Les projets avancent !

14 05 2012

Des nouvelles de la fresque : après avoir projeté la maquette sur le mur, les contours des dessins ont été réalisés sur le support ; la fresque prend donc des couleurs depuis deux semaines :

Les carrés  en bois sont arrivés fin avril : disposés au milieu de la cour, selon les plans prévus par Mme Nageleisen, notre conseillère botaniste et les avis des « éco-participants », ils n’attendent plus que la terre et les semis…





Préparation des carrés potagers

26 04 2012

 Madame Nageleisen, auteur du blog “Potagers en carrés” et du livre « Le potager en carrés, la méthode et ses secrets »  a déjà participé à l’une de nos réunions de comité de pilotage et sera notre conseillère pour l’organisation des cultures dans nos carrés potagers ; voici ce qu’elle préconise :

 1. « Les carrés du collège F. Puech » : c’est la répartition des cultures dans les carrés. J’ai choisi des mélanges de légumes, d’herbes aromatiques et de fleurs afin qu’il y ait « matière à travailler » d’ici la fin de l’année de scolaire :
  il y a des plantes intéressantes pour leur feuillage, pour leur parfum, pour leur utilisation en tant que plante médicinale, pour leur goût,etc.

  Par ailleurs, plusieurs végétaux sont des vivaces de terrains plutôt secs : pour passer l’été pendant la fermeture du collège (sans garantie cependant si l’été est très sec …) et pour rester en place pendant l’hiver.
    Nota Bene : les plantes ont aussi été choisies pour leur non-toxicité.

2. « Organisation pour les carrés » : c’est le détail des semences et des plants nécessaires, de l’outillage.

Ce document précise si les cultures peuvent être semées dès maintenant en intérieur. Vous pourrez ainsi vous appuyer sur ce document pour présenter une liste aux parents d’élèves, faire appel aux dons ou leur demander s’ils peuvent démarrer les semis chez eux (pendant les prochaines vacances scolaires).

Je prépare par ailleurs les volumes de terre et de compost nécessaires pour organiser cela avec M. Judais du Conseil Général.

Pour information, nous vous présentons les plans de la future implantation de ces carrés, que nous relierons entre eux par des bancs, afin de constituer, aux beaux jours, un espace de détente « arboré » :

Potager en carrés collège Fernand Puech MP4 .mp4 (new 1) MP4




Notre participation à Exposcience

23 03 2012

Trente projets étaient présentés le week-end dernier, par une vingtaine d’écoles (de la primaire à l’université). Exposcience, c’est l’occasion de créer un événement ludique autour de la science et de montrer que des jeunes peuvent se mobiliser autour d’activités éducatives pour tous.

DES DECHETS DANS NOS JARDINS

La présentation orale est un bon exerce de communication vers le public et les visiteurs ont été attentifs aux explications et démonstrations de nos jeunes exposants : Alexis, Lucas, Gwendoline, Justine et les autres ont su convaincre le public de l’utilité d’un compost. Déchets de cantine, feuilles mortes dans un bac transparent à température constante de 19°-20° suffisent à faire éclore la vie de petites bêtes minuscules que les visiteurs, jeunes ou moins jeunes, se sont plu à observer au microscope : pseudo-scorpions,colembolles, carabes, acariens.

Le 2ème bac présentait le résultat d’un compost de 9 mois, lui aussi à température et hygrométrie constantes… Equipés de gants de chirurgien, les éco-collègiens faisaient le test de qualité du compost : les copeaux de bois ou paillis doivent assurer l’équilibre entre les déchets azotés et les déchets carbonés pour une qualité idéale de compost à mélanger à un terreau pour la culture de plantes légumières ou horticoles.

Nos bacs de compostage, en place depuis un mois, permettront à terme de réaliser un terreau propice à la culture de nos carrés potagers. L’aventure continue !

  

NOTRE NOUVEAU DIPLOME

 




Fresque : 1ère étape

20 03 2012

La fresque a été composée et assemblée sur papier avant d’être reproduite sur le mur au moyen d’un projecteur. Nos amis artistes ont préparé le mur : fond blanc uniforme…




Les composteurs sont arrivés !

16 03 2012

Installés sous le sapin dans la grande cour et protégés par une petite clôture, deux bacs en bois  (fabriqués par l’ADASA), peuvent accueillir les déchets? Un bac plus petit constitue la réserve de paillage.

Vendredi dernier, trois volontaires ont suivi les conseils de M. Judais pour que le compost soit réussi :

– équilibre entre les déchets humides ou azotés (déchets de cuisine, tonte d’herbe, feuilles mortes…) et les apports bruns ou carbonés (tiges, brindilles, copeaux, papiers, sciures…). La situation, à l’ombre, des composteurs est déjà un atout.

– L’aération du compost : il faut bien étaler les résidus d’aliments ; utiliser la pince pour retirer les derniers emballages oubliés.

– Bien étaler le paillage sur l’ensemble des détritus (un seau, un seau et demi).

