L’invité surprise

5 02 2013

Le mois dernier , un ou plusieurs rongeurs se sont  invités à notre compost.

Ce ou ces rongeurs  ont creusé des tunnels dans notre compost . Ce n’est pas une mauvaise chose puisque cela  aère le compost.

Pour en savoir plus  nous sommes allés interviewer M. Josso:

Nous avons constaté que l’activité du compostage a cessé ? Quelle en est la raison ?

M. Josso :   Parce qu’on a des odeurs et on a dû avoir des bestioles qui venaient.Vous savez, je ne suis pas un spécialiste !

L’activité du compostage est-elle définitivement à l’arrêt ?

M. Josso : Non, l’activité n’est pas définitivement  à l’arrêt .

D’après vous, quel type de rongeur « hante » le compost ?

M. Josso: Aucune idée, cela peut-être des petits rats  ou bien d’autres animaux .

En quoi la présence de rongeur dans le compost est-elle une mauvaise chose ?

M. Josso : Normalement, le compost n’est constitué que de déchets donc ce n’est pas son alimentation . C’est quand même désagréable d’avoir des petits rongeurs dans le compost.

Quelles options ont été envisagées pour éliminer les rongeurs ?

M. Josso: D’abord il faut qu’on les identifie. Nous allons sans doute mettre des tapettes à souris. On n’est pas non plus dans une psychose.

Quel type de pièges avez-vous prévu pour piéger les rongeurs ?

M. Josso: Je ne sais pas s’il y aura une capture ou plutôt un procédé de destruction. Nous  allons placé les pièges où les élèves ne peuvent pas aller.

 

Si vous capturez les rongeurs, qu’allez-vous en faire ?

 

M.Josso: Je pense que si nous les attrapons,  nous les relâcherons dans la nature.

 

 Infos en +:

Les traitements se font régulièrement. Les agents du conseil sont venus inspecter les lieux.

 

Voilà, on espère que ça vous a plu et à bientôt !

Harault Laurine 6ème C et Bruneau  Juliette 6ème B

 

 




La vie scolaire recycle aussi ?

3 12 2012

Nous avons interviewé M. Clayer (CPE du collège) et M. Paul Hélard (Assistant d’éducation). Nous vous présentons les questions / réponses qu’ils nous ont fournies :

1- Que faites vous des piles, des bouchons, des batteries récoltés ?

Ce n’est pas nous, ni la vie scolaire, qui s’occupent de les collecter, c’est Mme Deschamps qui les apporte dans une déchetterie particulière.

2- Qui s’occupe le plus du projet ?

Ce sont M. Pineau, Mme Deschamps et Mme Rey-Gibelin (l’ancienne principale) qui s’occupent le plus du projet.

3- Aimez-vous le projet éco-collège ?

Nous aimons tous les deux le projet, mais nous ne nous occupons pas beaucoup du projet.

4- Aimeriez-vous encadrez un club d’éco-collège ?

Ils faudrait qu’on ait plus de temps mais sinon on aimerait bien.

5- Est-ce que le projet marche bien ?

Il marche très bien, vu la force olfactive du compost, il a quand même attiré beaucoup de personnes.

6- Les élèves s’investissent-ils beaucoup ?

Certains, mais pas assez.

7- Participez-vous beaucoup au projet ?

Nous participons pas mal, mais nous aimerions en faire plus, une fois de plus manque de temps. Puisque nous ne pouvons pas participer énormément, nous essayons de faire attention à l’endroit où nous jetons nos déchets et d’autres choses comme ça.

 

Voilà le résultat de notre interview à la prochaine !

Thomas Ladonne 6e C et Etienne Bruneau 6e C.

 




Notre participation à Exposcience

23 03 2012

Trente projets étaient présentés le week-end dernier, par une vingtaine d’écoles (de la primaire à l’université). Exposcience, c’est l’occasion de créer un événement ludique autour de la science et de montrer que des jeunes peuvent se mobiliser autour d’activités éducatives pour tous.

DES DECHETS DANS NOS JARDINS

La présentation orale est un bon exerce de communication vers le public et les visiteurs ont été attentifs aux explications et démonstrations de nos jeunes exposants : Alexis, Lucas, Gwendoline, Justine et les autres ont su convaincre le public de l’utilité d’un compost. Déchets de cantine, feuilles mortes dans un bac transparent à température constante de 19°-20° suffisent à faire éclore la vie de petites bêtes minuscules que les visiteurs, jeunes ou moins jeunes, se sont plu à observer au microscope : pseudo-scorpions,colembolles, carabes, acariens.

Le 2ème bac présentait le résultat d’un compost de 9 mois, lui aussi à température et hygrométrie constantes… Equipés de gants de chirurgien, les éco-collègiens faisaient le test de qualité du compost : les copeaux de bois ou paillis doivent assurer l’équilibre entre les déchets azotés et les déchets carbonés pour une qualité idéale de compost à mélanger à un terreau pour la culture de plantes légumières ou horticoles.

Nos bacs de compostage, en place depuis un mois, permettront à terme de réaliser un terreau propice à la culture de nos carrés potagers. L’aventure continue !

