Corrigé du devoir sur la poésie

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

 

Recueillement

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile (1),
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
Va cueillir des remords dans la fête servile(2) ,
Ma Douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

Loin d’eux. Vois se pencher les défuntes Années (3),
Sur les balcons du ciel, en robes surannées (4) ;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

Le Soleil moribond (5) s’endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul (6) traînant à l’Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

1 – Des mortels la multitude vile : la multitude vile des mortels, c’est-à-dire la foule méprisable des hommes.
2 – La fête servile : la fête des hommes esclaves du Plaisir.
3 – Les défuntes Années : les années mortes, passées.
4 – Surannées : démodées.
5 – Moribond : mourant, agonisant.
6 – Linceul : toile dans laquelle on ensevelit les morts.

Correction de la partie cours :

Ce poème est composé de quatre strophes : deux quatrains (strophe de 4 vers) et de deux tercets (strophes de 3 vers). Il s’agit d’un sonnet.

Dans les deux 1eres strophes, les rimes sont ille-ci-ille-ci-ile-ci-ile-ci. Elles sont disposées en abab : elles sont croisées.

 

Sois/ sa/ge, ô/ ma/ Dou/leur/, et/ tiens/-toi /plus/ tran/quille. : 12 syllabes. Ce vers est un alexandrin.

Analyse :

Le poète s’adresse à sa Douleur.

Ce sentiment est présenté comme un être humain (enfant, un être proche) : « ma chère », « donne-moi la main », majuscule (nom propre).

Il s’agit d’une allégorie (personnification acceptée.)

Les verbes à la 2ème personne sont : sois, tiens-toi, réclamais, va, donne, viens, vois, entendsx2″. : l’impératif domine (ordres/conseils) : il guide sa douleur.

La foule est désignée par « des mortels la multitude vile ». Elle est soumise au plaisir. Le poète prend ses distances : le plaisir implique l’esclavage, la soumission. Vision péjorative d’où les termes négatifs :  » fouet, bourreau, servile, vile, remords (culpabilité) ». : dévalorisation de ce bonheur factice, le poète le fuit (rejet de « loin d’eux »).

Le souvenir du passé permet une accalmie de la souffrance : regret souriant, apaisement. Allitération en S pour mimer le souvenir qui s’insinue.

La nuit symbolise la mort (champ lexical : moribond, linceul, défuntes, s’endormir). : délivrance du poète.