 




Les brigades du tri

16 03 2012

Initié par M. Hung Tching Kien, agent technique restauration,  le tri du contenu des plateaux au self a débuté en décembre. M. Judais du CG passe régulièrement pour vérifier que les pancartes sont respectées (quelques erreurs sont encore observées : emballage beurre, fromage, opercules yaourt).


et effectue la pesée : ce sont près de 15 kg de déchets qui sont récoltés chaque jour.

Mme Deschamps, professeur de SVT,  doit former les équipes qui remplaceront M. Judais. Quelques volontaires en 6e, Florian, Thomas, Pilou se sont manifestés. Il en faudra d’autres pour que chaque jour au self, deux élèves vérifient le tri qu’opèrent leurs camarades, avant de quitter le self.




Du riz pour tout faire dans le delta du Mékong

1 03 2012

Le delta du Mékong est une région fertile au sud du Vietnam. Le fleuve, qui prend sa source dans les lointaines montagnes de l’Himalaya, y dépose depuis des millions d’années des couches d’alluvions visibles sous la forme d’une boue grisâtre. Les hommes ont su tirer parti de ce don ancestral. Ils ont creusé des milliers de canaux pour irriguer leurs vergers et leurs champs. Ils ont fait de ce delta un espace rural consacré à de multiples cultures, une gigantesque Venise verte.

Le premier produit agricole du delta du Mékong est le riz. Contrairement à ce qui se passe dans le nord du Vietnam, où l’on doit inventer des systèmes d’irrigation très complexes et longs à construire, où l’on doit semer, faire pousser, repiquer le riz; le paysan sud vietnamien se contente de semer le grain à la volée. Quand la récolte est faite, on met le riz à sécher sur de grandes bâches au soleil, sur les routes et les chemins. On sépare ensuite le grain de la cosse.

Du riz à sécher sur la route

Le grain est destiné à nourrir les humains.

Riz alimentaire vendu sur le marché

La cosse du riz, quant à elle, n’est pas jetée. Elle nourrit d’abord les gallinacés, qui sont légions dans le delta, et dont les chants disgracieux sont un réveil matin des plus efficaces. Mais elle est également employée comme combustible pour alimenter les fours des très nombreuses briqueteries utilisant la boue retirée des bassins de pisciculture.

four à briques alimenté par la cosse de riz

    Une fois que la cosse est réduite en cendre, elle est à nouveau recyclée. On peut la compacter pour fabriquer des petites briques de chauffage destinées à la cuisson de la nourriture dans les fours alimentaires.

briques de cuisson en cosses de riz

Mais ce n’est pas tout. Une fois cuite, cette brique est concassée et sert de remblai pour construire des routes. Elle est donc recyclée trois fois. La cendre de cosses de riz est aussi très utile aux pépiniéristes qui en remplissent des petits godets biodégradables confectionnés à partir de feuilles de bananiers. Ils sèment des graines dans ces godets. La cosse de riz  est ainsi employée dans l’agriculture comme terreau pour semer. On en fait également un engrais pour les cultures.

semis dans la cendre de cosse de riz

Le grain, la cosse. Il reste la paille, c’est-à-dire la tige de la plante. Que pourrait-on en faire ? Du paillage pour protéger les plantes de la chaleur tropicale et préserver l’humidité de la terre.

paillage à la paille de riz

Et si nous l’arrosions, elle deviendrait humide, elle commencerait à se décomposer. Elle dégagerait ainsi de la chaleur et constituerait un matériau propice au développement du mycélium. On pourrait alors y cultiver des champignons.

paille de riz préparée pour la culture de champignons

Une fois la paille bien préparée, on la transporte par bateau.

transport écologique de la paille de riz

Il ne reste plus qu’à former des billons de paille dans un champ, à implanter des spores …

… et le tour est joué.

champignons dans la paille de riz

 Le riz est un exemple emblématique de l’ingéniosité et du sens de l’économie propres aux agriculteurs du delta. Contrairement à nos sociétés occidentales, dont toute l’économie repose sur une pratique quotidienne  du gaspillage et du tout jetable, la civilisation vietnamienne, dont certains diraient sans ambages qu’elle ne vaut pas la nôtre (Je veux bien entendu parler des esclavagistes du XVIII° siècle dont c’était l’argument favori.), tente de vivre modestement en privilégiant chaque fois que possible des solutions écologiques, rationnelles et naturelles.

Je tiens à remercier chaleureusement mes amis Serge Cabanel et Kim Liên sans lesquels cet article n’aurait pas vu le jour.

Philippe Pineau

 

 




La fresque : première étape, le nettoyage du mur

1 03 2012

… Et ce sont nos artistes qui s’y sont collés, ce matin-même :Leb et M. Richez armés d’un karcher ont procédé au nettoyage en profondeur du mur contigu à la salle de musique avant d’y étaler un fond blanc en sous-couche au « chef-d’oeuvre ». Merci à vous messieurs !


