Homère et ses oeuvres

Qui était Homère ?

Profession : aède. Dans la Grèce antique, un aède est un poète qui allait de palais en palais pour réciter ou chanter, en s’accompagnant d’une lyre, de longues histoires en vers.

Epoque : Homère aurait vécu au VIIIe siècle avant J.-C.

Origines : Homère est un poète grec.

Caractéristiques : Selon la tradition, Homère était un vieillard aveugle.

Ses œuvres : Homère est l’auteur de deux longs poèmes épiques : l’Iliade et l’Odyssée.

                                      L’Iliade

L’Iliade est un long poème de quinze mille vers, qui raconte la guerre des Grecs contre la ville de Troie (appelée aussi Ilion, d’où le titre d’Iliade). Priam, roi de Troie, a pour fils Pâris. Trois déesses, Héra, Aphrodite et Athéna, demandent au jeune homme de désigner la plus belle des trois. Il choisit Aphrodite qui lui promet, en récompense, la plus belle femme de la terre. Avec l’aide de la déesse, Pâris enlève donc Hélène, femme de Ménélas, roi de Sparte. Ce dernier fait alors appel à son frère, Agamemnon, chef des grecs, et part en guerre contre Troie.

 [La guerre a duré dix ans. Achille est tué par Pâris. Troie est alors prise et incendiée. Après le massacre, Hélène est finalement rendue à son époux : ceci est raconté par Ulysse dans L’Odyssée].

 

                                      Ulysse (en grec « Odusseus)

Fonction : Ulysse est le roi d’Ithaque.

Famille : Ulysse est l’époux de Pénélope et le père d’un jeune garçon Télémaque.

Rôle dans L’Iliade : Pendant la guerre de Troie, Ulysse est l’un des chefs de l’armée grecque. Il a l’idée d’une ruse contre les Troyens : faire croire que les Grecs renoncent à la guerre. En offrande, ces derniers laissent devant les portes de Troie un immense cheval de bois dans lequel ils se dissimulent. Ce stratagème permet aux grecs de gagner la guerre en pénétrant dans la ville et en massacrant les Troyens.

Rôle dans l’Odyssée : Ulysse est le héros de l’Odyssée.  Ce long poème de douze mille vers raconte les événements qui ont eu lieu après la guerre et la destruction de Troie. Alors que les autres rois regagnent leurs palais sans incidents, Ulysse erre pendant dix ans sur la mer, poursuivi par la haine du dieu Poséidon, risquant la mort à tout moment, avant de retrouver Ithaque, son île natale. L’Odyssée est l’histoire de ce retour difficile.

   L’Odyssée

Ce poème épique est divisé en vingt-quatre chants.

-Chants I à IV : Télémaque va demander des nouvelles de son père aux Grecs revenus de la guerre de Troie.

-Chants V à VIII : les dieux interviennent auprès de la magicienne Calypso pour qu’elle libère Ulysse. Celui-ci part sur un radeau, mais Poséidon déchaîne une tempête qui le jette sur le rivage de Phéaciens, où le roi Alcinoos, le père de Nausicaa, lui offre l’hospitalité.

-Chants IX à XII : Ulysse fait le récit de ses aventures, depuis la prise de Troie jusqu’à son séjour dans l’île de Calypso.

-Chants XIII à XXIV : Arrivé à Ithaque, Ulysse se venge et retrouve sa famille.

La fable

 

Fiche mémoire :   LA  FABLE

 

 Une fable est une histoire complète et courte écrite en prose (« Le loup et le Héron » d’Esope) ou en vers comme les fables de La Fontaine.

   Elle est destinée à amuser les lecteurs et à les faire réfléchir.

 I.                   Une composition en deux parties

 Une fable se compose toujours de deux parties : un récit et une moralité.

  • Le récit est la narration au passé (imparfait ou passé simple) d’une histoire qui arrive à des personnages imaginaires. On y trouve souvent un retournement de situation.
  • La moralité se situe au début ou à la fin du récit, dont elle est séparée par un blanc. Elle est écrite au présent de vérité générale ou à l’impératif. Elle a une portée générale. Elle peut présenter des conseils, des règles de conduite, un constat ou la critique d’un défaut. La morale est parfois absente de la fable et le lecteur doit donc la deviner. On dit alors qu’elle est implicite.

Le récit et moralité sont étroitement liés : la moralité tire une leçon de ce qui est raconté dans le récit.

 II.                Les personnages de la fable

 Les personnages caractéristiques de la fable sont des animaux, mais on peut également y trouver des hommes (« La Laitière et le Pot au lait »)  ou des éléments de la nature (« Le Chêne et le Roseau »).

