Retour à Poésie

« Le gardien du phare aime trop les oiseaux » de Jacques Prévert

Des oiseaux par milliers volent vers les feux
Par milliers ils tombent par milliers ils se cognent
Par milliers aveuglés par milliers assommés
Par milliers ils meurent.

Le gardien ne peut supporter des choses pareilles
Les oiseaux il les aime trop
Alors il dit tant pis je m’en fous
Et il éteint tout

Au loin un cargo fait naufrage
Un cargo venant des îles
Un cargo chargé d’oiseaux
Des milliers d’oiseaux des îles
Des milliers d’oiseaux noyés.

+ à la manière de « Le gardien du phare aime trop les oiseaux » de Jacques Prévert.

Des canards par millions courent vers l’école,
Par millions ils s’arrêtent, par millions ils rigolent,
Par millions ils jouent, par millions ils font les fous,
Par millions ils passent partout.
Les profs sont fatigués
De nettoyer
Tout le bazar
Des canards.
Les profs disent :
Retournez dans votre marre
Saleté de canard !
Au loin surgit un renard
Un renard venant des bois
Un renard friand de canard
Des millions de canards dans la marre
Des millions de canards qu’il dévora.
Océanne Duchemin
et
Léo Gerny.

Laisser un commentaire