Les subordonnées

Elle complète un nom (plus rarement un pronom)

Elle complète un verbe

 

 

C’est une proposition subordonnée relative :

 

– le nom  (ou pronom) qu’elle complète est appelé l’antécédent

– elle a toujours cette fonction : complément de l’antécédent.

– elle est introduite par un pronom relatif (qui, que, quoi, dont, où, auquel, lequel, laquelle…)

Antoinette jette les lettres que sa mère a écrites.

Elle est sujet, COD, COI, attribut : c’est une proposition subordonnée complétive. Il en existe trois sortes : Elle est CC du verbe de la principale.
 

C’est une proposition subordonnée complétive conjonctive :

 

– elle est introduite par une conjonction de subordination (souvent « que », « ce que » après une préposition)

– elle est très souvent COD du verbe de la principale

Je veux que tu partes.

– elle peut aussi être :

  •  COI : Je m’attends à ce que tu partes.

  • attribut du sujet : Son souhait est que tu partes.

 

  • sujet du verbe de la principale. : Que tu partes m’arrangerait.
 

C’est une proposition subordonnée interrogative indirecte :

 

– elle est très souvent COD du verbe de la principale qui est un verbe de sens interrogatif.

– elle sert à rapporter une question au discours indirect.

Elle se demande si tu viendras.

– elle est introduite par :

? la conjonction de subordination « si » quand elle rapporte une interrogation directe 

?un autre mot interrogatif quand elle rapporte une interrogation partielle (où, comment, pourquoi…)

Elle se demande pourquoi tu t’en vas.

 – on la reconnaît aussi car on peut la transposer au discours direct, en rétablissant le ?, les : et les « »

Elle demande si Pierre viendra. Elle demande : « Pierre viendra-t-il ? »

 

C’est une proposition subordonnée infinitive :

 

– elle est COD du verbe de la principale

– son verbe est à l’infinitif

elle a son sujet propre (attention à ne pas la confondre avec le groupe infinitif COD qui n’a pas de sujet propre)

– elle n’est pas introduite par un mot subordonnant.

Ex : Antoinette regarde [les enveloppes s’envoler.]

C’est une proposition subordonnée conjonctive circonstancielle

 

– elle est introduite par une conjonction de subordination

– elle peut occuper la fonction de n’importe quel CC (sauf de lieu)

 

C’est une proposition subordonnée participiale

– elle a un verbe au participe (présent ou passé)

– elle a son sujet propre

– elle peut être :

?   CC de temps (le + souvent)

L’été finissant, nous rentrâmes à Paris.

? CC de cause : La pluie tombant toujours, ils ne sortirent pas.

? CC d’hypothèse ou de concession (+ rare)

L’orage passé, les bêtes restaient pourtant inquiètes.

Laisser un commentaire