La Réunion…

et l\’Océan Indien

? La saison de reproduction des baleines à bosse a commencé dimanche 3 juin, avec les premières apparitions près des côtes. Plusieurs dizaines de ses congénères doivent en ce moment même arriver dans les eaux de notre île, et y rester jusqu’en octobre.

 tête d'une baleine à bosse

? Tous les ans à la même période (à un jour près par rapport à l’année dernière), les baleines à bosse remontent de l’Antarctique, où les eaux se refroidissent, pour un long voyage à destination du Canal du Mozambique et ses alentours. Plusieurs semaines de voyage sont nécessaires afin de mettre au monde leurs baleineaux dans des eaux plus chaudes. Après d’autres semaines, les baleineaux seront assez forts pour rejoindre les eaux froides de l’Antarctiques…brrrr

Ainsi se pose la question de l’impact du réchauffement climatique sur la migration des baleines : il devrait les affecter, or ce n’est pas le cas. Elles continuent à arriver toujours à la même période. Et c’est plutôt une bonne nouvelle. Espérons que ça dure.


D’autres baleines ont été vues vers Madagascar et l’île Ste Marie. La majorité des baleines à bosse montent plus haut que la Réunion, vers Mayotte, les Seychelles. Cependant, quelques unes s’arrêtent à notre hauteur, pour le plus grand bonheur de nos mirettes.


C’est l’association du Globice qui est chargé de l’observation des cétacés, leur arrivée, leur nombre, leur identification (car les mêmes reviennent !), et partagent leurs travaux avec d’autres associations de l’océan Indien.


Que savoir sur la baleine à bosse ? (Megaptera naovaeangliae pour les scientifiques)


La baleine est une espèce protégée, on le sait. Elle peut mesurer 16 mètres de long, et peser…40 tonnes.


A quelle bosse doit-elle son nom ? A celle de sa nageoire dorsale et non aux bosses qu’elle a sur la tête. Elle possède 2 grandes nageoires pectorales d’environ 5 mètres chacune, ce qui lui vaut le nom de mégaptère (signifiant « grandes ailes »). Quant à sa queue, elle mesure jusqu’à 4,50 mètres de large, et permet d’identifier la baleine grâce aux taches blanches propres à chacune, sous la queue.


La baleine à bosse est un mammifère (j’espère que tout le monde le sait !), et respire donc avec des poumons : les évents sont ses narines. Elle doit remonter respirer à la surface tous les quarts d’heure.


Nourriture : le krill (petites crevettes, en Antarctique) et des poissons comme le capelans, vivant en bancs. Elles les chassent en criant, ce qui assourdit leur proie. Mais quand elles entament leur migration vers l’Océan Indien, elles jeûnent pendant plusieurs semaines !

Ça ne les empêche pas de vivre jusqu’à 40 ans.



Le baleineau 


Il sort directement formé du corps de sa mère, l’animal est donc vivipare. Il mesure dès la naissance 4,50 mètres de long et pèse 2 tonnes. Beau bébé ! Il a besoin les premiers jours que sa mère l’aide à respirer en le maintenant à la surface.

Il tête à de gros mamelons que la baleine sort quand il tape dessus avec sa tête…un bébé baleine tête environ 200 litres de lait par jour pendant un an, pas étonnant qu’il double de taille durant cette période !


baleine à bosse et son baleineau


Parenthèse

Kelonia, l’observatoire réunionnais des tortues marines, a le plaisir de vous faire part de la ponte d’une centaine d’œufs de tortue sur les plages réunionnaises. Enfin, les tortues reviennent sur nos plages pour pondre, grâce aux efforts de Kelonia et des acteurs de l’environnement. En 3 ans, 8 pontes ont été observées, ce qui reste peu. Il est très important de préserver les habitats côtiers, sa végétation et son calme, obligatoires pour qu’une tortue décide d’y pondre en toute sécurité. Le site de la ponte a été gardé secret afin que les œufs se développent normalement, les traces de la tortue ont été effacées. Il n’y a plus qu’à attendre…en attendant voici un Conte mahorais sur la tortue !