Gargantua, une oeuvre « colossale »

Gargantua, une œuvre « colossale »

  •  L’auteur :

Fils d’un avocat, François Rabelais naît vers 1494 en Touraine, à Chinon. Rabelais fait des études de droit et de théologie (religion) et devient moine en 1520 car c’est le seul moyen pour lui d’apprendre le grec et le latin. En 1532, il publie, sous le pseudonyme d’Alcofribas Nasier (anagramme de François Rabelais), un ouvrage intitulé Pantagruel, du nom de son héros, fils du géant Gargantua. Ce n’est qu’en 1534 qu’il publie Gargantua.

Rabelais est un écrivain humaniste puisqu’il place l’homme au centre de tout et prône le développement de l’esprit et du corps.

 

  •  Le projet de Rabelais :

 Les vers qui ouvrent le livre invitent le lecteur à rire car il est pour lui un remède au malheur. Mais s’il veut amuser son lecteur, il veut aussi l’amener à réfléchir. Son œuvre est comme un os qu’il faut briser, afin d’en sucer la « substantifique moelle ». Ainsi, l’ouvrage contient un sens caché, un message plus sérieux et c’est au lecteur de le découvrir. Derrière le rire, se dissimule une réflexion sur la religion, l’éducation, la politique.

 

  • Un univers merveilleux* de géants :

L’arbre généalogique des géants de Rabelais :

                                                           Grandgousier + Gargamelle

                                                                                  =

                                                           Gargantua  (48044 ans) + Badebec (morte en couches)

                                                                                  =

                                                                       Pantagruel      

            L’univers de Gargantua est un univers fantaisiste qui mêle des éléments réalistes et merveilleux. Les aventures des géants ont pour cadre la campagne de Chinon à Rabelais.

            La dimension gigantale des personnages et l’énorme quantité de nourriture et de boisson qu’ils ingurgitent constituent un des éléments principaux du comique rabelaisien. Les noms propres des géants eux-mêmes (Grandgousier, Gargantua) sont en rapport avec leur immense appétit. Des chiffres énormes et des quantités démesurées parsèment le texte et souligne le gigantisme et prêtent à rire.

            Ces géants symbolisent la nouvelle humanité (l’humanisme donc) qui grandi démesurément en sagesse, en savoir, en connaissance, et en tolérance, et, qui, avec un appétit d’ogre, dévore les livres, le monde, le grec et le latin.

Laisser un commentaire