La Réunion…

et l\’Océan Indien

Vous ne pourrez pas aller à Mayotte sans voir que l’activité principale de l’île est la pêche, devant l’agriculture et la culture de vanille ou d’ylang-ylang. Elle est le seul moyen de vivre de beaucoup de personnes…mais un pêcheur est pourtant souvent aussi agriculteur.


Ils se déplacent dans des pirogues en bois de badamier ou de manguier. Elles peuvent faire 10 mètres de long. Certaines ont des voiles pour avancer, les autres n’ont que les rames. Aujourd’hui, elles se modernisent : en plastique, elles sont mêmes motorisées. Avec ce matériel plus sûr et plus rapide, les pêcheurs vont de plus en plus loin en mer.

pirogue traditionnelle malgache


Nombreuses techniques de pêche


  • La palangrotte

Les palangres sont les bateaux équipés de kilomètres de lignes pleines d’hameçons que l’on jette à l’eau. ; c’est ainsi que l’on pêche à la Réunion. Mais à Mayotte, la palangrotte se fait la nuit, pour attraper les poissons de fond, avec des lignes ne dépassant pas les 100m. Une pierre est accrochée au bout pour que la ligne reste au fond. Cette forme de pêche est bien adaptée aux récifs mahorais.


  • La pêche profonde

C’est la même technique que la palangrotte, sauf que la ligne descend jusqu’à 400m de fond. A cette profondeur, la pêche est différente ; ils attrapent du vivanneau royal (réputé excellent), superbe poisson rose.


  • La pêche à la traîne

C’est une pêche occasionnelle, quand des bancs de poissons (thons ou dorades) passent près des côtes. Les pêcheurs les repèrent grâce aux oiseaux qui survolent l’eau en quête des bancs de sardines, elles-mêmes pourchassées par les thons…

schéma de pêche à la traîne

  • La pêche aux « djarifas »

C’est la pêche des femmes : à marée basse, elles tendent des « lambas » (filets) sur les embouchures pendant que d’autres rabattent le poisson vers elles. Elles ramènent ainsi une grosse part de la nourriture de leur village.


  • La pêche à pied

Comme partout, il suffit d’aller à pied chercher crustacés, coquillages, et poulpes à marée basse.


  • L’uruva

L’uruva est une plante que les pêcheurs mettent dans les flaques d’eau où sont prisonniers les poissons…la plante secrète de la roténone, substance qui asphyxie les poissons. Cette plante est normalement interdite d’utilisation mais les mahorais s’en servent encore beaucoup.


Vous l’aurez compris, que mangent les mahorais ? Du poisson !

No Comments :(

Your must be logged in to comment.