Florilège de poésies…Votez pour votre interprétation préférée en nous laissant votre commentaire !

L’habitant du miroir
Marc Alain

Enfants méfiez-vous des miroirs !
Surtout quand tombe le soir,
Quand le chien-loup du crépuscule
Hurle à la nuit dans la pendule :
A l’heure où le jour va dormir
S’éveille le miroir vampire.

Car cette glace familière
Où se mirent les écolières
Après les belles jadis,
Cette glace, je vous le dis,
Abrite un monstre sans visage
Qui veut dévorer vos images.

Le monstre du miroir attend
Le temps qu’il faut, il a le temps,
Tapi dans son luisant dédale,
Salles de neige et de cristal,
Il attend sans un mouvement
L’instant d’agir, le bon moment.

Quand les yeux dorment, lui se lève
Et, tirant profit de vos rêves,
Sort du verre et marche invisible
Pour aller boire l’eau limpide
Des beaux visages endormis
C’est de la jeunesse qu’il vit !

Puis il regagne en grand silence
Son froid palais de transparences
Et vous ne verrez au réveil
A la lumière du soleil
Qu’un visage presque pareil
Un peu griffé par le sommeil.

INTERPRETATIONS D’ENZO : habitant-du-miroir-enzo

de MARINE : habitant-du-miroir-marine

de Tristan : tristan-habitant-du-miroir

D’Alice : alice-habitant-du-miroir

Le moqueur moqué
Pierre Gamarra

Un escargot se croyant beau,
Se croyant gros, se moquait d’une coccinelle.
Elle était mince, elle était frêle !
Vraiment, avait-on jamais vu
un insecte aussi menu !
Vint à passer une hirondelle
Qui s’esbaudit du limaçon.
Quel brimborion,
s’écria-t-elle !
C’est le plus maigre du canton !
Vint à passer un caneton.
Cette hirondelle est minuscule,
Voyez sa taille ridicule !
Dit-il sur un ton méprisant.
Or, un faisan
aperçut le canard et secoua la tête :
Quelle est cette si minime bête
Au corps si drôlement bâti !
Un aigle qui planait leur jeta ces paroles :
Êtes-vous fous ? Êtes-vous folles ?
Qui se moque du précédent
sera moqué par le suivant.
Celui qui d’un autre se moque
A propos de son bec, à propos de sa coque,
De sa taille ou de son caquet,
Risque à son tour d’être moqué !

INTERPRETATION DE NICOLAS : le-moqueur-moqué-nico

INTERPRETATION D’ALEXANDRE : le-moqueur-alex

Toujours et jamais

de Paul Vincencini

Toujours et jamais étaient toujours ensemble
Ne se quittaient jamais
On les rencontrait
Dans toutes les foires
On les voyait le soir traverser le village
Sur un tandem
Toujours guidait
Jamais pédalait
C’est du moins ce qu’on supposait
Ils avaient tous les deux une jolie casquette
L’une était noire à carreaux blancs
L’autre blanche à carreaux noirs

A cela on aurait pu les reconnaître
Mais ils passaient toujours le soir
Et avec la vitesse
Certains les soupçonnaient
Non sans raison peut être
D’échanger certains soirs leurs casquettes

Une autre particularité
Aurait dû les distinguer

L’un disait toujours bonjour
L’autre toujours bonsoir
Mais on ne sut jamais
Si c’était toujours qui disait bonjour
Ou jamais qui disait bonsoir
Car entre eux ils s’appelaient toujours
Monsieur Albert, Monsieur Octave.

INTERPRETATION DE VINCENT : toujours-et-jamais-vincent

Le grillon
Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794)
(recueil : Fables)

Un pauvre petit grillon
Caché dans l’herbe fleurie
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L’insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;
L’azur, la pourpre et l’or éclataient sur ses ailes ;
Jeune, beau, petit maître, il court de fleurs en fleurs,
Prenant et quittant les plus belles.

Ah ! disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout, et pour moi rien.
Je n’ai point de talent, encor moins de figure.
Nul ne prend garde à moi, l’on m’ignore ici-bas :
Autant vaudrait n’existait pas.

Comme il parlait, dans la prairie
Arrive une troupe d’enfants :
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l’attraper ;
L’insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.

L’un le saisit par l’aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient, et le prend par la tête :
Il ne fallait pas tant d’efforts
Pour déchirer la pauvre bête.

Oh ! oh ! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !
Pour vivre heureux, vivons caché.

INTERPRETATION DE MANON : le-grillon-manon

mais aussi de Léo : le-grillon-leo

Celle de Téa :le-grillon-tea

INTERPRETATION DE TEA DANS : « LE GARDIEN DU PHARE » DE JACQUES PREVERT :tea-le-gardien-du-phare

Des enfants interprètent le cavalier de Bagdad

beaucoup de conviction et d’enthousiasme dans le jeu d’Alexandre et Léo ! La fin de ce passage a été particulièrement appréciée par les enfants !Alex-et-leo Léo et Alexandre.

