Le yéti d’après « L’Habitant du Miroir ». (Marine Le Monnier)

Enfants, méfiez-vous des yétis !

Surtout quand tombe la nuit

Quand le yéti

Apparait sur ses skis

A l’heure où la montagne s’assombrit

S’éveille le gros yéti.

Car cette neige si familière

Où jouent les primaires

Après les belles jadis

Abrite un monstre poilu

Qui veut dévorer vos pieds tout cru

Le monstre de la neige est impatient

Mais pourtant, il a le temps

Tapi dans sa luisante grotte

Salle de neige et de roches

Il attend sans un grognement

L’instant d’agir, le bon moment.

Quand les autres font du ski, il s’agite

Et va plus vite

Sort de la grotte, glisse légèrement

Et s’arrête tout doucement

Regarde les beaux enfants

Et repense à sa maman…

Puis il regagne très doucement

Sa grotte, la referme brutalement

Et vous penserez au réveil

Que ce n’était qu’un rêve

Mais vous repenserez au yéti toute votre vie.

Laisser un commentaire