Ces animaux des fables qui parlent et agissent comme des hommes représentent des comportements humains et sociaux. Le renard, par exemple, représente la ruse, les courtisans ou la flatterie ; l’âne représente la bêtise ; le lion incarne le pouvoir, la royauté…

Ils permettent au fabuliste de parler de façon amusante de nos comportements.

 III.             Un texte poétique

Lorsque la fable est écrite en vers, les vers sont de longueur inégale (alexandrins, décasyllabes, octosyllabes), ce qui donne plus de rythme et rend l’histoire plus vivante. La disposition des rimes peut varier (rimes plates, croisées ou embrassées).

L’expression de l’ordre

FM : L’EXPRESSION DE L’ORDRE

  1. Les différents mode verbaux servant à exprimer l’ordre
  1. L’impératif

C’est le mode le plus employé pour donner un ordre ou un conseil. Ainsi, la personne qui donne l’ordre s’adresse directement au destinataire.

Accompagné d’une tournure négative, il exprime une interdiction.

Il ne se conjugue qu’à trois personnes (tu, nous, vous) et le pronom personnel n’est pas apparent.

*Les terminaisons :

tu nous vous
1er groupe

-E

-ONS

-EZ

Autres verbes

-S

-ONS

-EZ

Attention ! Les verbes suivants se conjuguent comme ceux du premier groupe :

Ex : offrir, cueillir, ouvrir

*Quelques verbes irréguliers :

Aller : va, allons, allez. Faire : fais, faisons, faites Savoir : sache, sachons, sachez

Dire : dis, disons, dites. Etre : sois, soyons, soyez Avoir : aie, ayons, ayez

A L’impératif suivi d’un pronom :

? Lorsque le verbe à l’impératif est suivi d’un pronom, on les relie par un trait d’union

Ex : Taisez-vous !

? Lorsque le pronom est « en » ou « y », on doit rajouter un –s aux verbes qui se terminent par –E ou -A

Ex : Vas– y ! Manges-en !

2. Le subjonctif

Il permet de donner un ordre à une personne absente ou à une personne à laquelle on ne s’adresse pas directement.

Le subjonctif présent

1er groupe 2ème groupe 3ème groupe Être Avoir
que j’aime que je finisse que je prenne que je sois que j’aie
que tu aimes que tu finisses que tu prennes que tu sois que tu aies
qu’il aime qu’il finisse qu’il prenne qu’il soit qu’il ait
que nous aimions que nous finissions que nous prenions que nous soyons que nous ayons
que vous aimiez que vous finissiez que vous preniez que vous soyez que vous ayez
qu’ils aiment qu’ils finissent qu’ils prennent qu’ils soient qu’ils aient

Rappel : Pour construire le subjonctif présent des verbes réguliers, je procède en 3 étapes :

– je prends le verbe conjugué au présent à la 3ème p. du pluriel,

– j’enlève le –nt de la terminaison,

– j’obtiens la 1ère p. du sg. au présent du subjonctif.

Exemple : Venir ? 3ème p. du pl. au présent : ils viennent ? viennent : que je vienne (subj. Présent)

3. L’indicatif

Il permet de donner un ordre qui concerne :

– Un moment présent

– Un moment à venir

3. L’infinitif

Utilisé à l’écrit, il permet de donner des ordres à des destinataires indéterminés. On le trouve le plus souvent dans l’expression de l’interdiction.

II. Les mots exprimant l’ordre

    1. Les verbes de volonté (vouloir, demander, ordonner, exiger, enjoindre, exhorter, etc.)
    2. Les verbes d’obligation (devoir, être obligé)
    3. Les tournures impersonnelles (il faut que, il est interdit de, il est défendu de)
    4. Les interjections (doucement ! halte ! attention ! etc.)
    5. Les expressions (interdiction de, défense de, etc.)

La comédie de caractère et les formes de comique

FM : La comédie de caractère

La comédie de caractère vise à dénoncer les travers de la société. Elle met en scène des personnages ayant un défaut particulier et les dénonce.

Dans plusieurs pièces, Molière se propose de corriger les hommes de son époque en tournant en ridicule leurs défauts, au moyen de la caricature : il fait la satire de la société. Mais son projet est avant tout d’amuser les spectateurs. Il utilise pour cela toutes les ressources du comique.

Les formes de comique :

Le comique :

  • de mots (jeux de mots, jurons, répétition, insultes…)
  • de gestes (poursuite, coup de bâtons, chute…)

ex : coups de bâton, fouille, soufflet, poursuite.

  • de situation (malentendu, situation embarrassantes…)

ex : vieillard amoureux, avare volé, imposture, flatterie.

  • de caractère (met en scène les défauts et les vices humains)

ex : valet adroit et impertinent, père dénaturé, intrigante cupide, flatterie.