 




Bilan des activités

26 01 2012

A cette date du 23 janvier, les actions envisagées pour le projet éco-collège avancent tout doucement… mais sûrement. Une quarantaine d’élèves assistent à cette réunion, en présence de Madame la Principale, l’Amicale des Anciens, M. Judais,de la Direction de l’Environnement du Conseil Général, Mme Deschamps et Mme Martin.

La fresque prend bonne tournure : après les ébauches réalisées par les élèves au premier trimestre, sous l’oeil bienveillant et professionnel de nos « anciens » du collège,  collage, pliage (réalisés par leurs soins)permettent à chacun de  voir un morceau de son oeuvre sur la maquette présentée (qui sera reproduite 4 fois plus grande sur le mur de la cour arrière). Voici ce que cela donne :


Le compost

Outre les quelques feuilles mortes qui tapissent la cour à l’automne, notre compost sera alimenté par les déchets de cantine. Trois collèges-tests en Mayenne participent à cette opération dont le collège Fernand Puech, grâce à l’aide du Conseil  Général. Les composteurs, toujours attendus, récupéreront presque 1000 l de déchets. Monsieur Judais, technicien de la Direction Environnement du CG nous fait part de quelques remarques :

– Les déchets de cantine forment un compost très riche qui doit être réalisé par étape : du « structurant » (feuilles, papier) puis les déchets fermenticides (verts et humides). Il faut un équilibre entre déchets secs et humides. La viande et les os ne font pas partie de notre collecte (plus difficiles à composter et attirent les rongeurs).

– Des élèves du projet seront les bienvenus pour assister Christian, agent au self, d’une part à surveiller le tri que sont censés faire les élèves quand ils rendent leur plateau, et d’autre part à brasser le compost chaque jour. M. Judais sera présent deux fois par semaine pendant un mois pour conseiller les acteurs de l’opération.

Trois pesées par semaine, pour quantifier le volume des déchets,  seront exécutées par M. Judais. Voici le bilan de la première :



– Ce compost sera réutilisé pour les carrés potagers, toujours en attente d’installation ; nous recevrons, à ce titre, la visite de Mme Nageleisen, experte en la matière puisqu’elle est à l’origine de la méthode française pour les « carrés potagers », méthode élaborée en 2000, où les planches de culture regroupent 9 carrés de 40 cm (terme emprunté aux jardins du Moyen Age). Le potager de Marie, c’est ici !


- Le collège participera à EXPOSCIENCE 2012, "les rendez-vous des sciences et de la jeunesse" du 14 au 16 mars 2012. Notre établissement est inscrit ; les élèves et adultes volontaires tiendront un stand pendant ces trois jours et présenteront des mini-composteurs, le but étant d'expliquer aux visiteurs les étapes de la fabrication d'un compost, son utilité pour l'environnement et l'enrichissement des sols.

Par ailleurs, le recyclage continue : Deux fois par mois, un groupe de 5 ou 6 élèves recueillent le contenu des cartons mis à disposition des enseignants, de l'administration et de la vie scolaire. Les piles et cartouches d'encre ont déjà rempli les boîtes fournies par les organismes qui viendront vider ces réservoirs.

Tous ces projets rencontrent l'adhésion des élèves... d'autant plus qu'ils impliquent la priorité au self le midi et une demie-journée sans cours pour Exposcience, OUAIS !! 😉

 

 

 

 




Piles et batteries ça rime avec tri

13 01 2012

Pour effectuer la collecte des piles et batteries au collège, des récipients plus ou moins grands ont été mis à notre disposition :

  • – la mini batribox, pour la maison ou le travail (elle peut contenir jusqu’à 900 g),
  • – le tube permet de collecter des batteries plus volumineuses. Sa taille le rend bien visible. Il est disposé au secrétariat, en vie scolaire et dans la salle des professeurs.

Pourquoi effectuer le tri et le recyclage des piles ?

Les piles et les accumulateurs contiennent des métaux lourds (mercure, zinc, plomb, cadmium) dangereux pour la santé et l’environnement.

la santé : le mercure par exemple, consommé par inhalation ou ingestion peut provoquer des tremblements ou des troubles de la parole ; d’autres métaux lourds peuvent endommager le système nerveux, les reins, le sang.

l’environnement : une pile au mercure, jetée dans la nature, peut contaminer 1 m3 de terre et 1 000 m3 d’eau pendant 50 ans. De plus, les piles jetées dans les poubelles, une fois incinérées, polluent l’atmosphère et les déchets d’incinération.

le tri : à partir d’1 tonne de piles, on récupères jusqu’à 600 kg de matériaux réutilisables (du ferromanganèse, du zinc et du mercure pour fabriquer de l’acier ou des scories -ou résidus- pour le bâtiment).

Deux usines en France seulement, sont capables de recycler de grandes quantités de piles usagées : des fours à 1200° font fondre les piles et récupèrent les métaux lourds.

Voici les les points de collecte dans notre département :

Plein de bonnes adresses pour consommer malin et des jeux, quiz, infos pour devenir un écocitoyen !