La Réunion…

et l\’Océan Indien

« Beurk ! » me direz-vous. Vous avez tort. Les vers marins sont magnifiques. On les croirait parés pour le bal, j’ai des photos à l’appui. Mais avant cela, quelques explications de leur existence :

Le ver planaire (= Plathelminthe)

Ces vers-là semblent bien être le maillon suivant les coelentérés dans la chaîne de l’évolution animale : ils ont plusieurs points en commun avec eux :

  • un seul oscule (voir les points communs des coelentérés)

  • il peut se régénérer en entier à partir d’un seul morceau de son corps. Coupez un ver en deux, cela donnera deux individus !

Ce qui distingue le ver marin du corail et de la méduse, c’est son cerveau. C’est effectivement le premier animal à en posséder un dans l’Evolution, bien que l’on peut se demander où il se situe…


A quoi ressemble t-il ?

?

Sûrement pas aux vers terrestres, lombrics, que l’on connaît bien, et qui sont plutôt répugnants. Notez que le ver planaire est cependant de la même famille que le ténia, parasite des intestins…

Le ver planaire n’est pas grand, ni visqueux. Il mesure à peu près 5 cm, est aplati. Son corps est mou et invertébré, comme tous les vers. Il possède une sorte de voile composé de cils qui ondulent pour lui permettre de se déplacer, de nager. Ses couleurs sont magnifiques. En voici quelques uns :

vers planaires divers !


Par contre, on ne connaît pas bien leur mode de reproduction, ni leur alimentation. Ils seraient carnivores et mangeraient, la nuit, de minuscules invertébrés…



Le ver Némathelminthe


Les représentants de cette famille là sont plutôt ronds et plutôt parasites (pour l’homme, les plantes, les animaux), alors que le ver planaire est complètement inoffensif. Ceux qui nous intéressent, dans l’océan, sont transparents, incolores et très minces. Leur taille varie de 3 mm (minuscule !) à quelques centimètres.

Ceux-là sont présents dans tous les fonds de toutes les mers, du rivage aux abysses. Inutile donc de les compter…

Ils mangent de la matière organique (= qui vient d’organismes morts, plantes et animaux) et sont donc très importants pour le processus de décomposition et de recyclage de cette matière. On peut parfois les trouver en bancs très denses, d’environ 100 millions au mètre carré !



Les Brachiopodes


Ceux-là sont de vrais animaux fossiles qui n’ont pas évolué…malheureusement, il n’en reste que 140 espèces sur les 2000 connues…ils sont mal connus car ils vivent dans les profondeurs. On les classe dans les vers car leur organisme y ressemble ; cependant, ils ont des coquilles comme les mollusques et un pédoncule (qui leur permet de se fixer au fond). Des vers améliorés en quelque sorte…


un brachiopode, sorte de conque




Les Bryozoaires = zooïdes


En forme de tonnelet, ils ont un panache de tentacules. Ce qui est intéressant chez eux est qu’ils peuvent mesurer de un millimètre à un mètre ! Ils vivent en colonies, et on les trouve quelquefois sur les coques de bateaux et piliers de jetée, car la peinture spéciale de ces supports de les dérange pas…

un bryozoaire pectinatella

   

bryozoaire (je n’en connais pas le nom)


Les Annélides


De par leur nom, ces vers ont…des anneaux, répartis également sur leur corps. Cependant, ils ne sont pas tous marins :

un ver annelé, néréis

  • Oligochètes : vers de terre, lombrics, qui ne nous intéressent pas…

  • Hirudinées : sangsues, groupe peu sympathique !

  • Polychètes : voici les vers marins : ils possèdent une tête bien distincte, une paire de « pieds » (parapodes) à chaque segment (= espace entre 2 anneaux). Ils sont bien différents de ce qu’on a vu jusqu’à présent : Ils ont un système digestif, et la bouche est distincte de l’anus. Ils ne sont pas hermaphrodites, leur sexualité est bien compliquée par rapport aux précédentes familles ! Ils se fabriquent quelquefois un tube protecteur sur les fonds marins.

des vers polychètes, déployés dans toute leur beauté

Par exemple, les spirorbes :  spirorbe  et les sépules fabriquent des tubes calcaires, alors que les sabelles et les spirographes fabriquent des tubes avec des grains de sable collés entre eux…:

sabelles

spirographe


Voilà, j’en ai fini avec les vers marins, mais pas du tout avec le reste de la faune marine des lagons de la Réunion, de Mayotte et d’ailleurs…

One Comment

  1. Alain Nyiri
    9:15 on décembre 8th, 2007

    Bonjour,

    En préparant un petit topo pour jeunes plongeurs sur le sujet des vers, je me suis trouvé dirigé sur votre site.
    Il est simple, clair, didactique, avec des photos on ne peut plus belles.. vont-ils être déçus ensuite par le réel ???

    Une question cependant : que viennent faire les byozoaires au milieu des vers ?

    Félicitations pour votre travail

    Très Cordialement à Vous

    AN

Your must be logged in to comment.