La Réunion…

et l\’Océan Indien

Les pirates, flibustiers, ou forbans, comme vous préférez, (les corsaires ne sont pas dans l’illégalité) ont été des habitués de la Réunion : les colons, dans les périodes où manquaient les approvisionnement de métropole, ne manquaient pas de faire affaire avec ces forbans venant leur vendre leur marchandise…voici leur histoire et quelques personnages :

 

C’est dans la Baie de St Paul, surnommée « la Baie du meilleur ancrage », que la majorité des navires venaient jeter l’ancre. Parmi cette activité maritime intense, les vaisseaux de pirates y « relâchaient » aussi, vers la fin du 17ème. Certains de ces capitaines pirates ont obtenu l’amnistie et sont venus habiter l’île, d’autres y ont été pendus…

 

Qui dit pirates dit trésors ! Des découvertes inopinées ont été faites du côté de St Paul, en creusant pour installer sanitaires et fosses sceptiques…des centaines de pièces d’or et d’argent, datant de Louis XV, Louis XVI, Napoléon 1er…selon une archéologue, ces pièce seraient toutes espagnoles et frappées dans des ateliers d’Indes Occidentales. Alors ,vrai ou faux trésor ?

drapeau pirate

Le pirate John Bowen par exemple, arrivé à la Réunion après des semaines de navigation, épuisé avec son équipage, a pu profiter de l’hospitalité des réunionnais, malgré l’interdiction de les accueillir…mais l’ensemble de la colonie ayant préféré capituler devant les pirates plutôt que de les combattre, le Gouverneur fut obligé de s’y plier…John Bowen resta dans l’île avec 6 compagnons, car c’était pour lui une véritable aubaine ! Un nouveau capitaine fut nommé à la tête du navire « la Défiance » qui repartit quelques jours après.

 

La Buse (Olivier Levasseur) est le pirate le plus connu à la Réunion : c’est le dernier qui ai sévi dans l’Océan Indien (17ème et 18ème). Son nom lui vient du fait qu’il fondait sur sa proie aussi vite qu’un rapace. Il accumula d’énormes butins car il s’attaquait aux navires les plus puissants. Parmi ceux-ci, le navire portugais de 72 canons « la Vierge du Cap ». Il s’était abrité dans le port de St Denis à cause d’un cyclone…La Buse y vola un butin estimé aujourd’hui à 4 milliards d’euros ! Non content de voler bijoux, diamants, perles, barres d’or et d’argent, meubles, tissus précieux, et pierres précieuses, il s’empara du navire, qu’il rebaptisa « le Victorieux ».

Mais par la suite, la présence de nombreux autres pirates et flibustiers fit prendre à la Buse une « retraite anticipée », car il préféra profiter de la « Charte de clémence » offerte par le Roi de France contre la restitution de son butin : il « oubliera » de redonner quelques éléments, dont le fameux bateau portugais…

 

Il s’installa ensuite à Madagascar, sur l’île de Ste Marie. Mais il fut reconnu par d’anciennes victimes, attrapé, jugé et condamné à mort : il sera pendu près de l’Eglise de St Paul. La légende dit qu’au moment de sa pendaison, il jeta un cryptogramme à la foule, un message codé sensé conduire à son trésor, enfoui dans l’île, et qui s’il existe, y dort toujours…

la tombe de La Buse, à St Paul

 

FLIBUSTIER : (free booter = qui fait du butin librement) C’est un aventurier faisant partie des associations qui s’attaquaient aux possessions espagnoles en Amérique et écumaient les côtes. (16ème au 18ème)

BOUCANIER : A l’origine, c’est quelqu’un qui chassait les bœufs sauvages pour les boucaner(sécher la viande en la fumant), mais qui rejoignirent les flibustiers à cause de la raréfaction du gibier.

FORBAN : Celui-ci est un vrai pirate qui faisait des expéditions armées sur mer, pour son compte. Les forbans sévissaient sur la mer des Indes.

No Comments :(

Your must be logged in to comment.