Le texte argumentatif (4ème)

FM : Le texte argumentatif

Une argumentation a pour but de convaincre à l’aide de raisons ou de preuves appelées arguments.

Ces arguments peuvent être illustrés, justifiés ou confirmés par des exemples.

L’idée globale de l’auteur est appelée la thèse (l’idée opposée est appelée l’antithèse).

Les marques de subjectivité

• Le texte  argumentatif est un énoncé ancré dans la situation d’énonciation. Il est rédigé au présent, le plus souvent à la première personne.

• Le locuteur est plus ou moins engagé dans son argumentation. Pour exprimer clairement une position subjective, il peut utiliser des modalisateurs, par exemple :

  •  des adverbes d’opinion (hélas, sans doute, évidemment, …) ou d’intensité (trop, pas assez…)
  • un champ lexical péjoratif, c’est-à-dire exprimant un point de vue négatif, dévalorisant ;

Ex : Internet est une invention diabolique

  •  un champ lexical mélioratif, c’est-à-dire exprimant un point de vue positif, valorisant.

Ex : Le génie d’internet est d’avoir permis….

Pour impliquer le destinataire dans son raisonnement, le locuteur peut utiliser la deuxième personne et recourir à des injonctions ou à des interrogations rhétoriques.

Ex : Combien de temps pourra-t-on ignorer ce danger… ? Ne pensez-vous pas qu’il   est nécessaire de traquer la cyberdépendance ?

Un texte organisé

• Pour être efficace, le texte argumentatif doit être organisé : les arguments sont souvent reliés par des connecteurs logiques, qui expriment l’opposition (mais, or, cependant, néanmoins, pourtant, toutefois, en revanche, …), la cause (car, en effet, …), la conséquence (donc, c’est pourquoi, aussi, ainsi, par conséquent, …).

• La première étape d’une argumentation correspond souvent à l’exposé de la thèse (idée principale que l’on veut défendre ou réfuter). Puis le locuteur présente des arguments ou des objections, souvent étayés sur des exemples (tirés de l’expérience personnelle, de l’histoire ou de l’actualité).

• Le schéma argumentatif (c’est-à-dire le plan de l’argumentation) peut varier : le locuteur peut choisir de défendre sa propre thèse et de passer sous silence la thèse adverse ; il peut aussi commencer par réfuter la thèse adverse ou, à l’inverse, feindre de concéder certains points à la thèse adverse afin de mieux disposer le destinataire à accepter la sienne.

 

Le passé composé et l’accord du participe passé (6ème)

LE PASSE COMPOSE

1-CONSTRUIRE LE PASSE COMPOSE

PASSE COMPOSE =   AUXILIAIRE     AVOIR / ETRE          +         PARTICIPE PASSE

                                        conjugué au PRESENT                                  du verbe

 

A RETENIR : au passé composé, le verbe est en deux parties : auxiliaire + participe passé. C’est un temps composé.

 

2-SAVOIR IDENTIFIER LE TEMPS : PRESENT, PASSE COMPOSE, INFINITIF ?

Auxiliaire + V——é              OU       vb conjugué + infinitif         OU       préposition   + infinitif

Ex :  Il a gagné /mordu     ex : Il va gagner/ mordre      ex : Il veut quelque chose à manger/mordre

 

 3-ORTHOGRAPHIER LE PARTICIPE PASSE : LA LETTRE FINALE

 

? Définition : le participe passé est une forme qui s’obtient à partir du verbe à l’infinitif.

 

Méthode : savoir écrire la lettre finale du participe passé

Infinitif en P. passé en
-er

-ir (2ème groupe)

-i

-ir, -tre

-is, -it

-eindre,

-eint

-oir, oire, dre, enir

-u

 

Pour trouver la lettre finale du participe passé ( i, s, t ?), il faut l’employer dans une expression au féminin.

Exemples :

-Un exercice fin  ? (=> une lettre finie )è fini

-Un exercice écr  ? (=> une lettre écrite )è écrit

-Un verre m  ? sur la table (=> une assiette mise sur la table) è mis

 

INFINITIF

PARTICIPE PASSE
Etre ……été………………
Avoir ………eu…………….
Manger ………mangé…………….
Aller ……………allé……….
Finir ………fini…………….
Faire ………fait…………….
Dire ………dit…………….
Pouvoir ……pu……………….
Venir ……venu……………….
Savoir ……su……………….
Vouloir …………voulu………….
Voir ………vu…………….
Devoir ………dû…………….
Croire ………cru…………….
Prendre ……pris……………….

 

4-ACCORDER LE PARTICIPE PASSE

a)   Avec l’auxiliaire « être », le p.p. s’accorde avec le sujet du verbe.
Ex : Elle
est partie. Nous sommes venu(e)s.

b)   Avec l’auxiliaire « avoir », le p.p s’accorde avec le complément d’objet direct (COD) lorsqu’il est placé avant le verbe

Ex : les affaires qu’elle a rangées sont neuves.