Les fonctions de l’adjectif (6ème)

FM : Les fonctions de l’adjectif qualificatif

Définition :

Un adjectif est un mot qui se rapporte à un nom pour le qualifier, c’est-à-dire qu’il lui apporte plusieurs précisions.

Il s’accorde en genre et en nombre avec le mot qu’il complète.

Il appartient à la classe grammaticale des mots variables et peut occuper plusieurs fonctions selon sa place dans la phrase.

Ex : pétillante : adjectif féminin = sa nature, sa classe grammaticale (son identité) est toujours la même.

Mais l’adjectif peut avoir plusieurs fonctions (rôles) selon sa place :

ex : L’eau pétillante aide à digérer. épithète

ex : L’eau de cette bouteille est pétillante. attribut

La fonction épithète :

Un adjectif occupe la fonction épithète lorsque ce dernier est placé directement à côté du nom (avant ou après) qu’il complète. Dans ce cas c’est une expansion du nom qui appartient au groupe nominal. Il est facultatif,on peut le supprimer.

Plusieurs adjectifs épithètes peuvent se rapporter à un même nom, ils seront alors séparés par :

-des conjonctions de coordination (rappel : mais, ou, et, donc, or, ni, car) :

Ex : Elle boit une boisson verdâtreet visqueuse.

-une ou plusieurs virgules

Ex : Il aime le café moulu, fort et savoureux.

La fonction attribut :

L’adjectif est attribut du sujet lorsqu’il exprime une qualité attribué à un sujet par l’intermédiaire d’un verbe d’état. On parle alors de verbes attributifs : être, paraître, sembler, devenir, demeurer, rester, avoir l’air, passer pour…

Il précise le sujet (soit un nom, un GN ou un pronom…) de ce verbe. Dans ce cas, il appartient au groupe verbal et fait partie des constituants essentiels qui ne peuvent pas être supprimés.

Ex : Ce gâteau semble délicieux.

 

FM poésie niveau 6/5

Fiche mémoire : La poésie

La poésie est un genre littéraire qui se distingue de la prose par l’écriture en vers, par une forme et par une disposition particulières.

1.     Le vers

Un poème est, le plus souvent, écrit en vers. Le mot «vers» vient du latin «versus» : sillon. Quand un paysan a labouré jusqu’au bout du champ, il tourne sa charrue et trace un nouveau sillon. C’est ce que fait le poète : à chaque vers, il retourne à la ligne. Un vers est  une ligne en poésie.

Souvent, le vers commence par une majuscule.

2.     La strophe

Les vers peuvent être regroupés dans une strophe. Les strophes sont des groupes de vers séparées par un  blanc.

  • Une strophe de deux vers s’appelle un distique.
  • Une strophe de trois vers s’appelle un tercet.
  • Une strophe de quatre vers, un quatrain.
  • On peut trouver des strophes plus longues (sizain : six vers…)

3.     La rime

La rime est la répétition d’un ou plusieurs sons communs à la fin de deux vers.

Les rimes peuvent être disposées de trois façons différentes.

4.     Les types de rimes

–        Les rimes suivies ou plates sont disposées en aabb

–        Les rimes croisées sont disposées en abab

–        Les rimes embrassées sont disposées en abba

5.     Le décompte des syllabes

Les règles de versification

1. Comment mesurer un vers ?

Un vers est un ensemble de syllabes. On mesure un vers en comptant le nombre de syllabes (pieds) qui le composent.

Ex : Un beau chat, fort, doux et charmant =8 syllabes

En poésie, le E final d’un mot :

– se prononce s’il est suivi  d’une consonne

Ex : De sa fourrure blonde et brune = ………….. syllabes

– ne se prononce pas lorsqu’il est suivi d’une voyelle,  ou lorsqu’il se trouve en fin de vers

Ex : Quand il miaule, on l’entend à peine =………….. syllabes

2. Les principaux types de vers

– Un vers composé de douze syllabes s’appelle un alexandrin

– Un vers composé de dix syllabes s’appelle un décasyllabe

– Un vers composé de huit syllabes s’appelle un octosyllabe

  1. 6.     La musicalité du poème

Les sonorités, les répétitions, le rythme des vers et les rimes  rendent le poème musical.

–        L’assonance : répétition d’un son voyelle (ex : où se cacha le cachalot ?)