  

NOTRE NOUVEAU DIPLOME

 




Les composteurs sont arrivés !

16 03 2012

Installés sous le sapin dans la grande cour et protégés par une petite clôture, deux bacs en bois  (fabriqués par l’ADASA), peuvent accueillir les déchets? Un bac plus petit constitue la réserve de paillage.

Vendredi dernier, trois volontaires ont suivi les conseils de M. Judais pour que le compost soit réussi :

– équilibre entre les déchets humides ou azotés (déchets de cuisine, tonte d’herbe, feuilles mortes…) et les apports bruns ou carbonés (tiges, brindilles, copeaux, papiers, sciures…). La situation, à l’ombre, des composteurs est déjà un atout.

– L’aération du compost : il faut bien étaler les résidus d’aliments ; utiliser la pince pour retirer les derniers emballages oubliés.

– Bien étaler le paillage sur l’ensemble des détritus (un seau, un seau et demi).

 




Les brigades du tri

16 03 2012

Initié par M. Hung Tching Kien, agent technique restauration,  le tri du contenu des plateaux au self a débuté en décembre. M. Judais du CG passe régulièrement pour vérifier que les pancartes sont respectées (quelques erreurs sont encore observées : emballage beurre, fromage, opercules yaourt).


et effectue la pesée : ce sont près de 15 kg de déchets qui sont récoltés chaque jour.

Mme Deschamps, professeur de SVT,  doit former les équipes qui remplaceront M. Judais. Quelques volontaires en 6e, Florian, Thomas, Pilou se sont manifestés. Il en faudra d’autres pour que chaque jour au self, deux élèves vérifient le tri qu’opèrent leurs camarades, avant de quitter le self.




Bilan des activités

26 01 2012

A cette date du 23 janvier, les actions envisagées pour le projet éco-collège avancent tout doucement… mais sûrement. Une quarantaine d’élèves assistent à cette réunion, en présence de Madame la Principale, l’Amicale des Anciens, M. Judais,de la Direction de l’Environnement du Conseil Général, Mme Deschamps et Mme Martin.

La fresque prend bonne tournure : après les ébauches réalisées par les élèves au premier trimestre, sous l’oeil bienveillant et professionnel de nos « anciens » du collège,  collage, pliage (réalisés par leurs soins)permettent à chacun de  voir un morceau de son oeuvre sur la maquette présentée (qui sera reproduite 4 fois plus grande sur le mur de la cour arrière). Voici ce que cela donne :


Le compost

Outre les quelques feuilles mortes qui tapissent la cour à l’automne, notre compost sera alimenté par les déchets de cantine. Trois collèges-tests en Mayenne participent à cette opération dont le collège Fernand Puech, grâce à l’aide du Conseil  Général. Les composteurs, toujours attendus, récupéreront presque 1000 l de déchets. Monsieur Judais, technicien de la Direction Environnement du CG nous fait part de quelques remarques :

– Les déchets de cantine forment un compost très riche qui doit être réalisé par étape : du « structurant » (feuilles, papier) puis les déchets fermenticides (verts et humides). Il faut un équilibre entre déchets secs et humides. La viande et les os ne font pas partie de notre collecte (plus difficiles à composter et attirent les rongeurs).

– Des élèves du projet seront les bienvenus pour assister Christian, agent au self, d’une part à surveiller le tri que sont censés faire les élèves quand ils rendent leur plateau, et d’autre part à brasser le compost chaque jour. M. Judais sera présent deux fois par semaine pendant un mois pour conseiller les acteurs de l’opération.

Trois pesées par semaine, pour quantifier le volume des déchets,  seront exécutées par M. Judais. Voici le bilan de la première :



– Ce compost sera réutilisé pour les carrés potagers, toujours en attente d’installation ; nous recevrons, à ce titre, la visite de Mme Nageleisen, experte en la matière puisqu’elle est à l’origine de la méthode française pour les « carrés potagers », méthode élaborée en 2000, où les planches de culture regroupent 9 carrés de 40 cm (terme emprunté aux jardins du Moyen Age). Le potager de Marie, c’est ici !


- Le collège participera à EXPOSCIENCE 2012, "les rendez-vous des sciences et de la jeunesse" du 14 au 16 mars 2012. Notre établissement est inscrit ; les élèves et adultes volontaires tiendront un stand pendant ces trois jours et présenteront des mini-composteurs, le but étant d'expliquer aux visiteurs les étapes de la fabrication d'un compost, son utilité pour l'environnement et l'enrichissement des sols.

Par ailleurs, le recyclage continue : Deux fois par mois, un groupe de 5 ou 6 élèves recueillent le contenu des cartons mis à disposition des enseignants, de l'administration et de la vie scolaire. Les piles et cartouches d'encre ont déjà rempli les boîtes fournies par les organismes qui viendront vider ces réservoirs.

Tous ces projets rencontrent l'adhésion des élèves... d'autant plus qu'ils impliquent la priorité au self le midi et une demie-journée sans cours pour Exposcience, OUAIS !! 😉