Vous avez dit Auguste?! Un atelier d’écriture divin!

A l’issue du cours sur la statuaire romaine qui nous a amenés à analyser l‘Auguste de la Prima Porta, les élèves de 2nde HIDA ont été invités à produire quelques textes mettant en scène cette si emblématique ronde-bosse! Exercices de Style de Queneau a pu être une base de réflexion pour certains. Voici, quelques productions, publiées au fur et à mesure de leurs envois!

En raison d’un petit problème technique, nous ne sommes pas en mesure de publier d’images… Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée!! :) Mais un détour dans Google image devrait permettre à celles et ceux qui ne visualiseraient pas ladite statue de se rafraîchir la mémoire!

Proposition d’Elsa T.

Cher journal,

Je souhaite aujourd’hui te raconter la journée peu ordinaire que j’ai vécue. Une sculpture célèbre a été installée ce jour au musée de ma ville : l’Auguste de la Prima Porta! Rien de moins! Avec mon amie, Manon, nous avons donc décidé de nous y rendre pour l’observer de plus près. Ce n’est pas tous les jours qu’on a une exclusivité comme celle-là ! Nous sommes donc arrivées au musée et nous nous sommes précipitées sur la statue pour la prendre en photo. Nous avons sorti nos téléphones et au moment où j’allais appuyer sur le bouton, je me suis sentie tomber. Littéralement tomber! J’ai fini par ouvrir les yeux après quelques secondes de vertige et devant moi, je l’ai vu! L’homme, celui de la statue! Auguste ! J’ai eu énormément de mal à le croire. Son plastron ouvragé, décoré de figurines, était juste devant moi ! Je pouvais apercevoir les sphinges sur ses épaules, les allégories des nations de chaque côté et bien sûr la remise des enseignes par les Parthes ! Même le petit Cupidon était là! Soudain, Auguste se mit à bouger et à me parler ; il prit exactement la même position que sur la sculpture : il haranguait ses troupes dans un contrapposto à couper le souffle. Après ce long moment d’observation, j’essayai de trouver une contenance et je m’apprêtai à lui serrer la main. Après tout, pourquoi pas?! Ave Cesar, ceux qui… tu connais! Au moment même où je m’apprêtais à le toucher, rebelote! J’étais de nouveau précipitée dans un autre espace-temps! Et je me réveillais à côté de ma copine qui paraissait inquiète. Selon elle, j’étais « tombée dans les pommes » ! Dans les pommes! Si elle savait… Dans les bras d’Auguste, oui! Voilà, mon journal, j’ai encore du mal à croire à cette journée de folie ! A demain !

Proposition d’Oriane G.

Des gens, et encore des gens, pourquoi il y a toujours des gens qui nous regardent, nous scrutent, nous prennent en photo, … Bah! quoi, ça fait 2000 ans qu’on existe et il y a toujours des gens qui nous regardent, qui s’arrêtent devant nous, l’air béat! C’est vrai que depuis tout ce temps, c’est presque un miracle que nous soyons toujours là! Nous avons été déplacés, abandonnés, saccagés et pillés. Au tout début, sur ma gauche se trouvait une longue lance enfin, je ne voyais pas le haut donc je n’en suis pas sûr. Et puis, on n’était pas aussi délavés! La polychromie, ça en jetait quand même! Mais bon, je devrais être content, moi, le Soleil ; après tout, je suis encore sur une ronde-bosse presque complète! Ce n’est pas le cas de tout le monde!  On peut encore m’admirer 2000 après ma création! N’empêche que je suis fait en tout petit sur cette statue d’un certain Auguste, premier empereur de Rome que je vois de plus en plus dans ces appareils que les humains appellent téléphones quand ils font des … selfies je crois. Mais je me sens un peu seul… Difficile de causer avec mes compères situés en-dessous de mon superbe quadrige. Passe encore pour le barbare, venant de l’empire Parthe à ce qu’il paraît, qui rend les enseignes de la sublime Rome, encadré par les nations soumises. Mais, plus bas, se trouve la corne d’abondance (elle me fait bien envie!) arrachée à l’un des nôtres, pauvre Achéloos! Les divins Apollon et Diane l’encadrent surmontant chacun leur animal-attribut, un griffon pour Apollon et un cerf pour sa sœur Diane. Ils ont l’air malin tiens! Mais bon, je taperais bien la discute tout de même! Ca me soulagerait de mes crampes aux bras! Oh! Mais qui j’aperçois s’accrochant à la jambe de notre Auguste ?  Mon cher demi-neveux, mon petit Cupidon! Mais qu’est ce que tu fais là bon sang ? Ah! Je vois… Si ce misérable petit mortel qui se dit « Auguste » croit qu’il est béni de nous autres, les dieux, il se trompe ! En tout cas, je ne me souviens pas de l’avoir béni, moi. C’est Alzheimer ?! Déjà? Je n’ai que 2000 ans! Et pourquoi a-t-il été fait si grand avec ses 2 mètres et moi aussi petit alors que dans la vraie vie, il était beaucoup plus petit et moi je pouvais être géant si je le voulais. Pendant encore combien de temps va-t-il falloir que je regarde les gens passer. Ah, que c’est long l’éternité.

Proposition de Maëlle R s’inspirant directement de Queneau et des Exercices de Style.

C’ets une stueta ne roden bsose en mraber du vgintiemme av J.C, mochronome qui rpredn l’igmarie ofelleci d’ Augustue, nu hmome biné dse deuxi.

Hallibé d’neu tego et d ‘une caruisse. Dusses il y a dse sècnes psasés te smynbloe. C’est nu ricet de popragande. Agustue se teint dbeout d’un ari élécan et d’un ari atuoutiraire, comem une pesronne tannent un dicousr . C’ets un imperamtor.

Proposition de Chloé F.

Genre ce matin y a l’autre gars qui a parlé, il a tapé son meilleur discours, il était sapé de sa jupe et genre son vieux drap tout froissé, il nous a sorti son petit Marcel avec ses dessins dessus ; on devinait des sortes de chevaux et des gens avec leurs robes. Il ressemble vraiment à rien. Faut qu’il aille se faire relooker le vieux. Genre pendant son discours il bégayait de fou, c’était genre mais vraiment trop insupportable. Genre là il faut vraiment qu’il fasse un truc à ses cheveux, la coupe au bol c’est plus d’actu !!

Proposition de Lisa K.

Moi, je ne suis pas un bas relief ni un haut relief, moi je suis une ronde bosse!
Moi, je ne suis ni de pierre, ni de bronze, moi je suis en marbre blanc de Paros.
Moi, je ne me trouve ni au musée du Louvre, ni au musée des Beaux-Arts, moi je me trouve au musée du Vatican à Rome.
Moi, je ne suis pas polychrome ; moi, je suis monochrome.
Moi, je ne suis pas le fils adoptif d’Apollon ni celui de Dionysos ; moi, je suis le fils adoptif de César.

Laisser un commentaire