–        L’allitération : répétition d’un son consonne (ex : le dindon dodu dodeline du dos)

–        L’anaphore : figure de répétition qui consiste à répéter un même mot au début d’un vers, d’une phrase

Lexique spécialisé : aide à la rédaction 4ème

Anti acariens

Thermostat intégré

Rayons, selle, pédalier, guidon

Motorisé, automatique

Pelle/ balayette/ brosse

Les matières : téflon, acier, kevlar, cuir, plastique, plexiglas

Fil/ câble d’alimentation

Fonctionne sur batterie d’une autonomie de… (temps de charge)

Enceintes intégrées

Système abs de freinage

Airbags

GPS intégré

Minuterie intégrée

Système de rotation

Fixations

Répulsif

Anti fongicide

Anti inflammable

Anti bactérien

Anti corrosif

Anti abrasif / abrasive

Inoxydable

Imperméable

Matériel amphibie

Sinusoïdal(e)

Auto nettoyant

Cruciforme

Forme aérodynamique

Ejectable / éjection

Ressort incandescent

Trajectoire

Projectile / viseur infrarouge

Harnais de sécurité

Force centrifuge

thermostat intégré

Rayons, selle, pédalier, guidon

Motorisé, automatique

Pelle/ balayette/ brosse

Les matières : téflon, acier, kevlar, cuir, plastique, plexiglas

Fil/ câble d’alimentation

Fonctionne sur batterie d’une autonomie de… (temps de charge)

Enceintes intégrées

Système abs de freinage

Airbags

GPS intégré

Minuterie intégrée

Système de rotation

Fixations

 

 

 

 

Enigme policière à résoudre

 

crimecircus

Crime Circus
Téléchargez le document pour lire ou imprimer la nouvelle et tenter de résoudre l’énigme.
Document Microsoft Word
Si vous pensez avoir trouvé le coupable, notez, sur une feuille simple, la solution de l’énigme et le raisonnement par lequel vous êtes parvenu à ce résultat et soumettez-le moi pour confirmation !

La cause et la conséquence

FM : La cause et la conséquence

Relation et lien logiques :

 

Les textes explicatifs expriment très souvent des relations logiques comme la cause et la conséquence.

 

Attention à ne pas confondre relations logiques et liens logiques !

 

Relation = notion abstraite

Lien, connecteur = mot

 

Les relations logiques peuvent être implicites (le locuteur laisse deviner au destinataire la relation qui unie un fait à un autre) ou elles peuvent être exprimées explicitement à l’aide d’un lien logique ou connecteur logique.

 

La cause et la conséquence

 

La cause d’un événement est l’origine de cet événement :

 

Jules Verne a du succès parce qu’il est considéré comme un visionnaire.

 

La conséquence d’un événement est le résultat de cet événement :

 

Le roman Cinq semaines en ballon s’est beaucoup vendu, donc Jules Verne a signé un gros contrat avec son éditeur.

 

Pour résumer :

Cause = ce qui se produit avant et déclenche un résultat appelé la conséquence

Conséquence = ce qui se produit après, résultat d’un fait, d’une action qui en est la cause

 

La cause et la conséquence sont liées : une cause produit une conséquence, une conséquence est due à une cause. Selon les besoins, on peut décider d’insister sur la cause (Puisque Jules Verne est un visionnaire, ses romans ont du succès) ou la conséquence (Jules Verne est visionnaire, si bien que ses romans ont du succès).

 

Les connecteurs logiques de cause et de conséquence :

 

Voici un tableau récapitulatif des connecteurs logiques de cause et de conséquence, avec leur classe grammaticale :

 

Classe grammaticale

 

cause Conséquence
 

Prépositions

 

à cause de, à force de, en raison

de, par, pour, grâce à, étant donné, vu, sous prétexte de

 

en conséquence de, trop … pour

 

 

Conjonctions de coordination

 

car donc
 

Conjonctions de subordination

 

parce que, puisse que, comme,

vu que, sous prétexte que, étant donné que

si … que / tel … que / tellement …

que / de sorte que …, si bien que … /

trop … pour que

 

Adverbes

 

en effet, effectivement…

 

Par conséquent, ainsi, aussi, dès lors

 

 

Mots de liaison ou connecteurs logiques (4ème)

FM : Les mots de liaison ou connecteurs logiques

 

Un connecteur est mot qui permet de relier deux mots, deux propositions ou deux phrases. Il peut servir à situer dans l’espace ou le temps (connecteur spatial / temporel). Il peut aussi exprimer une relation logique (la cause, la conséquence, l’opposition, le but…). Le connecteur  permet de hiérarchiser et d’organiser des événements ou des idées afin de rendre le texte clair et structuré.

 

Les principaux connecteurs logiques :

 

Pour classer les idées : D’abord, en premier lieu/ ensuite, puis, par ailleurs, en second lieu/ enfin, finalement, au bout du compte, pour finir/ – premièrement, deuxièmement, troisièmement/ – /d’une part…d’autre part/

 

Pour ajouter une nouvelle idée : De plus, par ailleurs, en outre, et, or, de surcroît, mais surtout.

