : ce projet est évalué a 470 000 € alors que construire une station d’épuration classique aurait couté plus d’un 1 000 000 €. Des massifs de roseaux ont été plantés pour filtrer l’eau naturellement par l’utilisation des bactéries du sol ; ils sont particulièrement « adaptés aux rejets des petites et moyennes station d’épuration »…

Les effluents circulent à travers différentes couches de gravier et de sable ce qui permet de retenir les matières en suspension a la surface du filtre. Pas d’entretien : les roseaux sont fauchés chaque année.

Cette variété de roseau (appelé le miscanthus) produit de la biomasse (matières d’origine végétale ou animale dont la combustion produit de l’énergie renouvelable) et une chaudière alimentée par cette plante sert aussi à chauffer une salle de loisirs…

Ce qui a incité la commune à installer cette chaudière se sont les chiffres… eh oui les chiffres ont parlé car brûler 1 hectare  de ces roseaux ferait économiser à la commune 7000 litres de fioul (le prix du fioul étant de 1.50/l). Cela leur a fait économiser 10500 €.

« ce projet global permet de faire des économies en réduisant l’empreinte énergétique de la commune et de contribuer de manière exemplaire au développement durable » souligne Marcel blanchet.

Les images proviennent du site de la société NovaBiom, « spécialiste en roseaux », qui a aménagé l’environnement de cette station.

Tom, 5e

Source : Ouest-France

 

 




La vie scolaire recycle aussi ?

3 12 2012

Nous avons interviewé M. Clayer (CPE du collège) et M. Paul Hélard (Assistant d’éducation). Nous vous présentons les questions / réponses qu’ils nous ont fournies :

1- Que faites vous des piles, des bouchons, des batteries récoltés ?

Ce n’est pas nous, ni la vie scolaire, qui s’occupent de les collecter, c’est Mme Deschamps qui les apporte dans une déchetterie particulière.

2- Qui s’occupe le plus du projet ?

Ce sont M. Pineau, Mme Deschamps et Mme Rey-Gibelin (l’ancienne principale) qui s’occupent le plus du projet.

3- Aimez-vous le projet éco-collège ?

Nous aimons tous les deux le projet, mais nous ne nous occupons pas beaucoup du projet.

4- Aimeriez-vous encadrez un club d’éco-collège ?

Ils faudrait qu’on ait plus de temps mais sinon on aimerait bien.

5- Est-ce que le projet marche bien ?

Il marche très bien, vu la force olfactive du compost, il a quand même attiré beaucoup de personnes.

6- Les élèves s’investissent-ils beaucoup ?

Certains, mais pas assez.

7- Participez-vous beaucoup au projet ?

Nous participons pas mal, mais nous aimerions en faire plus, une fois de plus manque de temps. Puisque nous ne pouvons pas participer énormément, nous essayons de faire attention à l’endroit où nous jetons nos déchets et d’autres choses comme ça.

 

Voilà le résultat de notre interview à la prochaine !

Thomas Ladonne 6e C et Etienne Bruneau 6e C.

 




Les projets avancent !

14 05 2012

Des nouvelles de la fresque : après avoir projeté la maquette sur le mur, les contours des dessins ont été réalisés sur le support ; la fresque prend donc des couleurs depuis deux semaines :

Les carrés  en bois sont arrivés fin avril : disposés au milieu de la cour, selon les plans prévus par Mme Nageleisen, notre conseillère botaniste et les avis des « éco-participants », ils n’attendent plus que la terre et les semis…





Ecosia, un moteur vert

5 01 2012

Christian Kroll, développeur informatique allemand,  a décidé, après un voyage d’études, de créer en 2007 un moteur de recherche militant. Depuis 2009, ce moteur porte le nom de ECOSIA.
C’est un moteur de recherche comme les autres, mais l’équipe d’Ecosia (6 personnes) est passionnée et investie dans le projet, à savoir, participer à la protection de l’environnement au travers du projet Rainforest pour préserver la forêt amazonienne.
« Pour limiter les émissions de CO2, c’est principalement au niveau des forêts tropicales qu’il est possible d’agir. La protection de l’Amazonie est prioritaire dans les objectifs environnementaux, » déclare Christian Kroll.

Principe : Deux firmes américaines, Bing pour les résultats de requêtes et Yahoo pour les liens sponsorisés, touchent une commission sur les bénéfices de Ecosia (et aident la société à fonctionner) ; les 80 % restants sont reversés à des programmes environnementaux. A noter que les serveurs du moteur fonctionnent à l’électricité verte.

Liens sponsorisés = annonces entourant les résultats de requêtes (et liens « d’affiliation » = symbolisés par un chariot pour achats en ligne). D’autres moteurs « verts » existent mais il semble que Ecosia soit le plus connu bien que sa renommée ne se fasse que par le bouche-à-oreille. Vous trouverez dans la colonne de droite, l’adresse de ce moteur… Bonne recherche !




La green attitude

11 12 2011

La ville serait-elle un jardin qui s’ignore ?
La fleur de bitume serait-elle une espèce en voie d’apparition ?
Une nouvelle culture serait-elle en train d’apparaître grâce aux vieux téléviseurs transformés en jardinières ?
La musique électronique ne naîtrait-elle pas du bruit d’une goutte de pluie ?
Les aliments en décomposition deviendraient-ils des performances participatives ?
Les détritus de nos poubelles pourraient-ils emprunter une seconde vie plus esthétique ?

Développement durable, éco-responsabilité, écologie… ces notions sont passées en quelques années de la dernière page à la une des journaux.

Au cœur des débats de nos sociétés, ces préoccupations ont également investi les démarches de nombreux artistes donnant lieu à des expérimentations contemplatives, engagées ou encore poétiques. Au travers d’expériences récupo-chorégraphiques, jardino-plastiques, naturalo-musicales ou écolo-vidéo, les adolescents pourront découvrir l’univers d’artistes d’un nouveau genre, qui mêlent les frontières entre les disciplines pour mieux s’interroger sur les rapports de l’homme à son environnement.

Dans un espace à la fois oeuvre et atelier, réalisé par l’artiste-plasticien Régis-R, seize artistes sont invités à partager leur vision de l’environnement.

Rien ne se perd, tout se transforme ! Cité de rebuts informatiques poussant sur un espace ensemencé, design low-cost, mini-jardin bondage, recyclage artistique, marché de gestes quotidiens récupérés et transformé en mouvements de ballet…, les adolescents seront entraînés par les artistes et les créateurs invités dans une approche inédite de l’environnement.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xku4z5_green-attitude-au-studio-13-16-du-centre-pompidou_creation?start=3#from=embediframe[/dailymotion]

Le studio 13/16, l’espace dédié aux adolescents du centre Pompidou à Paris, ouvre son atelier « Green Attitude » du 8 octobre 2011 au 8 janvier 2012.

Beaucoup d’artistes intégrent la nature, l’environnement dans leur art. Ces artistes et créateurs investissent le studio 13/16 afin de faire découvrir leurs oeuvres aux adolescents lors d’ateliers animés.

Les ateliers sont gratuits et se déroulent de 14h à 18h tous les mercredis, samedis et dimanches en période scolaire, et tous les jours sauf le mardi pendant les vacances.

> Voir le programme de Green Attitude

Extrait du Site du Centre Pompidou