L’invité surprise

5 02 2013

Le mois dernier , un ou plusieurs rongeurs se sont  invités à notre compost.

Ce ou ces rongeurs  ont creusé des tunnels dans notre compost . Ce n’est pas une mauvaise chose puisque cela  aère le compost.

Pour en savoir plus  nous sommes allés interviewer M. Josso:

Nous avons constaté que l’activité du compostage a cessé ? Quelle en est la raison ?

M. Josso :   Parce qu’on a des odeurs et on a dû avoir des bestioles qui venaient.Vous savez, je ne suis pas un spécialiste !

L’activité du compostage est-elle définitivement à l’arrêt ?

M. Josso : Non, l’activité n’est pas définitivement  à l’arrêt .

D’après vous, quel type de rongeur « hante » le compost ?

M. Josso: Aucune idée, cela peut-être des petits rats  ou bien d’autres animaux .

En quoi la présence de rongeur dans le compost est-elle une mauvaise chose ?

M. Josso : Normalement, le compost n’est constitué que de déchets donc ce n’est pas son alimentation . C’est quand même désagréable d’avoir des petits rongeurs dans le compost.

Quelles options ont été envisagées pour éliminer les rongeurs ?

M. Josso: D’abord il faut qu’on les identifie. Nous allons sans doute mettre des tapettes à souris. On n’est pas non plus dans une psychose.

Quel type de pièges avez-vous prévu pour piéger les rongeurs ?

M. Josso: Je ne sais pas s’il y aura une capture ou plutôt un procédé de destruction. Nous  allons placé les pièges où les élèves ne peuvent pas aller.

 

Si vous capturez les rongeurs, qu’allez-vous en faire ?

 

M.Josso: Je pense que si nous les attrapons,  nous les relâcherons dans la nature.

 

 Infos en +:

Les traitements se font régulièrement. Les agents du conseil sont venus inspecter les lieux.

 

Voilà, on espère que ça vous a plu et à bientôt !

Harault Laurine 6ème C et Bruneau  Juliette 6ème B

 

 




La vie scolaire recycle aussi ?

3 12 2012

Nous avons interviewé M. Clayer (CPE du collège) et M. Paul Hélard (Assistant d’éducation). Nous vous présentons les questions / réponses qu’ils nous ont fournies :

1- Que faites vous des piles, des bouchons, des batteries récoltés ?

Ce n’est pas nous, ni la vie scolaire, qui s’occupent de les collecter, c’est Mme Deschamps qui les apporte dans une déchetterie particulière.

2- Qui s’occupe le plus du projet ?

Ce sont M. Pineau, Mme Deschamps et Mme Rey-Gibelin (l’ancienne principale) qui s’occupent le plus du projet.

3- Aimez-vous le projet éco-collège ?

Nous aimons tous les deux le projet, mais nous ne nous occupons pas beaucoup du projet.

4- Aimeriez-vous encadrez un club d’éco-collège ?

Ils faudrait qu’on ait plus de temps mais sinon on aimerait bien.

5- Est-ce que le projet marche bien ?

Il marche très bien, vu la force olfactive du compost, il a quand même attiré beaucoup de personnes.

6- Les élèves s’investissent-ils beaucoup ?

Certains, mais pas assez.

7- Participez-vous beaucoup au projet ?

Nous participons pas mal, mais nous aimerions en faire plus, une fois de plus manque de temps. Puisque nous ne pouvons pas participer énormément, nous essayons de faire attention à l’endroit où nous jetons nos déchets et d’autres choses comme ça.

 

Voilà le résultat de notre interview à la prochaine !

Thomas Ladonne 6e C et Etienne Bruneau 6e C.

 




Piles et batteries ça rime avec tri

13 01 2012

Pour effectuer la collecte des piles et batteries au collège, des récipients plus ou moins grands ont été mis à notre disposition :

  • – la mini batribox, pour la maison ou le travail (elle peut contenir jusqu’à 900 g),
  • – le tube permet de collecter des batteries plus volumineuses. Sa taille le rend bien visible. Il est disposé au secrétariat, en vie scolaire et dans la salle des professeurs.

Pourquoi effectuer le tri et le recyclage des piles ?

Les piles et les accumulateurs contiennent des métaux lourds (mercure, zinc, plomb, cadmium) dangereux pour la santé et l’environnement.

la santé : le mercure par exemple, consommé par inhalation ou ingestion peut provoquer des tremblements ou des troubles de la parole ; d’autres métaux lourds peuvent endommager le système nerveux, les reins, le sang.

l’environnement : une pile au mercure, jetée dans la nature, peut contaminer 1 m3 de terre et 1 000 m3 d’eau pendant 50 ans. De plus, les piles jetées dans les poubelles, une fois incinérées, polluent l’atmosphère et les déchets d’incinération.

le tri : à partir d’1 tonne de piles, on récupères jusqu’à 600 kg de matériaux réutilisables (du ferromanganèse, du zinc et du mercure pour fabriquer de l’acier ou des scories -ou résidus- pour le bâtiment).

Deux usines en France seulement, sont capables de recycler de grandes quantités de piles usagées : des fours à 1200° font fondre les piles et récupèrent les métaux lourds.

Voici les les points de collecte dans notre département :

Plein de bonnes adresses pour consommer malin et des jeux, quiz, infos pour devenir un écocitoyen !