« L’eau » de Vénus Ghoury-Ghata par Simon

L’eau

Vénus Ghoury-Ghata

Suite à un tremblement de terre
Une bibliothèque tombe à la mer
Sème ses livres en profondeur
Pour la grande joie des papivores

Les philosophes tombent au fond
Plus bas encor les scientifiques
Seule la poésie si légère
Flotte entre vagues et écumes

Les mains derrière le dos
Langouste récite l’alphabet
Devant baleine bouche bée
Qui n’aime que Victor Hugo

Les requins de grands peureux
Lisent des romans policiers
Ils possèdent une vidéo
Pour voir les dents de la mer

Tout le monde s’instruit dans l’océan
Même la raie paresseuse
La pieuvre lit huit livres à la fois
Avec les tentacules de ses cent doigts

Mais que de dégâts ! Que de dégâts !
Le saumon est couleur encre
Et la crevette papier mâchée.

L’interprétation de Simon : leau-de-simon

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • boisset baptiste on 26 juin 2009 at 8:48

    j ai adore cette poesie

    • caroline on 26 juin 2009 at 8:52

    elle est super ta poésie

  1. la poésie est vraiment bien
    Super drôme ezt géniale

    • armand on 26 juin 2009 at 8:53

    très beau texte!!!

Laisser un commentaire