 

Pour comparer : De même, comme, à l’instar de, de même que, ainsi que…

 

Pour opposer deux idées : Mais, au contraire, cependant, pourtant, en revanche, Néanmoins, Quoique, Bien que, Alors que, Tandis que…

 

     Pour expliquer dans quel but est fait une action : pour, pour que, afin que, afin de….

Le texte explicatif (4ème)

FM : Le texte explicatif

Quelles sont les caractéristiques du discours explicatif ?

 

Le discours explicatif est présent le plus souvent dans les dictionnaires, les encyclopédies, les textes documentaires, les revues spécialisées, les manuels scolaires, les notices d’utilisation.

 

Le discours explicatif ne se contente pas de donner des informations (en répondant à la question « quoi ? ») mais sert à faire comprendre un processus (en répondant à la question « comment ? »).

 

Comment reconnaître le discours explicatif ?

 

• Le texte explicatif est parfois accompagné d’un schéma et d’une légende qui sert à illustrer, à compléter l’explication

 

• L’explication est objective (contraire : subjective) et l’énonciateur ne donne pas son opinion (la voix passive est souvent employée)

 

• Le vocabulaire employé est souvent spécialisé (vocabulaire technique, scientifique)

 

L’articulation des idées doit être claire. Afin de faciliter la compréhension du texte, l’émetteur organise rigoureusement son discours grâce aux mots outils ou connecteurs

• Le temps verbal le plus employé dans l’explication est le présent de l’indicatif qui a valeur de vérité générale.

Les connecteurs temporels et logiques

FM : Les connecteurs temporels et logiques

Les connecteurs sont des mots (ou groupes de mots) de liaison qui relient des phrases ou des propositions entre elles et donc qui servent à organiser les textes de manière chronologiques et logiques.

1)     Les connecteurs temporels

Les connecteurs temporels  permettent d’indiquer les différents aspects du temps, ancrent les événements dans le temps, situent les événements les uns par rapport aux autres comme dans les retours en arrière ou les anticipations.

Ils ont plusieurs valeurs, plusieurs rôles :

la date et le moment : hier, la veille, au mois d’août, bientôt, tôt, tard…

la succession : d’abord, puis, ensuite, enfin, alors, après quoi, au début…

la fréquence : jamais, toujours, parfois, souvent, à chaque fois, de temps en temps, quelquefois, …

la durée : longtemps, depuis, durant, pendant ce temps, toute l’année…

 

2)     Les connecteurs logiques

 

Le but

L’opposition

La conclusion

La comparaison

 

pour que

en vue de

afin que

 

 

 

mais

or

cependant

alors que

en revanche

néanmoins

toutefois

 

en somme

enfin

ainsi

finalement

en conclusion

comme

de même que

pareillement

aussi

 

La cause

La conséquence

La reprise

 

 

puisque

parce que

car

en effet

 

 

donc

en conséquence

de sorte que

c’est pourquoi

par conséquent

 

même

aussi

et encore

de plus

aussi

en outre

par ailleurs

 

 

Les adverbes

FM : Les adverbes

Les adverbes forment une catégorie grammaticale (on parle aussi de  nature) de mots invariables.

Un adverbe complète ou modifie le sens d’un verbe, d’un adjectif ou d’une phrase…

Ex : Bientôt, le coupable ne sera plus dehors.

Les locutions adverbiales sont formées de deux ou plusieurs mots (ex : après demain, de haut en bas…)

Il existe différentes sortes d’adverbes :

Les adverbes circonstanciels

Les adverbes de négation

Les adverbes de liaison

Les adverbes de quantité ou d’intensité

Les adverbes d’interrogation

 

De temps :

Aujourd’hui, demain, souvent, longtemps,

parfois, aussitôt, maintenant, autrefois

à présent, désormais,

toujours, hier, tout de suite, quand, déjà, prochainement…

 

 

Ne…pas

Ne…plus

Ne…jamais

Non

 

 

En effet, ainsi,

De plus, cependant,

D’abord, puis,

Ensuite, néanmoins,

Par conséquent,

Toutefois,

Par ailleurs,

Enfin…

 

 

Peu, beaucoup, assez, trop, très, tout à fait, si, tant, tellement, aussi, autant,

 

Où ?

Quand ?

Comment ?

Combien ?

Pourquoi ?

De lieu :

Ici, là-bas, ailleurs, près, loin, autour

par-dessous, derrière,  au-delà, de toutes parts…

 

De manière :

Vite, bien,

rapidement, doucement, complètement…