Recherche

N = N + 7

A partir du très beau poème de Andrée Chedid « le chagrin du dauphin », nous avons tenté d’appliquer les règles arithmétiques que s’imposait parfois Raymond Queneau pour construire une œuvre .

En effet , il était amoureux des sciences et il avait adhéré à la Société Mathématiques de France en 1948.

Voilà le poème de Andrée Chedid, femme de lettres , poète française née en 1920 , d’origine libanaise.

Le chagrin du Dauphin

Dauphin par Aziz Par Aziz

Dauphin par Houdaa Par Houdaa

Dauphin par Nolwenn Par Nolwenn

A partir de ce poème nous avons joué à N+7 : nous avons remplacé chaque nom par celui situé sept noms plus loin dans le dictionnaire !

Voilà ce que nous avons écrit (il s’agit d’un travail collectif de la classe de CM1) :

Le chaînon de la débâcle

« J’aime le Mouron

Dit la Débâcle

Le Mouron dans son petit couloir

Je l’épouserai foi de marionnettiste

Loin du houx

Un soja de jungle. »


« Roucoule, roucoule

Pauvre Débâcle ! »

Réplique le mouron

d’une aisance hautaine

« J’aime le houx

Et les flottes

Je n’épouserai qu’un scintillement Réservé ! »

Ecoutez ce poème étrange :

Mouron par Houdaa Par Houdaa

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Bienvenue sur le blog de l'école Zunino 2 consacré à l'univers de Raymond Queneau.

Compteur


Vous êtes le 3227 ème visiteur !