Enzo et Nicolas : enzo-nicolas

D’autres interprétation pour ce livre qui nous passionne de plus en plus !

Simon et Sacha :  simon-et-sacha

ou encore :Ludivine et Constance :  ludivine-constance

Ecoutez Constance et Téa : constance-et-tea-

le portrait de adrien

Il a des chaussettes blanches comme ZIDANE.

Il dessine comme sa pensée.

SES oreilles sont les mêmes que celles de Tahir.

Son nez est exactement comme un globe.

Il s’énerve comme Sarab.

Ses cheveux sont noirs comme un fond noir.

SON talent de foot est comme celui de Ronaldo.
LE talent d’ ADRIEN est comme celui d’un chef.

le portrait d’ Alexandre

Il a le pull gris comme un rocher

.Il grand comme le muezzin sur le minaret.
Il est rigolo comme Jamel.
Il saute haut comme une gazelle.
Il a le pantalon bleu comme le peignoire de mon père.
Il est aussi intelligent qu’un dictionnaire.
Alexandre est très bizarre avec son look de superstar.

Kayak et voile.

La météo à partir de « c’est pas sorcier : faire la pluie et le beau temps »

Voici le résumé de la classe après avoir visionné un « C’est pas Sorcier » sur la météo.

Ce film a permis aux enfants de mobiliser leurs connaissances sur l’air pour comprendre les phénomènes atmosphériques…

La raison de Daoul s’envole (extrait du cavalier de Bagdad) par Manon et Marine.

Cliquez pour écouter

manon-et-marine

Le portrait de Constance

Constance a les cheveux marron

Couleur mine de crayon.

les dents blanches comme une avalanche

La tête ronde comme le monde.

les yeux ronds comme un taille crayon.

Les joues potelées

Un nez petit comme celui d’une souris

Tea


Un gourdin

(N.M) gros bâton solide qui sert à frapper:trique.(Adrien)

le cyprès

n.m (lat.cupressus).Arbre à feuillage persistant,commun dans le sud de l’Europe,parfois planté en haie comme coupe-vent à cause de son port élancé.(famille des cupréssacées) ( ENZO .d )

La peine de mort en question : 1er débat.

Voici des extraits du premier débat de la classe sur la peine de mort.

Nous mènerons un autre débat quand nous aurons travaillé les arguments et contre arguments des « pour » et des « contre »…

En attendant, voici les opinions de chacun !
peine-de-mort-premiere-partie

Cliquez ici pour écoutez la suite :
peine-de-mort-deuxieme-partie
Et enfin :
peine-de-mort-troisieme-partie

Le poisson rouge en chanson

Les professeurs des écoles stagiaires de l’ICFP chantent :
poisson-rouge en chanson-mp3

Le protrait de Vincent (Adrien)

Vincent est petit comme 2 pommes . Il est rapide comme le cheval d’un bédouin. Il est bronzé comme un Tunisien, il a des piques comme le sabre du porte-glaive. Il est nerveux comme Antaki . Il nage comme un poisson. Il a les yeux pareil à un cheval. Il a les dents pointues et arondies comme celles d’un chameau. Bref il ressemble à un arabe.

Le portrait d’Adrien (Loïc)

Tes joues sont joufflues comme les habitants de Bagdad,ton nez est comme l’épée à deux tranchant d’Antaki et ton collier est brillant comme des cristaux ,tes cheveux brillent comme un diamant,et en plus tu es vraiment charmant .

Le portrait de Téa

Téa tes cheveux sont longs et blonds comme de l’or,

tes dents blanches sont brillantes comme des perles au soleil,

tes chaussettes gris comme les poiles d’un chat gris,

tes yeux bleus comme le ciel,

ton regard doux comme un chatons,

ton pulls noir comme les ténèbres.

Le portrait de Manon (par Justine)

Ses cheveux sont marron comme du chocolat .
Sa veste est noire comme l’ ébène
Ses yeux sont verts comme un anaconda.
Sa peau est douce comme la peau d’un zèbre
Sont tee-shirt est blanc comme une baleine.

Sont pantalon est bleu comme le ciel.

brodequin

forte chaussure , à tige montant au-dessus de la cheville.( Adrien )

Un brasero

Récipient  métallique rempli de braises et destiné au chauffage ne plein air .    ( Claudia)

Le portrait de Nicolas.(de Léo).

Nicolas a la crête comme un coq de Bagdad, il a les mêmes chaussures que Zinedine Zidane, les yeux bleu comme les mirages du désert, sa voix forte comme Raymond Domenech, et je pense qu’il a de bons amis même s’ils n’ont pas tous une crête, des chaussures à la Zinedine Zidane, les yeux bleu… Bref personne n’est tout à fait pareil que Nicolas.

Quel talent Téa et Constance !

Les enfants ont beaucoup d’enthousiasme à apprendre les pièces de théâtre qu’ils écrivent ! En voici un exemple…Sans le texte sous les yeux !

daoul-al-mataf cliquez sur le lien pour écouter Téa et Constance.